Les vestiges d’un parfum 2 – Nakamura Asumiko

les vestiges d un parfum 2 nakamura asumiko

NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382762158
Hana, 2023
ISBN: 9784799726365 (JP)
Libre, 2015 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Profite bien de la vue. »

Nakamura Asumiko sensei continue de révéler les frasques de la famille Hiraki. Elle met en avant les réactions des femmes, en particulier Mariko, ainsi que les dommages collatéraux touchant l’entourage. Elle alterne la narration entre les différents personnages, permettant de découvrir leurs réflexions. Kaname continue d’assumer son côté voyeur et manipulateur, reproduisant les fantasmes de son père. D’ailleurs, les deux frères acceptent petit à petit leurs sentiments et leurs comportements immoraux. Les métaphores et l’influence du parfum continuent de semer des indices sur les émotions. Par ailleurs, des révélations précipitent la fin. Ainsi, l’auteure conclut son récit en laissant volontairement le lecteur dans le flou, l’incitant à deviner ce qu’il s’est passé à travers des indices. Elle aborde encore l’amour incestueux et torturé, impossible à réfréner.

La mangaka a un trait épuré réduit à l’essentiel mais toujours très expressif, jouant sur les angles et les courbes pour transcrire les émotions. Elle décompose les mouvements, mettant en avant leur sensualité. Comme dans le tome précédent, elle joue sur les métaphores graphiques. Par exemple, les cadrages ne montrent jamais les yeux de Mariko suggérant son ignorance sur l’infidélité de son mari et quand elle le constate enfin, ses yeux restes pourtant fermés. De même, les silences pesants se ressentent sur l’absence des phylactères et des onomatopées. Les trames utilisées avec parcimonie, privilégient les contrastes noir et blanc. Les décors très présents s’estompent autour des personnages pour ne pas surcharger la page. La mise en page reste dynamique malgré un agencement des cases assez classique. Dans les scènes érotiques, Nakamura sensei censure les partie intime par des languettes.

En résumé

Hiraki Shinobu et son beau-frère Takezô continuent leur relation malsaine, ayant trouvé un certain équilibre. Mais Mariko, la femme de Shinobu, vient troubler cette harmonie en invitant une amie d’université, Misono Haruka, à un week-end entre adultes dans la maison secondaire familiale. En effet, cette dernière ne semble pas insensible aux charmes de Takezô. Sur les recommandations de Takezô, Haruka se lève la nuit pour admirer les étoiles se reflétant sur le lac, mais aperçoit également les deux frères en pleins ébats.

En conclusion

Nakamura Asumiko sensei dépeint une relation sombre, dépravée et malsaine telle qu’elle est, incitant les lecteurs à s’interroger. Ses métaphores graphiques et ses indices guident ces derniers. Sa maîtrise rend la lecture très agréable malgré le sujet malaisant. Attention, cette histoire peut choquer la sensibilité de certains lecteurs. D’ailleurs, l’éditeur a ajouté un avertissement au dos de la couverture et même sur le frontispice. Malgré leurs défauts, je m’étonne de m’attacher à tous les personnages. Une lecture sombre, à la fois délectable et malaisante.

Les vestiges d’un parfum 1 – Nakamura Asumiko

les vestiges d un parfum 1 nakamura asumiko

NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382762141
Hana, 2023
ISBN: 9784799726358 (JP)
Libre, 2015 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Je ne supporte pas ton visage larmoyant! »

Nakumura Asumiko sensei propose de suivre les relations très malsaines et tordues des hommes de la riche famille Hikari. Elle alterne la narration entre Kaname, Shinobu et Takezô. Elle développe son récit en tranches de vie sur plusieurs années, semant des indices en début de chapitre pour repérer les changements. Ainsi, le suspense se maintient tout au long du récit, le passé et le contexte se révélant au fur et à mesure. Le caractère pervers et manipulateur de Kaname met volontairement mal à l’aise le lecteur. De même, le jeu érotique qui s’installe entre les deux frères qui cèdent à leurs pulsions, incite à la réflexion. Ainsi, l’auteure aborde la pédophilie, l’inceste, les comportements déviants, la solitude. Elle construit son histoire autour des odeurs, comme par exemple, celle d’un parfum qui identifie une personne, une émotion (culpabilité, peur, excitation). Elle montre également comment un secret tacite permet de se dédouaner.

