Les vestiges d’un parfum 1 – Nakamura Asumiko

les vestiges d un parfum 1 nakamura asumiko

NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382762141
Hana, 2023
ISBN: 9784799726358 (JP)
Libre, 2015 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Je ne supporte pas ton visage larmoyant! »

Nakumura Asumiko sensei propose de suivre les relations très malsaines et tordues des hommes de la riche famille Hikari. Elle alterne la narration entre Kaname, Shinobu et Takezô. Elle développe son récit en tranches de vie sur plusieurs années, semant des indices en début de chapitre pour repérer les changements. Ainsi, le suspense se maintient tout au long du récit, le passé et le contexte se révélant au fur et à mesure. Le caractère pervers et manipulateur de Kaname met volontairement mal à l’aise le lecteur. De même, le jeu érotique qui s’installe entre les deux frères qui cèdent à leurs pulsions, incite à la réflexion. Ainsi, l’auteure aborde la pédophilie, l’inceste, les comportements déviants, la solitude. Elle construit son histoire autour des odeurs, comme par exemple, celle d’un parfum qui identifie une personne, une émotion (culpabilité, peur, excitation). Elle montre également comment un secret tacite permet de se dédouaner.

La mangaka a un trait anguleux très épuré presque tortueux qui contraste avec celui tout en rondeur pour Kaname, encore enfant. Elle dessine de grands yeux effilés et des corps élancés. Par ailleurs, elle exagère certaines expressions. Les trames utilisées avec parcimonie, privilégient les contrastes noir et blanc. De même, les trames d’ambiance appuient les émotions. Les décors s’estompent autour des personnages pour ne pas surcharger la page. Des vignettes recouvertes d’une trame grise indiquent les flash-back furtifs. Par ailleurs, la mise en page très dynamique s’attarde sur la sensualité des gestes, même dans le quotidien. Nakamura sensei s’amuse avec les gros plans pour détailler les réactions. Elle joue également sur les métaphores graphiques. Dans les scènes érotiques, elle censure les parties intimes par des bandelettes.

En résumé

Takezô, dont la mère est devenu la nouvelle épouse du chef de la riche famille Hikari, est secrètement amoureux de son beau-frère aîné Hikari Shinobu. Mais ce dernier n’arrête pas de le rabaisser et le critiquer. Comme Takezô rencontre des difficultés de gestion dans son restaurant français, il souhaite emprunter de l’argent à Shinobu en vain. Son neveu Kaname remarque ses sentiments et élabore alors un plan pour que son oncle puisse réaliser ses fantasmes. Profitant d’une blessure aux yeux de son père, il confie à Takezô les gants et le parfum de sa mère, Mariko. Et ce dernier, emporté par les réactions de son frère, finit par le violer sous le regard curieux de son neveu.

En conclusion

Ce tome obtient la seizième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2016. La couverture se classe également quatrième. Nakamura Asumiko sensei met volontairement mal à l’aise le lecteur, l’obligeant à s’interroger sur les relations dépravées. Son graphisme presque tortueux et son jeu de contrastes subliment le côté sombre du scénario. Attention, cette histoire peut choquer la sensibilité de certains lecteurs. D’ailleurs, l’éditeur a mis un avertissement au verso de la couverture et sur la deuxième page, une initiative notable. J’apprécie la maîtrise de la mangaka pour les récits psychologiques et torturés. Je suis donc complètement fascinée par ce récit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © 2024