Entre tes griffes 2 – Kureno Mataaki

entre tes griffes 2 kureno mataaki
KURENO Mataaki くれの又秋
ISBN: 9782382760062
Hana, 2021
ISBN: 9784865545401 (JP)
Overlap, 2019 (JP)
Titre original: 手中に落していいですか2
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« Alors qu’il lui suffirait de me mentir en me disant qu’il me déteste… »

Kureno Mataaki sensei continue de développer la romance compliquée entre Nitta et Mikajima. Elle développe un peu plus leur background en présentant leur famille et leur passé. De même, elle montre les difficultés de l’industrie pornographique. Ainsi, à travers Arima (21 ans), Nitta découvre la réputation et l’influence du « recruteur magicien qui fait tomber même les hétéros ». Il s’interroge de plus en plus sur le sentiment amoureux. L’introduction de Mikajima Megumi (34 ans), cousin du rabatteur, apporte une touche humoristique et rafraichissante avec sa spontanéité. L’auteure étoffe son histoire en présentant la vision de l’amour à travers différentes orientations sexuelles, en particulier avec Mikajima qui est bisexuel, Megumi hétérosexuel et Arima homosexuel. Elle décrypte comment les liens se tissent autour du partage des passions et révèle de nouvelles facettes des personnages. Elle offre également deux bandes-dessinées amusantes résumant ses impressions sur l’enregistrement du drama CD.

Comparé au tome précédent, la mangaka a un trait épuré qui s’affirme, avec maintenant des pleins et des déliés. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, avec parfois des têtes au format SD aux traits presque dépouillés mais avec un côté mignon. Les décors apparaissent dans les plans larges. Les trames d’ambiance appuient les émotions. La mise en page dynamique utilise parfois un découpage filmique décomposant certains passages importants. Kureno sensei n’intègre pas de scènes érotiques dans l’histoire principale. Elle se rattrape en offrant deux histoires bonus en fin de tome dans la continuité d’un chapitre chacun, montrant en détail et sans censure la masturbation de Nitta puis Mikajima. Elle change alors son découpage habituel alternant les images d’action et imaginaires avec un bel effet. En début de chapitre, une illustration présente un personnage qui pose.

En résumé

Nitta Suguru ne veut plus voir Mikajima mais il a du mal à oublier les sensations qu’il a ressenties quand ils ont couché ensemble. Néanmoins, sa réaction le dégoûte. Suite à l’appel de sa sœur aînée Akane, qui lui a envoyé un colis, il essaie de se renseigner sur le sentiment amoureux, désirant mieux le comprendre. Mais leur conversation est interrompue par leur petite sœur Mio qui leur fait remarquer l’heure tardive. A la librairie pour acheter un livre de Mikoshiba qu’il a abîmé, il rencontre un jeune homme, Arima, qui souhaitait le même roman et lui cède le dernier exemplaire. Il surprend alors des voleurs à la tir et les arrête. Impressionné par son courage, Arima l’invite alors à discuter à la terrasse d’un café. Mais ils sont interrompus par Mikajima…

En conclusion

Mikajima se classe à la treizième place du meilleur seme au Chill chill BL award 2020. Par contre, Nitta Suguru est cité parmi les autres uke qui n’ont pu se classer. De même, les lecteurs citent ce tome hors classement, parmi les meilleures séries au scénario captivant appréciant la jalousie générée par cet amour naissant qui ne décolle pas. En effet, l’histoire prend son temps et maintient la question du consentement. D’ailleurs, Kureno sensei rappelle le malaise ressenti lorsque quelqu’un impose ses idées à travers le comportement de Megumi. J’adhère complètement à l’histoire qui devient par contre plus bavarde. Un style qui ne plaira pas à tout le monde mais qui me charme totalement.