La mangaka a un trait anguleux très épuré presque tortueux qui contraste avec celui tout en rondeur pour Kaname, encore enfant. Elle dessine de grands yeux effilés et des corps élancés. Par ailleurs, elle exagère certaines expressions. Les trames utilisées avec parcimonie, privilégient les contrastes noir et blanc. De même, les trames d’ambiance appuient les émotions. Les décors s’estompent autour des personnages pour ne pas surcharger la page. Des vignettes recouvertes d’une trame grise indiquent les flash-back furtifs. Par ailleurs, la mise en page très dynamique s’attarde sur la sensualité des gestes, même dans le quotidien. Nakamura sensei s’amuse avec les gros plans pour détailler les réactions. Elle joue également sur les métaphores graphiques. Dans les scènes érotiques, elle censure les parties intimes par des bandelettes.

En résumé

Takezô, dont la mère est devenu la nouvelle épouse du chef de la riche famille Hikari, est secrètement amoureux de son beau-frère aîné Hikari Shinobu. Mais ce dernier n’arrête pas de le rabaisser et le critiquer. Comme Takezô rencontre des difficultés de gestion dans son restaurant français, il souhaite emprunter de l’argent à Shinobu en vain. Son neveu Kaname remarque ses sentiments et élabore alors un plan pour que son oncle puisse réaliser ses fantasmes. Profitant d’une blessure aux yeux de son père, il confie à Takezô les gants et le parfum de sa mère, Mariko. Et ce dernier, emporté par les réactions de son frère, finit par le violer sous le regard curieux de son neveu.

En conclusion

Ce tome obtient la seizième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2016. La couverture se classe également quatrième. Nakamura Asumiko sensei met volontairement mal à l’aise le lecteur, l’obligeant à s’interroger sur les relations dépravées. Son graphisme presque tortueux et son jeu de contrastes subliment le côté sombre du scénario. Attention, cette histoire peut choquer la sensibilité de certains lecteurs. D’ailleurs, l’éditeur a mis un avertissement au verso de la couverture et sur la deuxième page, une initiative notable. J’apprécie la maîtrise de la mangaka pour les récits psychologiques et torturés. Je suis donc complètement fascinée par ce récit.

Double mints – Nakamura Asumiko

double mints nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382761328
Hana, 2022
ISBN: 9784863490888 (JP)
Akaneshinsha, 2009 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

Deux hommes, un même nom et une complicité.

Nakamura Asumiko sensei développe une romance dramatique emplie de suspense, sur fond d’une enquête policière. Elle alterne entre le passé et le présent, permettant ainsi de mieux appréhender la relation particulière qu’entretiennent les deux héros. Jouant sur le fait qu’ils aient le même nom et prénom, elle interroge sur leurs affinités et leurs ressemblances. Ainsi, leur lien dominé et dominant s’inverse au gré des manipulations. En effet, l’ingénieur système semble nourrir un amour passionnel pour son homonyme, acceptant de devenir son « chien ». Il a presque un côté masochiste car il se laisse maltraiter juste pour admirer le regard perçant de Mitsuo. Le voyou Ichikawa cumule les bévues s’enfonçant de plus en plus dans le crime, manipulé par les yakuzas. L’auteure décrypte l’inversion de leur rapport de force. Elle aborde également les comportements suicidaires. Par ailleurs, elle complète ce tome avec un triangle amoureux savoureux jouant sur le prénom Ichigo.

