Notre chemin – Amamiya

notre chemin amamiya

Amamiya アマミヤ
ISBN: 9782382762080
Hana, 2024
ISBN: 9784866534060 (JP)
Core magazine, 2020 (JP)
Titre original: ぼくらのつづき
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Pour le moment, on recommence depuis la case départ. »

Amamiya sensei narre une romance classique entre deux amis d’enfance perdus de vue qui se retrouvent quelques années plus tard. Elle base la narration principalement du point de vue de Yôsuke. Par ailleurs, elle met en avant la vie des rues commerçantes, avec l’entraide et les échanges entre les gérants de boutiques. Les deux héros ont des caractères assez marqués. A cause de sa timidité, Shû a un petit côté fuyant et tsundere. Yôsuke, quant à lui, a tendance à suivre ses pulsions mais communique parfois maladroitement. Les deux adolescents ressentent une attirance mutuelle mais prennent du temps avant de l’accepter. Ainsi, l’auteure aborde les premiers émois amoureux de l’adolescence, analysant leurs réactions. Elle maintient un certain suspense en révélant au gré des souvenirs le passé entre les deux lycéens. De même, elle joue principalement sur la dynamique entre eux.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Par ailleurs, elle s’attarde sur les détails des regards et des petits gestes. Son graphisme conserve un trait à main levé avec des pleins et déliés nombreux et des petites hachures qui marquent les volumes. Les trames sont équilibrées tandis que les trames d’ambiance apparaissent avec parcimonie. De même, les décors situent principalement l’action. Les flash-back se repèrent à leur fond noir. La mise en page est dynamique, très aérée avec de grandes ellipses et des vides. Amamiya sensei censure à peine les scènes érotiques. Néanmoins, elle joue sur les cadrages pour en montrer le moins. De même, elle dessine des hachures ou des contours blancs sur les parties intimes.

En résumé

Enfants, Sakurai Yôsuke avait sympathisé avec Nanase Shû qui venait d’emménager dans le quartier. Mais en jouant, ils ont eu un accident qui a brisé leur relation naissante. En plus, la mère de Shû, surprotectrice, n’a même pas laissé Yô s’excuser. Par conséquent, les deux amis se sont alors éloignés. Mais depuis son entrée au lycée, Sakurai croise souvent Nanase, même si tous deux s’ignorent. Pourtant, il vient à son secours quand un professeur embête un peu trop Shû sur sa couleur de cheveux. Un jour, alors qu’il aide ses parents à livrer des légumes, il découvre son ancien ami en train de travailler chez Chiyo qui tient une boutique de bentô.

En conclusion

Bien qu’Amamiya sensei propose une comédie romantique assez classique, elle maîtrise plutôt bien le format one-shot et enchaîne les évènements en alternant tension, romance, souvenirs et même quelques scènes sexy. Son graphisme mignon est un atout supplémentaire à l’appréciation de ce récit. Une lecture agréable avec des moments craquants!

Kachô fûgetsu – beauties of nature 10 – Shimizu Yuki

kacho fugetsu 10 shimizu yuki

SHIMIZU Yuki 志水ゆき
ISBN: 9782375064085
Taifu comics, 2024
ISBN: 9784403668296 (JP)
Shinshokan, 2022 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« Hitomi, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour te rendre heureux. Je te le jure! »

Shimizu Yuki sensei offre une petite pause sexy dans son récit en s’attardant sur l’intimité de Zaizen et Kiriya puis d’Itokawa et Hitomi. Elle s’intéresse à la communication au sein du couple, s’amusant à inverser les rapports de force durant les préliminaires. Ainsi, elle dévoile de nouvelles facettes de l’avocat, qui parle crûment. En effet, Masumi compte rattraper le temps perdu et est prêt à tout pour entretenir la passion. De même, Kazuto se montre plus franc sur ses sensations et prend des initiatives. Il arrive à gérer la jalousie et l’emprise de son petit ami. Prenant de l’assurance, il hésite moins à dévoiler son homosexualité. D’ailleurs, l’auteure aborde la question du coming out dans une amitié en construction, interrogeant sur la confiance. Avec la sœur de Masataka, Takako, elle dévoile un peu le passé du médecin ainsi que l’origine de sa relation dégradée avec sa famille.