Entre tes griffes 1 – Kureno Mataaki

entre tes griffes 1 kureno mataaki
KURENO Mataaki くれの又秋
ISBN: 9782382760055
Hana, 2021
ISBN: 9784865542639 (JP)
Overlap, 2017 (JP)
Titre original: 手中に落としていいですか1
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« J’essaie toujours d’obtenir ce que je veux… Sans relâche, jusqu’à ce que je puisse mettre le grappin dessus. »

Kureno Mataaki sensei offre une romance tendue entre un policier et un recruteur d’acteurs pornos gays. A travers Nitta, elle interroge sur le point de vue négatif de certains métiers considérés comme dépravés. Ainsi, le naïf policier pétri de bonnes intentions, réalise petit à petit que son jugement est biaisé par des clichés diffusés par la société. Au contact de Mikajima, il découvre de nouveaux sentiments et de nouvelles sensations. En effet, le rabatteur assume complètement sa sexualité, a conscience de forcer la relation et pourtant, son amour pour Nitta est sincère. D’ailleurs, à travers le jeu de séduction de Mikajima, l’auteure aborde la question du consentement. Elle montre également la difficulté de Nitta à décrypter ses sentiments ambivalents, entre joie de trouver un ami avec qui partager des passions et peur de l’homosexualité.

La mangaka a un trait épuré qui conserve un aspect croquis, avec le dédoublement des contours. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, n’hésitant pas à déformer les têtes pour les rendre cubiques. Elle dessine des corps finement musclé. De même, l’air sournois de Mikajima s’affiche dans les traits de son visage. Les décors apparaissent sur les plans larges. Les trames d’ambiance renforcent les émotions tandis que le reste des trames est équilibré malgré une palette restreinte. Par ailleurs, la mise en page dynamique joue beaucoup avec un découpage presque filmique, décomposant certains moments. En plus, Kureno sensei ne censure pas les scènes érotiques, détaillant même les sensations. Et dans les illustrations en début de chapitre, elle fait poser ses personnages avec une touche sensuelle.

En résumé

Mikajima, recruteur d’acteurs pornos gays, repère dans la rue Nitta (26 ans) qui, malgré un corps sculpté, a un joli visage juvénile. Remarquant qu’il lit un roman de Mikoshiba Kikka dans un café, il utilise alors leur passion commune pour l’aborder. Trop heureux de rencontrer quelqu’un avec qui discuter, Nitta accepte immédiatement l’invitation de ce potentiel nouvel ami. Mais ayant abusé de l’alcool, il se laisse doucement prendre aux délices des attouchements de Mikajima…

En conclusion

Ce tome obtient la cinquième place du meilleur nouveau venu au Chill chill BL award 2018. Même si l’érotisme prime, Kureno sensei arrive à construire une dynamique intéressante entre les deux personnages. D’ailleurs, j’apprécie l’approche de l’auteure qui oblige le lecteur à se questionner sur le consentement souvent gris des relations décrites dans le BL. Ainsi, Nitta ne développe pas de sentiments amoureux pour l’instant même si son corps réagit et qu’il cède consciemment. En revanche, à cause de ce manque de consentement, certaines scènes peuvent choquer la sensibilité des lecteurs. Pour ma part, c’est un coup de cœur!

A fool’s love song – Jyanome

a fool s love song jyanome
Jyanome じゃのめ
ISBN: 9782382762882
Hana, 2022
ISBN: 9784863496828 (JP)
Akaneshinsha, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

« Y’a-t-il quelqu’un pour me sauver et m’aimer? »

Jyanome sensei présente une romance prenant la forme d’une quête amoureuse. Elle confronte des caractères complètement opposés, créant une dynamique entre les personnages. Ainsi, Tamizô se laisse porter par les évènements. Son côté naïf et superstitieux renforce son esprit libre et sa solitude profonde qu’il n’affiche pourtant pas. Même s’il se pose beaucoup de questions, il a besoin d’expérimenter les choses pour les comprendre. Yachiyo, quant à lui, vient d’une famille nombreuse et a donc tendance à prendre soin de Tomita. Il fuit alors ses sentiments changeants. L’auteure décortique ainsi avec finesse la période charnière de la fin de l’adolescence, interrogeant sur le sentiment de responsabilité. Elle aborde également l’amitié, la durée des relations, la pression familiale et sociale, la difficulté de se lancer dans la musique entre loisir et avenir. Les deux héros, prisonniers de leurs sentiments et leurs obligations, acceptent peu à peu de changer.