La mangaka a un trait très épuré, presque dépouillé, et légèrement anguleux. Elle le simplifie encore plus dans les passages humoristiques, exagérant les expressions. Les flash-back, repérables à leur fond noir, sont bien intégrés au récit. La palette restreinte des trames utilise des tons dominants donnant une uniformité agréable et renforçant les contrastes noir et blanc. Par ailleurs, les trames d’ambiance discrètes accompagnent les émotions. Par contre, les décors situent principalement l’action. La mise en page dynamique abuse des gros plans et des décompositions des mouvements. Même si Nakamura sensei ne censure pas les scènes érotiques, elle évite de trop détailler les parties intimes.

En résumé

Secret / Rain: Un soir, l’ingénieur système Ichikawa Mitsuo reçoit un appel désespéré de son homonyme qui le rackettait au lycée. Le voyou Ichikawa Mitsuo lui demande alors de l’aider à cacher le corps d’une femme qu’il a tuée. Alors qu’il était traité comme un chien au lycée par ce dernier, l’ingénieur système continue pourtant de lui obéir. Mais durant le trajet, son homonyme ivre se comporte comme un enfant et profite des plaisirs du voyage en voiture. Toutefois, une fois le corps enterré dans une forêt, il commence à culpabiliser…
Hothouse fruits: Murakami Ichigo est le secrétaire d’un grand politicien. Mais depuis quelques temps, son patron divague avec la vieillesse. Pour se détendre, il aime voir Ichigo coucher avec un autre homme. L’hôte du club Galaxy, Hasumi, est donc devenu son régulier…

En conclusion

Ce tome obtient la septième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2009. Nakamura sensei excelle également dans un univers sombre et propose une aventure qui retient le lecteur en haleine. Elle installe un jeu de manipulations qui transforme petit à petit la relation entre les deux hommes, interrogeant sur la complicité du couple. Laissez-vous séduire par ces aventures intrigantes.

Blanc 2 – Nakamura Asumiko

blanc 2 nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382760413
Hana, 2021
ISBN: 9784863498495 (JP)
Akaneshinsha, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: absolument

Le plus beau jour d’une vie pour un couple.

Nakamura Asumiko sensei conclut sa série dans un festival d’émotions. Elle délaisse un peu l’analyse des sentiments pour se consacrer pleinement à la réconciliation et l’évolution de Kusakabe et Sajô. Ainsi, les deux garçons entrent un peu brusquement dans la vie adulte, perdant petit à petit leur candeur. La famille Kusakabe, en particulier la mère, apporte une touche d’humour agréable après le cumul d’événements dramatiques. Par ailleurs, l’auteure s’intéresse aux diverses émotions lors de l’officialisation d’une relation ainsi que les différents moyens pour faire accepter son homosexualité. Avec Hiraoka, l’agent de Kusakabe, elle met en avant d’autres réactions positives, en particulier parmi les jeunes générations, plus ouvertes. Grâce à sa touche narrative particulière, elle transmet avec douceur les différents sentiments de ses personnages, faisant encore évoluer les personnages secondaires jusqu’au bout.

La mangaka a un trait anguleux presque dépouillé. Elle exagère les expressions, renforçant l’impact des émotions. Par ailleurs, elle utilise avec parcimonie des trames plutôt claires, préférant jouer sur les contrastes noir et blanc. Ce traitement sied parfaitement à son style, mettant en valeur son trait fin. Les décors situent principalement l’action. La mise en page dynamique rythme la lecture, avec ses angles de vue variés. Nakamura sensei exploite avec brio les grandes vignettes ou les pleines pages. D’ailleurs, elle débute ses chapitres par une grande image immersive. Elle ne montre pas les détails dans les scènes érotiques, jouant sur les angles de vue et les cadrages. Pourtant, la sensualité et la passion sont bien exprimées. L’illustration de la jaquette est la continuité de celle du premier tome. Mises côte à côte, elles forment donc un dessin final magnifique du couple.