La mangaka a un trait léché légèrement anguleux. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Par exemple, Ito se transforme parfois en wanko. Les corps sont tous finement musclés. Les trames équilibrées ont une dominante claire. Par contre, les trames d’ambiance, plutôt graphiques, alternent avec les décors soignés. La mise en page est très dynamique. Shimizu sensei ne censure pas les scènes érotiques et offre même des coupes intérieures. Parfois, elle ne détaille pas les parties intimes. Dans les illustrations en début de chapitre, elle fait poser les personnages dans un moment câlin. Comme dans le tome précédent, une fiche présente succinctement les protagonistes au début du volume.

En résumé

Depuis qu’ils se sont avoués leurs sentiments, Kiriya Shun et Zaizen Masumi profitent pleinement de leur amour. Décidé à tenir sa promesse d’aller dans un onsen, le patron du clan Hiraoka propose alors d’annoncer d’abord à Hitomi Masataka qu’ils sortent ensemble. Le médecin d’une humeur massacrante car son petit ami Itokawa Kazuto est de sortie avec Hizuru, les accueille froidement. Toutefois, il change immédiatement en découvrant les luxueux ingrédients apportés par Kiriya. Capricieux, il exige pourtant que son ami yakuza aille chercher du poivre pendant qu’il prépare un festin avec Zaizen. Ayant deviné l’objet de leur visite, Hitomi confirme son amitié inébranlable mais rappelle qu’il prendra toujours le parti de Zaizen.

En conclusion

Shimizu Yuki sensei offre une parenthèse tendre et sexy dans son récit, concluant l’histoire de Zaizen et Kiriya ainsi que celle d’Ito et Hitomi. Elle alterne avec brio humour, tension et tendresse. Son graphisme sensuel est un bonheur pour les yeux. Nous avons rattrapé les sorties japonaises et la patience va devenir une vraie torture. Une lecture passionnante, qui aborde des sujets d’actualités avec des personnages séduisants et attachants.

Cherry magic 4 – Toyota Yuu

cherry magic 4 toyota yuu

TOYOTA Yuu 豊田悠
ISBN: 9782385314392
Akata, 2024
ISBN: 9784757566491 (JP)
Square enix, 2020 (JP)
Titre original: 30歳まで童貞だと魔法使いになれるらしい 4
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

« Rien qu’à l’entendre, j’ai le cœur qui bat la chamade! »

Toyota Yuu sensei continue de jouer sur les poncifs des BL tout en brisant les moments les plus romantiques avec humour. D’ailleurs, elle dénonce la vision commerciale et les clichés sur les rendez-vous amoureux en général, imposés par les magazines et admis depuis par la société. En plus de son manque de confiance en soi et la tendance à se déprécier, Adachi redoute le jugement et les regards extérieurs. Pourtant, il prend de l’assurance en découvrant les faiblesses de Kurosawa, grâce à la lecture de ses pensées. L’auteure alterne quiproquos, réactions exagérées, tension et moments tendres et romantiques avec dextérité. Elle aborde le manque de communication, la culpabilité ressentie face aux secrets dévoilés grâce au pouvoir de lire dans les pensées. Dans les chapitres bonus, elle continue la romance entre Tsuge Masato et Minato. Un chapitre spécial s’intéresse également aux spécificités des fujôshi avec Fujisaki.