La mangaka a un trait épuré et anguleux. Elle les simplifie dans les passages humoristiques, dessinant également quelques personnages au style caricatural. Par ailleurs, elle joue beaucoup sur les contrastes noir et blanc. Ainsi, les trames sont très variées tandis que les trames d’ambiance se font discrètes. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Jyanome sensei censure à peine les parties intimes mais évite de les détailler. D’ailleurs, elle utilise surtout les cadrages pour ne pas les montrer.

En résumé

Kiki Yachiyo, le guitariste du groupe de rock Choucas, a trouvé Tomita Tamizô affalé dans les poubelles en train de chanter. Séduit par sa voix, il lui a proposé de rejoindre son groupe. Et depuis, il prend souvent soin du jeune homme malchanceux. Aujourd’hui, il punit le chanteur arrivé en retard. Ce dernier s’est fait arnaquer par une voyante croisée en chemin. En plus, il croit à sa prédiction lui annonçant l’apparition de son âme sœur et se laisse donc facilement séduire par Misaki, le barman de la salle de concert. Mais le batteur Yoshi alerte alors Yachiyo, le barman étant déjà l’amant du propriétaire de la salle, peu recommandable…

En conclusion

Comme à son habitude, Jyanome sensei décortique les sentiments de ses personnages avec brio. Le graphisme ne dégage pas autant de sensualité que ses œuvres récentes mais on y retrouve déjà son style marqué et sa poésie. La naïveté de Tamizô est déconcertante. J’avais envie de le secouer mais en même temps, cela colle parfaitement à sa manière de voir la vie et les relations. Une lecture intéressante qui nous rappelle que le destin est parfois juste à portée sous notre nez.

Sasaki et Miyano 3 – Harusono Shou

sasaki et miyano 3 harusono shou
HARUSONO Shou 春園ショウ
ISBN: 9782382122693
Akata, 2022
ISBN: 9784040695297 (JP)
Kadokawa, 2018 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

« Est-ce que ce que je ressens est bien de l’amour? »

Harusono Shou sensei continue de présenter les spécificités du genre BL à travers les discussions de ses deux héros, rappelant au passage les comportements fictifs à ne pas reproduire dans une réelle relation. Elle commence également à développer leur romance. Ainsi, Miyano analyse ses sentiments et s’interroge sur sa relation particulière avec Sasaki suite à sa déclaration. Comme il complexe sur son visage aux traits efféminés, il n’apprécie guère les compliments sur son physique. Shûmei exprime franchement mais maladroitement ce qu’il ressent. Toutefois, étant attentif à son ami, il respecte constamment ses réactions. Par ailleurs, le sommaire montre que le temps s’écoule plus lentement. Kuresawa et Tashiro apportent également des touches d’humour. Comme dans le tome précédent, l’auteure présente dans l’histoire bonus, les aventures de Hirano et son colocataire mais, cette fois, elle aborde le point de vue de Kagiura Akira.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo qu’elle simplifie et arrondit dans les passages humoristiques, donnant un effet SD à ses personnages. Elle utilise également les caractéristiques graphiques des séries publiées sur le web comme les bulles colorées et les contours plus épais. Elle dessine aussi de grands yeux expressifs. En plus, les protagonistes rougissent facilement. Par ailleurs, les décors très présents et détaillés, s’estompent autour des personnages. Les trames sont variées. De même, les trames d’ambiance, très graphiques, ajoutent un côté mignon général. Harusono sensei alterne les yonkoma et la mise en page dynamique des narrations classiques. Elle présente les personnages en fin de tome. Elle transforme la page en couleurs du début de tome en petit film, jouant avec le découpage. Sous la jaquette, deux planches offrent des anecdotes sur le chapitre 15, avec la version de Sasaki puis de Miyano.

En résumé

Durant le festival du sport, Miyano Yoshikazu se rafraîchit après sa course. Sasaki Shûmei l’interpelle puis l’incite alors à prendre une pause avec lui à l’ombre. Mya apprécie de plus en plus de pouvoir parler de ses passions normalement avec son ami. D’ailleurs, face au comportement habituel de ce dernier, il a l’impression d’avoir rêvé l’aveu de ses sentiments d’amour dans le train. Pourtant, au cours de la conversation, Sasaki réitère sa déclaration…

En conclusion

Harusono sensei partage le succès de sa série dans sa préface en annonçant la sortie d’un drama CD et l’obtention de la 5ème place du meilleur manga web. En effet, elle offre vraiment une tranche de vie décryptant la différence entre fiction et réel dans le BL. Ses personnages attachants s’interrogent, analysent, prennent leur temps pour comprendre leurs émotions, le sentiment amoureux, la différence entre amitié et amour. L’environnement bienveillant permet d’apporter un regard extérieur au couple. Une lecture douce et chaleureuse qui berce le cœur!