En résumé

Après un cauchemar, Sajô Rihito, encore à moitié endormi, enlace Kinosaki Hideto. Son ami lui fait alors remarquer qu’il devrait plutôt se réconcilier rapidement avec son petit ami. Bien qu’ils sont maintenant séparés, Kusakabe Hikaru prend soin de la mère de Rihito, à nouveau hospitalisée, comme il le lui a promis. Kumi est très enthousiaste des CD musicaux qu’il lui a gravés et a deviné que la dernière chanson est composée par le jeune homme. Gêné, ce dernier finit par lui avouer la situation critique de leur couple. Mais Kumi l’encourage à persévérer, lui révélant quelques secrets sur le comportement de son fils, qui a tendance à s’isoler, même avec elle. Hikaru ne peut retenir ses larmes, étant toujours amoureux de Rihito. Lorsqu’il envoie des nouvelles, Sajô le remercie et l’appelle.

En conclusion

Comme le remarquent certains personnages secondaires, la relation entre Sajô et Kusakabe paraît tout à fait naturelle. Leurs sentiments sont palpables, même à la lecture. L’auteure arrive, avec son style narratif et son graphisme expressif, à transmettre les émotions de ses personnages, impliquant presque le lecteur dans le récit. Une série à lire absolument!

Blanc 1 – Nakamura Asumiko

blanc 1 nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382760406
Hana, 2021
ISBN: 9784863498433 (JP)
Akaneshinsha, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: absolument

Loin des yeux, loin du cœur?

Nakamura Asumiko sensei développe un peu plus l’évolution de la relation de Kusakabe et Sajô depuis O.B.. Elle s’attarde sur leurs sentiments complexes et leurs doutes. Elle aborde donc les incertitudes sur l’avenir d’un couple homosexuel, l’envie d’officialiser leur statut de couple ainsi que la difficile gestion des obligations du monde adulte, chronophage, sur la vie amoureuse. En effet, la carrière de Hikaru stagne et Rihito n’arrive plus à se projeter dans l’avenir. La relation à distance augmente le manque de communication des deux hommes qui ont déjà tendance à intérioriser leurs réflexions. L’auteure met en avant les personnages secondaires qui guident et soutiennent le couple, comme Hara et Miyamura. Par un évènement dramatique, elle oblige ses deux héros à se confronter à leur lâcheté et leurs profonds sentiments. En effet, Sajô préfère fuir le bonheur pour éviter de souffrir plus tard.

La mangaka a un trait légèrement anguleux, très épuré, presque dépouillé mais malgré tout léché. Elle exagère un peu les expressions des visages et porte attention aux petits gestes. Par ailleurs, elle dessine des personnages longilignes. Les décors apparaissent sur les plans élargis mais s’estompent souvent autour des personnages. Nakamura sensei utilise les trames avec parcimonie, privilégiant donc les contrastes noir et blanc. La mise en page est dynamique. Il n’y a pas de scènes érotiques. Le titre noir et vernis donne un bel effet sur la couverture blanche et mate, avec le dessin de Sajô uniquement en gris.

En résumé

A 20 ans, Sajô Rihito et Kusakabe Hikaru ont échangé des anneaux en se promettant de se marier. Mais depuis, Rihito a l’impression que leur relation s’étiole avec l’éloignement. D’ailleurs, il reçoit encore un appel de son petit ami qui annule leur rendez-vous du week-end, devant remplacer un collègue à son travail. Libre, l’étudiant accepte alors de participer à un séminaire avec ses camarades de classe. Tout en discutant autour d’un barbecue, Sajô, qui termine sa licence, réalise soudain qu’il n’a plus vraiment de projets d’avenir. De son côté, Kusakabe décide finalement de rejoindre son petit ami après avoir rencontré un membre de son ancien groupe de musique. En effet, il n’arrive pas à se souvenir de la date de leur dernière rendez-vous amoureux. Sur le pas de la porte, assailli de doutes, Rihito lui demande à prendre du recul. Hikaru lui rend alors sa bague…

En conclusion

Ce tome a obtenu la seconde place de la meilleure série au Chill chill BL award 2021. Kusakabe Hikaru est classé septième meilleur seme et Sajô Rihito neuvième meilleur uke. L’auteure dépeint avec pudeur et finesse les sentiments contradictoires de ses personnages, qui se font happer par leur quotidien et maintiennent difficilement leur relation, malgré leur amour réciproque. En plus des deux héros, elle développe également leur entourage donnant un ton très réaliste au récit. Une lecture essentielle, surtout pour tous les fans de la série.