La mangaka a un trait épuré qu’elle simplifie dans les passages humoristiques. Les trames sont très variées. De même, les trames d’ambiance appuient les émotions. Les décors, soignés, apparaissent sur les plans larges. La mise en page dynamique utilise souvent les superpositions de vignettes. Dans la postface, Toyota sensei offre des anecdotes amusantes sur la création de son manga et annonce une adaptation en série télévisée. Comme dans le tome précédent, les pensées lues par Adachi apparaissent en rose. Par ailleurs, les éditions Akata propose une version collector dans laquelle les pensées en rose sont dans tous les chapitres. La couverture diffère également. Un livret bonus accompagne le tout contenant des illustrations couleurs, des yonkoma en couleur et une histoire reprenant les fantasmes des fujôshi du bureau: Fujisaki, Hatori et Suga.

En résumé

Adachi a couru jusqu’à l’aéroport pour déclarer ses sentiments à Kurosawa Yûichi qui était de retour d’un déplacement. Quand les deux hommes s’enlacent, le magicien s’inquiète un peu en découvrant le combat intérieur du beau gosse. Mais Asahina les interrompt. Heureusement, Adachi repousse de justesse son « nouveau » petit ami. De retour chez lui, il reçoit un appel de Kurosawa qui lui propose alors une sortie à deux le week-end.

En conclusion

Toyota Yuu sensei arrive à nous faire rire dans les moments les plus romantiques en détournant les clichés classiques du genre. Par ailleurs, elle offre indirectement une critique légère de la marchandisation de l’amour et de la construction de certains clichés. Son graphisme est efficace et agréable. Je craque complètement pour tout ce petit monde qui cache beaucoup de chose derrière leurs sourires conciliants. Une lecture touchante et amusante, avec une relation si mignonne dans laquelle on se retrouve forcément à un moment.

Sasaki et Miyano 9 – Harusono Shou

sasaki et miyano 9 harusono shou

HARUSONO Shou 春園ショウ
ISBN: 9782385312701
Akata, 2024
ISBN: 9784046811400 (JP)
Kadokawa, 2022 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

« Tu veux bien sortir avec moi, ce jour-là? »

Harusono Shou sensei continue de développer les émotions de Sasaki et Miyano face au changement de leur situation. Elle s’intéresse à la difficulté à coordonner son emploi du temps, l’exaltation des sentiments et la gestion de la distance. Ainsi, une gêne s’installe entre les deux amoureux, Shûmei se montrant plus démonstratif mais le regrettant aussitôt. Miyano prend un peu plus d’assurance et d’initiatives, soutenu par ses parents et ses amis. Ogasawara Jirô et Hanzawa Masato apportent une note comique. D’ailleurs, l’auteure joue sur les clichés du BL, s’amusant sur la limite entre amitié et amour, dans la gestuelle ou la discussion. Avec l’introduction d’Ugawa Sora, un camarade de classe de Sasaki, elle aborde le jugement sur l’apparence, la question du coming out. De même, elle rappelle que les démonstrations romantiques quelque soit l’orientation sexuelle du couple, peuvent mettre mal à l’aise à travers les réactions de Shirahama.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux de style shôjo. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, n’hésitant pas à arrondir les têtes. Les trames sont variées tandis que les trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page plutôt classique alterne des yonkoma. Comparé au tome précédent, Harusono sensei fait poser les personnages du récit et donne sa postface sous la jaquette. Elle précise le découpage du temps sur le sommaire. Dans les bonus, elle regroupe les histoires promotionnelles en les classant par thème. Ses chapitres n’ont d’ailleurs pas la même taille.

En résumé

L’anniversaire de Sasaki Shûmei approche. Miyano Yoshikazu appelle donc son petit ami pour l’inviter à un rendez-vous à deux. Mais s’étant un peu trop emballé, il demande alors conseil auprès de Kuresawa Tasuku. Shirahama Kyôji et Tashiro Gonzaburô se mêlent rapidement à la conversation de leurs amis. Toutefois, la discussion dérive rapidement sur leur orientation.