Kiss to Snow White 2 – Yoshio Akira

kiss to snow white 2 yoshio akira
YOSHIO Akira 吉尾アキラ
ISBN: 978238276088
Hana, 2021
ISBN: 9784796414012 (JP)
Kaiohsha, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Pour ne rien arranger, toute la famille Zaizen débarque au manoir pour rencontrer Ichijô! »

Yoshio Akira sensei abandonne petit à petit les révélations sombres de la vie d’Ichijô pour mettre en avant sa reconstruction et les bienfaits d’un environnement bienveillant. Elle apporte une touche d’humour en introduisant le reste de la famille Zaizen avec la mère Michiko qui s’avère être une vraie tornade et le mûr petit frère Masaomi. Par ailleurs, elle compare le comportement ambivalent de Shinoda avec celui de Tenma, montrant respectivement l’aspect blessant de l’un face à celui dynamisant de l’autre. Masamune se surpasse de plus en plus pour cacher ses sentiments tandis qu’Ichijô s’ouvre peu à peu aux autres même si l’amour lui semble encore interdit. Enfin, l’auteure propose la conclusion de « First love glitter », interrogeant sur la notion de virilité mise en parallèle avec la position dans un couple homosexuel. Elle joue aussi sur le contraste entre « un garçon minuscule et une grande perche ».

La mangaka a un trait épuré et anguleux. Dans les passages humoristiques, elle le simplifie au point de donner aux visages un aspect SD. D’ailleurs, Zaizen affiche des bouilles trop craquantes et mignonnes. Les trames sont très variées. Comparé au tome précédent, les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page dynamique rythme la lecture et met beaucoup en avant les expressions des visages, transmettant ainsi facilement les sentiments des personnages. Les illustrations en début de chapitre présentent le quotidien des deux héros ou leur enfance. Yoshio sensei n’inclut pour l’instant aucune scène érotique dans l’histoire principale. Elle compense un peu avec quelques passages succincts dans « First love glitter ». Toutefois, elle ne montre pas les parties intimes en détail.

En résumé

Kiss Snow White / Bonus: Après une nuit blanche à visiter Tokyo, Ichijô Asuka ses réveille vers midi et trouve Zaizen Masamune à ses côtés qui l’attendait sagement. Il confie alors à son ami qu’il avait jusqu’à présent des troubles du sommeil qui avaient débuté lorsqu’il s’est prostitué la première fois. Pour le rassurer, Zaizen lui propose donc de devenir son confident bien qu’il pense ne pas le comprendre totalement à cause de son manque d’expérience. Touché, Ichijô continue ses confidences. Et son ami l’invite à se créer plein d’autres souvenirs heureux tout en lui promettant de ne jamais le trahir…
First love glitter: Quand les parents d’Onizuka Shinnosuke travaillent tôt, Amô Rei vient réveiller Shin. Mais depuis qu’ils sortent ensemble, il en profite également pour partager des petits moments câlins. Un jour, Shinnosuke propose d’inverser les rôles dans leurs ébats…

En conclusion

Yoshio sensei a pris le rare parti pris d’offrir un récit positif, parfois peu réaliste mais tellement touchant et prenant. Malgré quelques thèmes durs abordés, voire même survolés, la lecture reste agréable. Toutefois, les habitués aux drames et récits psychologiques risquent d’être déçus. J’aime également la conclusion de « First love glitter », l’inversion des rôles dans une relation étant rarement abordée. Ce tome me laisse tout de même un peu sur ma faim, ne voulant pas quitter les aventures de Masamune et Asuka. J’attends donc avec impatience la suite!