O.B. 2 – Nakamura Asumiko

ob 2 nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782368775349
Boy’s love IDP, 2017
ISBN: 9784863494114 (JP)
Akaneshinsha, 2014 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

En route vers le bonheur!

Nakamura Asumiko sensei continue de dévoiler ce que deviennent les personnages secondaires de sa série. Elle donne juste quelques tranches de vie concluant l’évolution de leur relation. Elle aborde quelques questionnements comme la différence de point de vue sur le coming out à la famille selon l’âge, l’officialisation d’une relation avec le mariage (ou l’adoption selon le département au Japon), la position durant les rapports charnels difficile à déterminer quand on suit des principes sociétaux, la vie en commun. Sajô et Kusakabe semblent enfin sur la même longueur d’ondes, prêts à avancer main dans la main. Malgré un côté un peu naïf, chaque couple trouve le bonheur. L’auteure termine donc leurs aventures sur une touche tendre et positive.

La mangaka a un trait moins dépouillé mais son style reste tout de même reconnaissable. Ainsi, elle agrandit les yeux, plus ronds. De même, elle n’hésite pas à exagérer les expressions pour les renforcer. Les trames servent principalement à ombrer et colorer. Nakamura sensei en utilise peu, mais ajoute maintenant les ombres des visages. Les flash-back intégrés au récit sont repérables par de simples ellipses. La mise en page reste toujours dynamique avec une grande variété d’angles de vue et un découpage mettant beaucoup en avant les détails comme les petits gestes ou les regards. Les scènes érotiques s’arrêtent aux préliminaires. Des croquis illustrent la fin du chapitre par un objet ou moment fort, comme un souvenir.

En résumé

Arisaka Satoshi est nerveux de rencontrer sa fille qui va bientôt se marier Quand elle l’interroge sur sa situation sentimentale actuelle, il hésite à lui avouer son homosexualité. Mais la question fait remonter les souvenirs de sa rencontre avec Sano Hibiki. Il décide alors de lui présenter son partenaire actuel qui l’attendait dans le quartier. D’abord choquée, la jeune fille fuit ses excuses mais il la suit pour s’expliquer. Le soir, Hibiki lui demande à rester la nuit et le professeur accepte pour la première fois…

En conclusion

Ce tome a obtenu la neuvième place du meilleur manga au Chill Chill BL award 2015. L’auteure intègre enfin des thèmes plus consistants mais les survole pour se consacrer au partage du bonheur de ses personnages. Je me sens donc un peu frustrée mais également heureuse à la lecture de ce dernier tome.

O.B. 1 – Nakamura Asumiko

ob 1 nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782368775332
Boy’s love IDP, 2017
ISBN: 9784863494107 (JP)
Akaneshinsha, 2014 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

Le devenir de Kusakabe, Sajô et leurs connaissances après la remise des diplômes.

Après Doukyusei et Sotsugyosei, Nakamura Asumiko sensei élargit son univers en présentant quelques tranches de vie des différents personnages. A l’université, Sajô s’émancipe et trouve même deux amis avec qui partager son secret : Kinosaki et Miyamura. L’humour se fait plus discret. L’auteure suggère toujours les sentiments et les changements graphiquement. Elle n’approfondit pas vraiment les sujets qu’elle aborde mais invite les lecteurs à observer l’évolution des personnages et de leurs sentiments. Elle s’intéresse au passé de Koma en introduisant Motohashi Ryûichi, un bisexuel pratiquant le sexe libertin. Par ailleurs, elle montre les peurs d’Arisaka de rencontrer sa fille. En outre, on remarque que les professeurs de sa série sont intègres et restent dans une relation platonique tant que leur petit ami est mineur.