En conclusion

Harusono Shou sensei arrive à créer une ambiance chaleureuse, douce avec la bienveillance de ses personnages. Son graphisme dégage d’ailleurs le même effet. De même, elle traite avec délicatesse les questions sur les premiers émois amoureux et la sexualité de l’adolescence. Une lecture qui procure les mêmes sensations qu’un doux bonbon qui fond doucement sur la langue. Cette série est idéale pour débuter dans le BL.

Un amour de robot – Kanipan

un amour de robot kanipan

Kanipan
ISBN: 9782382764411
Hana, 2024
ISBN: 9784866694337 (JP)
J publishing, 2021 (JP)
Titre original: 足りないふたり
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: si on s'ennuie

« Ce collègue masculin peut-il aider Kio à oublier sa déception amoureuse? »

Kanipan sensei narre une romance entre deux hommes qui éprouvent des difficultés à montrer leurs émotions. Elle alterne la narration entre les deux héros. Ainsi, Kio se cache constamment derrière un sourire conciliant mais arrive à faire tomber le masque face à Osamu. Bannai quant à lui, agit tel un robot, analysant et expérimentant différents sentiments. Grâce à Shiomi, il progresse dans la compréhension de ses émotions et fait de plus en plus d’efforts pour les exprimer. Bien que le couple avance avec maladresse, programmant même des objectifs, il communique beaucoup. D’ailleurs, l’auteure qui a débuté la relation par un rapport non consenti, rééquilibre rapidement la situation après une mise au point. Elle aborde donc la question du substitut suite à un échec amoureux, la difficulté à exprimer ses sentiments, la construction d’une relation par la communication, l’acceptation des défauts de son partenaire. Les quiproquos ajoutent une note d’humour.

La mangaka a un trait épuré très anguleux, presque raide, qui rappelle le style des années 1990. Elle le simplifie à l’extrême et le déforme même dans les passages humoristiques. Par exemple, elle dessine Kio et Osamu en wanko. Des hachures marquent les ombres fortes. Ainsi, les trames servent principalement pour les couleurs en aplat et les effets d’ombre. De même, les flash-back se repèrent à leur fond noir. Les décors alternent avec les trames d’ambiance. La mise en page classique propose néanmoins quelques pages plus dynamiques. Bien que Kanipan sensei ne censure pas les scènes érotiques, elle cache souvent les parties intimes en jouant sur les angles de vue ou les cadrages. A la fin de certains chapitres, elle dévoile des renseignements complémentaires à travers quelques petits dessins.

En résumé

De par son éducation stricte, Shioumi Kio a appris à cacher constamment ses émotions derrière un sourire conciliant. Ainsi, il n’a jamais osé déclarer ses sentiments à sa supérieur Yatani, qui s’est alors mariée récemment. Il a également du mal à s’entendre avec son collègue Bannai Osamu qui parle beaucoup trop directement et qui ne lit pas les ambiances. Un jour, cet homme qui agit comme un robot et l’observe tout le temps, lui demande alors de lui expliquer ce qu’est l’amour. Comprenant que Bannai a du mal à comprendre les émotions, Kio sympathise finalement avec lui. Mais curieux d’expérimenter l’amour, son collègue lui propose de sortir ensemble. Et Kio accepte en espérant ainsi oublier son échec amoureux.

En conclusion

Kanipan sensei propose un scénario à la base plutôt intéressant sur la difficulté à exprimer ses émotions. Malheureusement, le format one-shot le dessert car elle enchaîne maladroitement et trop vite les évènements, ayant beaucoup de choses à aborder. En plus son graphisme très anguleux pourra déplaire au public actuel. De même, la première relation, non consentie, pourra choquer la sensibilité de certains lecteurs. Pour ma part, j’apprécie beaucoup l’histoire après la mise au point entre les deux héros, Kio comprenant le problème de son partenaire et le prenant donc en main pour le guider. Je trouve leur évolution mignonne et attendrissante. Un titre qui ne restera pas dans les mémoires mais qui peut trouver son public, je pense.