Kiss to Snow White 1 – Yoshio Akira

kiss to snow white 1 yoshio akira
YOSHIO Akira 吉尾アキラ
ISBN: 9782382760871
Hana, 2021
ISBN: 9784796413091 (JP)
Kaiohsha, 2019 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Une lutte entre passé, présent et futur. »

Yoshio Akira sensei nous plonge dans une romance dramatique emplie de suspense. Elle dévoile des secrets de plus en plus sombres, abordant ainsi la prostitution, le proxénétisme, la manipulation. Sous l’emprise de son père, Asuka a éteint tout sentiment, exécutant ses ordres tout en croyant faire pénitence. Il a également perdu toute estime de lui-même. Alors qu’il cherche à préserver son ami au caractère flamboyant, ce dernier va imposer son sauvetage. L’auteure joue beaucoup sur les contrastes, comme par exemple des caractères opposés, la différence entre vraie personnalité et perception. Elle questionne le lecteur sur le jugement de valeurs différent, les limites de la moralité, la reconstruction. Avec les personnages secondaires, elle détend un peu l’atmosphère générale tout en portant un regard extérieur sur la situation complexe d’Ichijô. Une histoire plus légère en fin de tome permet de respirer après autant de noirceur humaine.

La mangaka a un trait anguleux, fin et épuré. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, arrondissant les visages qui deviennent alors tout mignon. Elle dessine des personnages plutôt sveltes. Les trames très variées ajoutent une touche réaliste, en plus des décors présents et soignés. Les flash-back se repèrent à leur fond noir. La mise en page est dynamique. Yoshio sensei ne développe pas les scènes érotiques sans consentement. Toutefois, elle suggère par des mots ou des images furtives la violence de certains rapports. Par ailleurs, elle compense cette absence de sensualité dans « First love glitter », sans pour autant détailler les parties intimes. Les illustrations en début de chapitre mettent en scène les héros. La couverture obtient la troisième place au Chill chill BL award 2020.

En résumé

Kiss Snow White / Bonus: Le professeur Wakamiya demande à Ichijô Asuka de l’aider à retrouver un nouvel élève, Zaizen Masamune, qui s’est perdu. Cela n’enchante guère le président du Conseil des élèves, ayant reconnu le nom d’un ami d’enfance qu’il n’a plus vu suite à un déménagement. Mais il tombe sur lui par hasard et l’emmène ensuite à la salle des professeurs. De retour à la salle du Conseil des élèves, le vice-président Takami Kuon lui saute dessus, ne pouvant retenir son ardeur et son amour. En effet, sous ses airs d’élève modèle, Asuka s’adonne en réalité à une vie de débauche. Mais Zaizen qui surprend leur conversation essaie alors de comprendre les raisons du changement de son ami…
First love glitter: Onizuka Shinnosuke (16 ans) s’est fait plaquer par sa petite amie car il a critiqué sans délicatesse le bentô qu’elle lui avait préparé. Son ami d’enfance Amô Rei lui apporte alors un mouchoir humide pour soulager sa joue meurtrie par la gifle de la lycéenne. Il a toujours pris soin de lui et s’avère doué dans les tâches ménagères. Onizuka réalise alors qu’il a toujours comparé ses conquêtes à Amô qui représente la petite amie idéale…

En conclusion

Yoshio sensei arrive à créer un univers infâme tout en gardant une certaine pudeur dans sa narration. Elle nous dépeint un père odieux et monstrueux sans le montrer une seule fois, décuplant ainsi l’empathie envers ses victimes. Je suis facilement transportée par l’entrain de Zaizen et ne peut que souhaiter un dénouement doux et magnifique. Une lecture prenante qui ne laisse pas indifférent, malgré un réalisme improbable de la situation.

Toi? Tu m’aimes? 2 – Sato Tsubame

toi tu m aimes 2 sato tsubame
SATO Tsubame 里つばめ
ISBN: 9782382760673
Hana, 2021
ISBN: 9784813032700 (JP)
Taiyohtosho, 2020 (JP)
Titre original: 俺が好きなど嗤わせる 下
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: beaucoup