Comparé à Sora & Hara, la mangaka a encore fait évoluer son trait toujours épuré mais moins dépouillé. Elle travaille plus précisément les yeux et le nez, les visages ont des formes plus variées, les mentons sont un peu plus pointus. Néanmoins, les personnages sont toujours autant longilignes. Nakamura sensei rend bien l’âge et le vieillissement des protagonistes. Elle exagère les expressions et certains mouvements, donnant une touche humoristique. Malgré le contraste noir et blanc, les planches ont une dominance claire. La mise en page reste dynamique. Les scènes érotiques évitent de montrer les parties intimes grâce aux cadrages. Toutefois, pour les passages plus sulfureux dans l’histoire de Koma, des ombres blanches sur fond noir suggèrent quelques détails. Des croquis illustrent les fins de chapitre. La couverture a été classée troisième au Chill Chill BL award 2015.

En résumé

Après trois semaines d’absence, Kusakabe vient voir Sajô à Kyoto comme prévu. Mais débordé par la préparation d’une présentation, son petit ami avait complètement oublié. Le musicien lui propose alors de s’arranger pour revenir une autre fois mais l’étudiant le retient. Il reste donc à ses côtés pendant qu’il travaille, lui préparant le café ou le massant de temps en temps. Le soir, constatant qu’il s’endort, Sajô l’invite à aller se coucher sans l’attendre. Et le matin à son réveil, Kusakabe retrouve son bien aimé collé contre lui…

En conclusion

L’auteure continue à narrer ce que devient son couple fétiche et leurs amis. La couverture n’a rien à voir avec le contenu puisque Sajô est à l’université et Kusakabe cumule des petits boulots en parallèle de la musique. Mais je trouve intéressant de découvrir un peu plus les personnages secondaires, ainsi que constater que l’élève modèle continue à changer, doucement mais sûrement.

Sora & Hara – Nakamura Asumiko

sora and hara nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782368775875
Boy’s love IDP, 2018
ISBN: 9784863492929 (JP)
Akaneshinsha, 2012 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: un peu

Les déboires amoureux du professeur Hara.

Nakamura Asumiko sensei prend directement la suite de Sotsugyosei et s’intéresse aux amours du professeur Hara. Elle aborde les difficultés que rencontre un professeur gay: trouver un partenaire, le jugement extérieur plus sévère, surtout quand ce partenaire est jeune, la pression pour le mariage. En introduisant Sorano, elle vient chambouler les principes de l’enseignant intègre. Malgré leur 22 ans d’écart, les deux héros sont mutuellement attirés et ont connu une expérience amoureuse blessante qui a modifié leur vision de l’amour. De même, Arisaka Satoshi représente le modèle de l’homosexuel tentant de paraître normal, jusqu’à ce qu’il trouve le grand amour avec Sano Hibiki. En plus de ce couple, l’auteure élargit également le cercle des personnages secondaires avec l’ami gay de Hara, Komatsu, qui devient un peu leur guide et cupidon. Elle développe principalement l’évolution des sentiments et du rapport entre les personnages, la naissance du sentiment amoureux.

Le trait de la mangaka évolue: les têtes sont ovales et les nez sont plus marqués. De même, les traits sont moins anguleux. Nakamura sensei exagère les proportions de Sorano pour rendre sa grandeur, qui a donc une carrure carrément filiforme. Elle met particulièrement en avant les petits gestes et les regards, s’attardant sur les petits détails. De même, elle équilibre les trames. La mise en page est également très dynamique avec des angles de vue originaux. Hara refusant de toucher un mineur, il n’y a donc aucune scène érotique. Même les scènes de baisers deviennent amusantes. Sous la jaquette, deux planches concluent l’histoire.