Ose me dire que c’est pas de l’amour – Sakurai Nanako

ose me dire que c est pas de l amour sakurai nanako

SAKURAI Nanako 櫻井ナナコ
ISBN: 9782382764367
Hana, 2024
ISBN:‎ 9784866574912 (JP)
Frontier works, 2021 (JP)
Titre original: 恋じゃないと目を見て言って
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Quand je tombe amoureux, je me jette à fond dans la relation. »

Sakurai Nanako sensei propose une classique romance de sex friends à amants entre un étudiant et un cuisinier qui ont tendance à trop s’investir en amour. Elle joue sur les contradictions entre leurs actions et leurs paroles pour créer tension et quiproquos. A force d’être blessé par des ruptures, Yuito renonce à une relation sérieuse et fuit tout ce qui y ressemble. Arata respecte sa décision mais joue sur la distinction entre ami et amant pour arriver à ses fins. Bien que les deux hommes ressentent des sentiments réciproques, ils s’enlisent dans une certaine distance pour pouvoir conserver leur relation. Leur entourage les guide un peu. L’auteure révèle le passé d’Amari seulement à la fin. Ainsi, elle crée un peu la surprise. En bonus, elle montre la vie à deux du couple.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo. Pour les rougissements, elle dessine des hachures envahissantes qui recouvrent même les yeux et les cheveux. Dans les passages humoristiques, elle simplifie son trait. Les trames sont utilisées avec parcimonie. De même, les trames d’ambiance se font discrètes. Par ailleurs, les décors situent principalement l’action. Les flash-back se repèrent immédiatement à leur fond noir. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Sakurai sensei censure les parties intimes par des bandelettes blanches. Elle offre environ une scène par chapitre. Sous la jaquette, elle présente sa postface en manga accompagnée d’un dessin.

En résumé

Amari Yuito a la fâcheuse tendance à se jeter corps et âme dans une relation quand il est amoureux. Ainsi, il n’hésite pas à utiliser son corps pour obtenir enfin l’amour de sa cible, ne se souciant guère de la situation de famille de cette dernière. Mais il se fait également souvent plaquer car ses partenaires le trouvent finalement étouffant. Après une énième rupture, il décide donc de se contenter d’un simple coup d’un soir. Dans un restaurant, il rencontre un bel étudiant qui mange avec appétit. Bien qu’il évite habituellement les jeunes, intrigué, il sympathise rapidement avec lui. Kuze Arata accepte alors de continuer leur conversation autour d’un verre chez Yuito. Et ils finissent même par coucher ensemble.

En conclusion

Sakurai Nanako sensei offre un scénario très classique et sans prétention dont l’enchainement des évènements se devine facilement. D’ailleurs, elle utilise quelques raccourcis mais cela n’est pas dérangeants. En plus, elle a un graphisme plutôt mignon agréable. J’ai apprécié ma lecture malgré le manque d’enjeu, m’attachant facilement aux personnages. Une lecture sympathique!

Toujours sucré 2 – Kojima Katsura

toujours sucre 2 kojima katsura

KOJIMA Katsura 児島かつら
ISBN: 9782382764091
Hana, 2024
ISBN: 9784801978300 (JP)
Takeshobo, 2022 (JP)
Titre original: とめどなく、シュガー 下
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Le passage du monde de l’université au monde des adultes. »