Les différentes raisons qui empêchent Kamiya de s’attacher…

Sato Tsubame sensei délaisse un peu la romance pour offrir une tranche réaliste du quotidien des deux banquiers. Elle met en avant la vie en entreprise entre congés maternité, travail exceptionnel le week-end en tenue décontractée, enquête interne, rumeurs, collaborations et tiraillements entre employés. Par ailleurs, elle aborde les différentes causes de la séparation dans un couple, s’intéressant au comportement masculin entre adultère, décharge sur les femmes, non considération. La relation entre les deux héros rencontre quelques difficultés. Comme Kaji respecte l’appréhension de Kamiya malgré leurs sentiments communs, il se plie à ses petits jeux de cache-cache amoureux. Mais l’intrigue entourant Taniguchi leur permet de se rapprocher. L’auteure aborde également la discrimination que rencontrent les couples homosexuels, le sentiment de culpabilité que ressent Kamiya qui a l’impression de décharger son devoir filial à sa sœur. Comparé au tome précédent, elle focalise la narration sur le point de vue de Kamiya.

La mangaka a un trait épuré et fin. Toutefois, elle dessine des contours plus épais. Les décors apparaissent sur les plans larges. Les trames sont variées. De même, les trames d’ambiance renforcent les émotions. La mise en page très dynamique accompagne le rythme de lecture. Sato sensei censure les scènes érotiques en jouant sur les cadrages. Elle ne montre donc pas les parties intimes et les ébats sont sommaires, transmettant juste les sentiments. Dans les illustrations en début de chapitre, elle présente le quotidien du couple.

En résumé

Pendant une réunion, les employés remarquent la complicité entre leurs supérieurs Kamiya et Kaji qui échangent quelques mots à voix basse. Curieux, ils envoient Matsuda interroger Kaji, ayant trop peur de s’adresser directement à leur chef. Toutefois, le salaryman refuse de s’expliquer ayant trop honte d’avouer qu’il avait juste posé une question. Entre sa sœur qui annonce son divorce et sa collègue Nagano, de retour de congés maternité, qui n’a pas conscience que son mari drague ouvertement dans le service, Kamiya hésite de plus en plus à s’engager dans une relation suivie. Le soir, Kaji remarquant son trouble, tente de le réconforter et lui révèle enfin le motif ridicule de son divorce.

En conclusion

Comme à son habitude, Sato sensei reste dans la suggestion et le non-dit, laissant libre court à l’imagination du lecteur. Elle décrit simplement le quotidien des deux héros, s’attardant sur un visage, un petit geste, sans pour autant trop en dévoiler sur leur réflexion. La romance devient secondaire par rapport à leurs activités, évoluant presque naturellement. Les hésitations de Kamiya sont palpables et le happy end de cette histoire devient alors sublime. Ce style narratif ne plaît malheureusement pas à tout le monde mais j’espère découvrir encore d’autres œuvres de l’auteure. Un récit très réaliste et contemporain que j’apprécie énormément.

Toi? Tu m’aimes? 1 – Sato Tsubame

toi tu m aimes 1 sato tsubame
SATO Tsubame 里つばめ
ISBN: 9782382760666
Hana, 2021
ISBN: 9784813032694 (JP)
Taiyohtosho, 2020 (JP)
Titre original: 俺が好きなど嗤わせる 上
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

« Si tu m’aimes alors, on sort ensemble… C’est ça que je veux dire. »

Sato Tsubame sensei propose de suivre une romance adulte entre un salaryman homosexuel qui refuse de s’attacher et son collègue fraichement divorcé. Elle centre la narration sur Kaji. Ainsi, le salaryman, accro au travail, se révèle prévenant avec son personnel, incitant ses collègues comme Katô et Miyagawa à l’encourager dans ses choix. Kamiya, quant à lui, ne croit plus vraiment au grand Amour. Malgré leur attirance mutuelle, les deux salarymen ont une vision trop différente de la relation amoureuse. Par ailleurs, l’auteure aborde le changement de point de vue sur l’homosexualité selon les générations dans l’entreprise et le doute qui persiste dans une relation entre un homosexuel et un hétérosexuel. Elle pointe les remarques pouvant devenir blessantes pour un homosexuel. A travers Sugimoto, elle dénonce également la difficulté de se dépêtrer d’un harcèlement. Le chapitre bonus reboucle sur le début du tome, apportant des précisions bienvenues.