En résumé

Le professeur de musique Hara Manabu (37 ans) est plus touché qu’il ne pensait par le départ de son élève diplômé, Sajô Rihito, pour qui il nourrissait un amour secret. Il décide d’oublier sa peine en allant dans un bar gay. Sur place, il croise un beau jeune homme mais après un baiser, troublé par les souvenirs, il préfère abandonner. Cependant, quelle n’est pas sa surprise de le retrouver le lendemain dans son lycée en seconde. Aoto Sorano (15 ans) semble toujours intéressé par son professeur mais Hara, ayant pour principe de ne pas toucher aux élèves, le recadre rapidement. Cependant, le lycéen remarque le regard que porte le professeur sur Sajô venu chercher son album souvenir. Après avoir récupérer les coordonnées de l’ancien élève, il les propose à Hara. Mais ce dernier refuse avant de changer d’avis. Alors Sorano décide de ne plus les lui donner.

En conclusion

Ce spin-off a obtenu la cinquième place du meilleur manga au Chill Chill BL award 2012. L’auteure obtient la sixième place du meilleur artiste. Ce tome est plus épais que les autres de la série. Pourtant, l’approche reste encore dans l’observation des personnages et de leurs aventures. Il y a beaucoup plus d’humour, les échanges entre Hara et Sora étant très dynamiques. J’adore ce couple.

Sotsugyosei 2 – Nakamura Asumiko

sotsugyosei 2 nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782368774991
Boy’s live IDP, 2016
ISBN: 9784863491298 (JP)
Akaneshinsha, 2010 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: beaucoup

L’approche de la remise des diplômes sera-t-elle synonyme de séparation?

Nakamura Asumiko sensei continue à augmenter les tensions entre Sajô et Kusakabe, qui s’interrogent sur leur avenir: Hikaru s’est déjà informé sur les possibilités accessibles aux couples gays pour vivre en couple comme l’adoption pour le mariage, tandis que Rihito s’inquiète des jugements extérieurs. Ils prennent conscience que leurs projets d’avenir risquent de les éloigner mais n’arrivent pas à en discuter. Ainsi l’auteure montre les difficultés de futurs adultes à se projeter dans l’avenir, à gérer leurs sentiments et leurs désirs. En offrant une opportunité à Kusakabe, elle permet au couple d’expérimenter la relation à distance. Même si les personnages conservent un côté un peu naïf, elle les fait mûrir doucement. Son approche toujours pudique privilégie l’observation des sentiments et de l’innocence.

Malgré un trait dépouillé, la mangaka arrive à rendre expressif des regards sans pupilles. Elle dessine des corps longilignes avec des visages ronds. Elle soigne les décors et varie un peu plus ses trames. Ainsi, les planches semblent moins blanches comparé au tome 1. Un croquis parfois amusant conclut chaque chapitre. Par ailleurs, les scènes érotiques évitent de montrer les parties intimes grâce aux cadrages et au choix des angles de vue. Néanmoins, Nakamura sensei dépeint avec justesse la sensualité et la douceur de leur premier rapport.

En résumé

Sajô Rihito commence à être épuisé entre les visites à l’hôpital pour sa mère, les révisions et l’entretien de la maison. Ayant séché son cours du soir, il invite alors Kusakabe Hikaru à venir chez lui. Ce dernier lui a préparé un bento avec l’aide de sa mère et lui propose de l’accompagner le soir pour manger. Par ces petites attentions, Sajô réalise que son petit ami l’aide à garder le moral. Kusakabe voulant offrir un CD à la mère de Sajô lui demande de le lui transmettre. Devant la bonne humeur de son fils, elle devine alors qu’il fréquente quelqu’un. Rihito lui avoue donc sortir avec un garçon et lui présente Kusakabe. Même si le père de Sajô est présent pour l’opération, ayant réussi à se libérer, le lycéen retrouve réconfort auprès de son petit ami laissant enfin couler ses larmes…

En conclusion

Ce tome a été classé deuxième meilleur manga au Chill Chill BL award 2009. Kusakabe Hikaru occupe la première place du meilleur seme et Sajô Rihito la première place du meilleur uke. Et l’auteure est classée première meilleure mangaka. Elle survole certains sujets qu’il aurait été intéressant de développer, s’attardant principalement sur leur relation. Pourtant, je suis contente de suivre leurs aventures et de découvrir leurs décisions pour l’avenir. Une romance agréable à suivre, tendre et mignonne.