Kojima Katsura sensei continue d’analyser les différentes pressions et inquiétudes face au coming out. Comme dans le tome précédent, elle aborde les difficultés d’une relation à distance. Ainsi, en introduisant Iori, elle crée des tensions dans le couple, la confiance s’étiolant à cause du manque de communication. Par ailleurs, en devenant le confident de Riichi, Senô apporte un autre regard sur ses questionnements. Keita qui bénéficie du soutien de sa famille et de ses collègues, en particulier Someya, avance doucement mais sûrement dans ses projets. Il n’hésite d’ailleurs pas à se remettre en question pour sauver son couple. En effet, le côté fuyant de Yaïba complique les discussions. Ainsi l’auteure s’attarde sur la construction d’un avenir en commun, de la nécessité de prendre des décisions et de faire des efforts. Elle dévoile le futur du couple dans l’histoire bonus.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux. Elle dédouble parfois les contours. Dans les passages humoristiques, elle simplifie son trait. Les décors détaillés et plutôt présents apportent une note réaliste. De même, les trames sont équilibrées. Néanmoins, des hachures marquent les ombres fortes. Par ailleurs, les trames d’ambiance appuient les émotions. La mise en page est très dynamique. Dans les scènes érotiques, Kojima sensei ne détaille pas les parties intimes. Elle dessine même des contours discontinus. A la fin des chapitres, elle offre des têtes trop chou des personnages en SD.

En résumé

Yaïba Riichi n’arrive pas à se concentrer sur son travail car il a peu dormi. En effet, il a veillé tard en expérimentant le sexe au téléphone avec son petit ami Nishina Keita. Alors qu’il espérait appeler ce dernier durant sa pause déjeuner, une cliente difficile vient lui demander des conseils. Elle est accompagnée d’un beau jeune homme, Senô Iori. En discutant, ce dernier ne cache nullement son homosexualité et devine même l’orientation sexuelle du vendeur. D’abord surpris, Riichi meurt d’envie de discuter avec lui mais a également très peur qu’il révèle involontairement son secret. Pourtant, les deux hommes sympathisent vite. A la fin du mois, Yaïba rejoint comme d’habitude Keita mais il se montre tellement enthousiaste en parlant de son nouvel ami qu’il provoque le doute et la jalousie de son amant.

En conclusion

Ce tome se classe à la sixième place du meilleur manga profond au Chill chill BL award 2023. Kojima Katsura sensei offre une analyse fine des émotions lors d’une relation à distance ainsi que la vision différente du coming out selon les personnalités. Je trouve que son graphisme va à l’essentiel et dégage à la fois douceur et effet brut. Je craque complètement pour les différents personnages, même secondaires. Un beau coup de cœur!

Toujours sucré 1 – Kojima Katsura

toujours sucre 1 kojima katsura

KOJIMA Katsura 児島かつら
ISBN: 9782382764084
Hana, 2024
ISBN: 9784801978294 (JP)
Takeshobo, 2022 (JP)
Titre original: とめどなく、シュガー 上
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Une relation partie d’une nuit d’amour destinée à panser deux cours blessés. »

Kojima Katsura sensei propose de suivre les aventures amoureuses de Nishina dans ce spin-off de Five corners coffee. Elle aborde entre autres la souffrance d’un amour à sens unique, les difficultés d’une relation à distance et la question du coming out. En effet, Keita, qui parle franchement, assume son homosexualité et n’hésite pas à exprimer son amour publiquement. Riichi, quant à lui, a peur du jugement extérieur et du rejet, vivant en province. En plus, il supporte mal la pression familiale sur ses relations amoureuses. L’auteure analyse avec finesse les sentiments de ses deux héros, leurs doutes et leurs questionnements. Elle s’intéresse à la perception différente de l’homosexualité entre province et grande ville. De même, elle s’attarde sur l’image extérieure que l’on peut se donner pour se protéger. Grâce à une compréhension mutuelle et beaucoup de patience, le couple évolue petit à petit.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Elle dédouble parfois les contours, apportant ainsi une touche un peu brute. Par exemple, les pupilles ont la forme d’un simple point. Les trames sont variées toutefois, des hachures marquent les ombres fortes. De même les trames d’ambiance se font discrètes. Les décors soignés apparaissent sur les plans larges. La mise en page très dynamique rythme la lecture. Dans les scènes érotiques, Kojima sensei censure à peine les parties intimes. Ainsi, elle ne détaille pas ces dernières en plus d’un contour discontinu. En fin de chapitre, elle offre une petite anecdote avec d’adorables têtes des personnages en SD.