La mangaka a un trait fin et épuré qui dégage de la douceur. Elle dessine des personnages sveltes. Les décors alternent avec les trames d’ambiance. D’ailleurs, les autres trames, équilibrées, utilisent parfois des tons diffus. La mise en page dynamique se rapproche de celle des shôjo avec des cases imbriquées, des ellipses et des formes de vignettes variées épousant l’action. Sato sensei censure discrètement les scènes érotiques en ne montrant aucune parties intimes. Elle joue pour cela sur les cadrages et les angles de vue. Elle préfère également se focaliser sur la sensualité des ébats entre les deux héros. Par ailleurs, les illustrations en début de chapitre montrent l’évolution de la relation du couple.

En résumé

Divorcé depuis déjà six mois, Kaji noie son dépit dans l’alcool tout en se plaignant auprès de son collègue Kamiya. Mais quand il se réveille plus tard à l’hôtel, il trouve ce dernier en train de le chevaucher. Une fois satisfait, Kamiya s’excuse sommairement, prétextant avoir passé sa frustration sur lui suite à sa séparation avec son plan cul. Alors qu’il tente de s’éclipser rapidement, Kaji lui propose de sortir ensemble. Peu intéressé par une relation suivie, le salaryman refuse. Le lendemain au bureau, les deux hommes agissent comme si rien ne s’était passé. Pourtant, durant une réunion, Kaji vient au secours de Kamiya mis dans l’embarras par un autre collègue, Taniguchi. Mais en guise de remerciements, il demande à reconsidérer sa demande. Harcelé par son ex sex friend Sugimoto, Kamiya le frappe avant de fuir. Toutefois, Kaji l’attend à quelques mètres de là et prend alors soin de lui…

En conclusion

Ce tome a obtenu la huitième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2021. Certaines scènes pourraient choquer la sensibilité des lecteurs, suite au manque de consentement au début du récit. Ainsi, Sato sensei nous interroge sur la naissance du sentiment amoureux en nous promenant à travers les compréhensions différentes des deux héros. Comme dans Files, elle utilise beaucoup les non-dits et suggestions, ce qui convient mieux pour les formats longs. Par contre, ce style narratif ne plaira pas à tout le monde. Pour ma part, je suis complètement happée par ce cache-cache amoureux adulte et contemporain. J’apprécie particulièrement Kamiya qui refuse d’admettre l’évidence. En plus, le graphisme est très agréable. Même si j’ai un coup de cœur énorme, je le recommande néanmoins un peu. Hâte de me plonger dans le second tome!

Treat me gently, please 3 – Nekota Yonezou

treat me gently please 3 nekota yonezou
NEKOTA Yonezou ねこ田米蔵
ISBN: 9782351808344
Taifu comics, 2014
ISBN: 9784799711682 (JP)
Libre, 2012 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

« On peut dire que tu as influencé de façon irréversible mon avenir. »

Nekota Yonezou sensei fait évoluer la relation entre Nemugasa et Maya. Elle alterne la narration entre les deux lycéens tout en développant leurs caractères. Ainsi, Hideyuki prend conscience de son mauvais comportement et essaie de changer, s’excusant à chaque fois qu’il réalise une erreur. De même, Takashi remarque l’inversion de ses priorités entre amour et études. Il a encore du mal à cerner clairement ses sentiments, perturbé par la possessivité contenue de son petit ami. La relation entre les deux protagonistes s’équilibre et devient consensuelle. Nemugasa prend même des initiatives encore timides. L’auteure aborde ainsi le manque affectif, l’exacerbation des sentiments, la difficile organisation entre amour et études, mais également le jugement sur l’apparence à travers Maya. Elle intercale des histoires courtes mignonnes et amusantes entre certains chapitres. Elle maîtrise parfaitement le développement de son récit alternant moments dramatiques, tendres et comiques, retenant le lecteur en haleine.

La mangaka adoucit un peu son trait épuré en dessinant des mentons moins pointus, même si les visages gardent leur forme allongée. Elle exagère les expressions dans les passages humoristiques, ajoutant un aspect mignon. Elle n’hésite pas à jouer sur le fan service en affichant la fine musculature de Maya ou le slip blanc kangourou de Nemugasa qui lui va si bien. Comparé au tome précédent, les décors apparaissent dès que les plans s’élargissent. Les trames sont équilibrées. De même, les trames d’ambiance renforcent les émotions. La mise en page dynamique rythme la lecture. Dans les scènes érotiques, Nekota sensei censure les parties intimes par des bandelettes blanches ou des caches blancs. Elle joue également sur les angles de vue. Par ailleurs, elle offre un chapitre cross over avec son autre série lycéenne Electric delusion, avec la rencontre de Fumihiro Motoki et Shunpei Yamano durant la fête du lycée.