Sotsugyosei 1 – Nakamura Asumiko

sotsugyosei 1 nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782368774984
Boy’s love IDP, 2016
ISBN: 9784863491281 (JP)
Akaneshinsha, 2010 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: un peu

Avec l’approche de la remise des diplômes, Kusakabe et Sajô doivent réfléchir à leur avenir.

Nakamura Asumiko sensei continue les aventures du couple de lycéens de Doukyusei. Elle dévoile également la blessure profonde de Hara infligée par sa brève expérience avec le professeur de chimie Arisaka. Elle continue à développer pudiquement l’évolution des sentiments de ses personnages, semant des indices graphiques pour que les lecteurs devinent par eux-mêmes les changements. Les deux héros commencent à s’interroger sur l’avenir, la remise des diplômes approchant. D’ailleurs, Kusakabe affiche ouvertement sa relation, ayant mis son ami Tani au courant, tandis que Sajô a peur des jugements extérieurs. Ainsi, l’auteure approfondit la psychologie des protagonistes. Elle aborde divers sujets par des tranches de vie: la jalousie, l’anxiété, l’impuissance, la peur du regard extérieur, l’attirance sexuelle de plus en plus intense. Le comportement ambigu de Hara vient secouer un peu le couple qui avance lentement.

La mangaka a un trait épuré presque dépouillé. Elle le simplifie discrètement dans les passages humoristiques. Elle porte une attention particulière aux détails, les petits gestes et les regards transcrivant les sentiments de ses personnages. Les trames servent principalement à colorer, donnant un aspect blanc aux pages. De même, Nakamura sensei utilise beaucoup les vides, en fond ou en ellipses. La mise en page reste pourtant dynamique. Il n’y a pas de scènes érotiques mais les baisers sont de plus en plus torrides. Les chapitres se terminent sur un croquis parfois amusant. En outre, un yonkoma déstructuré en début de tome donne une anecdote amusante sur le couple phare.

En résumé

Sajô s’interroge sur ses sentiments pour Kusakabe. Malgré son amour, il n’arrive pas à contrôler ses différentes émotions provoquées par la jalousie qu’il ressent face aux filles qui abordent son petit ami. Au cours de musique, M. Hara abuse un peu de son autorité pour passer plus de temps avec Sajô. Partagé entre l’envie de protéger le lycéen et de le soutenir, il l’invite à dîner pour discuter un peu, remarquant ses difficultés de concentration. Mais en voyant Kusakabe dehors avec une fille, Sajô quitte précipitamment le café en larmes. Son professeur l’emmène alors dans une chambre d’hôtel. Cependant, il prévient également Kusakabe et le provoque. Quand le lycéen arrive précipitamment, il les laisse discuter tranquillement: Kusakabe souhaite continuer la musique malgré la séparation de son groupe et avait donc rendez-vous avec une recruteuse. Enfin rassuré, Sajô file à ses cours du soir alors que l’ambiance devenait romantique.

En conclusion

Le format tranche de vie incitant à l’observation peut donner l’impression que le rythme est un peu lent. Mais il est agréable de voir les deux héros grandir et mûrir alors que leurs sentiments semblent s’intensifier de plus en plus. J’aime beaucoup Hara qui a parfois un comportement de gamin alors qu’il est adulte. L’auteure invite les lecteurs à ressentir simplement les émotions de l’adolescence et la naissance de l’amour en accompagnant Kusakabe et Sajô dans leurs aventures amoureuses.

Copyright © 2024