En résumé

Nishina Keita retrouve ses camarades d’université dans un bar de Shinjuku. Tout le monde en profite alors pour fêter sa réussite d’embauche. De passage dans le quartier gay, il interrompt une altercation entre trois hommes et sauve ainsi Yaïba Riichi, un camarade de classe un peu dragueur qu’il ne supporte pas. Toutefois, en discutant, il remarque que sa première impression était fausse. En effet, Riichi lui confie être homosexuel et qu’il souhaitait vivre une première expérience avant de rentrer chez lui à la campagne, pour succéder à son père dans son commerce. Mais il est mal tombé avec ces deux hommes qui voulaient lui imposer un plan à trois. Keita propose alors à son camarade de coucher avec lui. Le lendemain, quand Yaïba le quitte, il lui avoue qu’il l’aimait.

En conclusion

Kojima Katsura sensei propose une romance plutôt originale puisque le couple se forme alors que les deux héros ne vont plus vivre dans la même ville. Elle décortique parfaitement les émotions de ses personnages et propose tout de même quelques scènes très sexy. La présence de Harumi et Kimihiko de Five corners coffee est tellement discrète que sa lecture n’est pas une obligation pour comprendre ce récit. Par ailleurs, le graphisme s’adoucit. Je suis très heureuse de découvrir l’histoire de Nishina.

Le petit ami dangereux de Suzu – Kasai Chiaki

le petit ami dangereux de suzu kasai chiaki

KASAI Chiaki かさいちあき
ISBN: 9782382764305
Hana, 2024
ISBN: 9784801975187 (JP)
Takeshobo, 2021 (JP)
Titre original: 地雷系彼氏すずくん
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« Un amour entre deux êtres que tout oppose, liés par Kappa, la petite peluche. »

Kasai Chiaki sensei propose une romance entre deux étudiants aux caractères diamétralement opposés. Elle révèle au fur et à mesure les petits secrets des personnages, dévoilant en fin de compte des personnalités bien plus complexes qu’elles ne paraissent. Ainsi, bien que Suzu aime sa solitude et ne cherche pas à se lier d’amitié, il fait des efforts pour connaître un peu plus Aiji et s’ouvrir à lui. De même, malgré un comportement très proche du harcèlement et du chantage, Sawamuro montre sincèrement ses sentiments et s’adapte à l’univers de son camarade. L’auteure joue sur le classique scénario « tomber amoureux de celui qui nous rejette » pour aborder différentes approches des relations sociales lorsque que l’on est à la base calme, entre rejet ou intégration à travers un faux « masque ». Elle s’intéresse également au jugement sur l’apparence, l’influence des préjugés, la difficulté à se montrer tel que l’on est.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux avec des contours qui se déforment ou se dédoublent pour renforcer les réactions des personnages. D’ailleurs, elle exagère les expressions dans les passages humoristiques, simplifiant parfois son trait. Elle a également un style reconnaissable, avec des oreilles un peu pointues caractéristiques. Les trames sont très variées. Par contre, les trames d’ambiance alternent avec les décors. La mise en page est très dynamique, avec des sorties de cadre. Kasai sensei ne censure pas les scènes érotiques. Par ailleurs, elle intègre des jeux érotiques avec Kappa. En fin de chapitre, elle propose également quelques aventures mignonnes de la peluche ou des yonkoma apportant des anecdotes. Les personnages posent dans les illustrations en début de chapitre.