En résumé

Maya Hideyuki et Nemugasa Takashi assument enfin leurs sentiments réciproques. Pour ne pas gêner leurs révisions, ils ont même établi des moments pour se voir. Maya souhaite maintenant intégrer la classe avancée, la formation en classe professionnelle limitant l’accès à l’université. Le professeur Sanada intervient en sa faveur, toutefois il lui impose une condition: le lycéen devra se classer parmi les 70 premiers. Mais en voyant son petit ami exténué, Nemugasa s’inquiète…

En conclusion

Dans sa postface en début de tome, Nekota sensei, consciente que la romance après un viol puisse choquer certains lecteurs, les avertit. Il semblerait que le récit devait être court au début mais qu’il a eu droit à une suite. En tout cas, j’adore la tournure que prend l’histoire et je craque complètement pour le couple.

Treat me gently, please 2 – Nekota Yonezou

treat me gently please 2 nekota yonezou
NEKOTA Yonezou ねこ田米蔵
ISBN: 9782351808221
Taifu comics, 2014
ISBN: 9784862638519 (JP)
Libre, 2010 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« J’en ai assez que tu mettes ma vie sens dessus dessous! »

Nekota Yonezou sensei continue de développer la relation conflictuelle entre l’élève modèle Nemugasa et le voyou capricieux Maya. Elle fait évoluer doucement la relation, faisant intervenir Akira et Jûta pour secouer ses deux héros. En effet, Hideyuki comprend vite ses sentiments naissants mais sa maladresse le rend jaloux, possessif et tyrannique. Il change petit à petit de comportement. Même si Takashi n’a pas conscience aussi bien de l’amour qu’on lui porte que de ses propres sentiments, il s’interroge sur la différence ami et amant et prend parfois des initiatives. L’auteure montre que le couple n’arrive pas à se comprendre même en discutant mais que leurs efforts mutuels permettent d’avancer dans le bon sens. Elle révèle dans ses postfaces les secrets de création.

La mangaka utilise un trait épuré jouant sur les pleins et déliés. Elle a son propre graphisme, dessinant des visages au long menton et des cheveux très méchés. Pourtant, elle simplifie son trait dans les passages humoristiques. Les visages s’arrondissant deviennent alors tous mignons. Les décors situent principalement l’action. Par ailleurs, les trames d’ambiance renforcent les émotions. Le reste des trames est équilibré et varié. La mise en page dynamique rythme la lecture. Comparé au tome précédent, Nekota sensei censure les scènes érotiques en recouvrant les parties intimes d’un cache blanc. Elle offre une présentation originale des personnages en début de tome avec un portrait accompagné d’un yonkoma offrant une anecdote amusante. De même, elle intègre sa postface au milieu du tome avec quelques dessins jouant sur les fantasmes.

En résumé

Maya Hideyuki et Nemugasa Takashi entretiennent une relation purement charnelle. Pourtant, le voyou semble ressentir de plus en plus d’attirance envers son partenaire. Depuis qu’ils ne sont plus dans la même classe, il a tendance à le harceler de messages. Et à la surprise de l’élève modèle, il fait une crise de jalousie en découvrant que Nemugasa a sympathisé avec Jûta, le frère d’Akira. En effet, ce dernier a la réputation de piquer tout ce qu’aime son cousin. Mais Takashi recadre le voyou, se méfiant tout de même de son nouvel ami qui provoque souvent leurs rencontres. Par la suite, vexé que Takashi fasse passer ses révisions avant lui, Maya le force à coucher avec lui la veille d’un examen blanc lors d’une dispute.

En conclusion

L’équilibre du couple n’est pas encore atteint mais Nekota sensei prend son temps. C’est très agréable de voir Nemugasa se rebeller et sa franchise déstabilisante apporte vraiment un plus au récit. J’aime beaucoup la tournure que prend l’histoire.