En résumé

Le timide Furushima Suzu a perdu sa chère peluche Kappa, réalisée par son cousin Ryûichi d’après une création de Takowasa. Il la cherche désespérément dans les couloirs de l’université quand le beau Sawamuro Aiji l’interpelle, entouré de ses groupies. Ce dernier le taquine un peu avant de lui rendre la peluche qu’il a retrouvée, légèrement abimée. Depuis, il semble vouloir sympathiser avec Suzu mais se montre un peu trop insistant et tactile, au grand dam de l’asocial étudiant. D’ailleurs, le beau gosse prétexte vouloir fuir les filles trop collantes. Charmé par les larmes du morose Furushima qui panique dès qu’on le touche, Aiji lui vole soudain un baiser par dessus son masque.

En conclusion

Kasai Chiaki sensei crée une dynamique intéressante entre ses personnages. Elle équilibre petit à petit la relation entre ses deux héros, qui dévoilent leur vraie personnalité. Son graphisme très expressif rend bien les émotions. Toutefois, certains lecteurs pourront trouver les jeux sexuels avec la peluche Kappa et le harcèlement constant d’Aiji assez malaisants. Fan de la mangaka habituée aux romances tumultueuses, je me suis facilement plongée dans ce récit. J’ai d’ailleurs hâte de découvrir le second tome! Une lecture ambiguë qui ne plaira pas à tout le monde mais ravira les fans du genre.

Amour & désir – Ahiru Morishita

amour et desir ahiru morishita

AHIRU Morishita アヒル森下
ISBN: 9782382764244
Hana, 2024
ISBN:‎ 9784801978577 (JP)
Takeshobo, 2022 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: un peu

« Si Noa me touchait encore plus, qu’est-ce que je ressentirais? »

Ahiru Morishita sensei propose une comédie romantique entre un jeune reclus asocial et sombre et un étudiant nippo-allemand radieux un peu otaku. Elle aborde donc la difficulté à communiquer et à exprimer ses sentiments, les différences culturelles. Elle ajoute une note dramatique en dévoilant au fur et à mesure le passé de Kei. Avec la cohabitation, les deux hommes se découvrent des points communs et une attirance mutuelle. Noa réalise qu’il aime prendre soin de son hôte tandis que Kei s’interroge sur sa libido. Ainsi, les quiproquos entre eux apportent une touche humoristique. L’auteure s’intéresse par ailleurs à la distinction entre amour et désir sexuel, analysant les questionnements de ses deux héros.

La mangaka a un trait épuré plutôt fin qui joue sur les pleins et déliés. Elle le simplifie à l’extrême dans les passages humoristiques. Elle compare les réactions de Kei à celles d’un chat, n’hésitant pas à lui ajouter oreilles et queue ou à dessiner un petit chat noir à côté, augmentant son côté mignon. Les trames sont variées tandis que les trames d’ambiance, plutôt graphiques, appuient les émotions. Les décors sont soignés et le lecteur peut même reconnaître certains quartiers de Tokyo. La mise en page est par ailleurs dynamique. Dans les scènes érotiques, Ahiru sensei censure les parties intimes par des hachures blanches et des contours discontinus. Dans les illustrations en début de chapitre, elle présente le couple dans leurs moments tendres.

En résumé

Noa, nippo-germanique, se rend au Japon pour un mois. En échange d’un logis dans une belle maison traditionnelle, il accepte de s’occuper de Kei, un hikikomori. Ce dernier a d’abord du mal à s’exprimer, d’autant plus que Noa se montre très tactile. Pourtant, il multiplie les efforts malgré sa maladresse pour communiquer avec son nouveau colocataire. D’ailleurs, Noa adore voir les différentes réactions de son hôte. Mais en rentrant un soir, il entend Kei en train de se masturber tout en prononçant son nom.

En conclusion

Ahiru Morishita sensei propose une romance toute mignonne alternant entre humour, drame et érotisme. Elle délaisse rapidement la question interculturelle pour s’attarder sur les sentiments des personnages. Son graphisme transcrit parfaitement les émotions des personnages. Une lecture simple, sympathique, légèrement affriolant qui fait passer un bon moment de détente.

Copyright © 2024