Monstrueux – Tokiha Kanenari

monstrueux tokiha kanenari
TOKIHA Kanenari 時羽兼成
ISBN: 9782375063392
Taifu comics, 2022
ISBN: 9784799752081 (JP)
Libre, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: si on s'ennuie

« Une bête sauvage incontrôlable qui frappe et mord tout ce qui bouge tel un véritable monstre. »

Tokiha Kanenari sensei nous plonge dans un univers mafieux mais avec des personnages à la grande sensibilité. Ainsi, elle crée un lien particulier entre un yakuza et sa victime collatérale. Elle alterne la narration entre Somo et Jô. Le yakuza d’âge mûr s’engage d’abord dans une rédemption, cherchant à comprendre et découvrir les traumatismes de Jô. Ce dernier contient difficilement ses sentiments qui s’expriment souvent par la violence. Pourtant, les paroles bienveillantes et l’affection de Somo lui permettent de se contrôler. En introduisant le manipulateur Namu Shôtarô, l’auteure ajoute une forte emprise que subit Jô, rendant le récit un petit peu trop mélodramatique. Elle aborde entre autre le jugement sur le physique, la solitude, la peur de faire confiance suite à une trahison, l’acceptation de soi.

La mangaka a un trait épuré et anguleux. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Son style rappelle plutôt celui des shônen dans les expressions et la composition. Par exemple, les lignes d’action supplantent les trames d’ambiance. Par ailleurs, Jô est très musclé. Les trames sont variées. Par contre, les décors situent principalement l’action même s’ils sont détaillés. La mise en page est plutôt classique. Tokiha sensei s’attarde sur les petits détails. Dans les scènes érotiques, elle censure les parties intimes par un cache blanc. Dans les illustrations en début de chapitre, les personnages prennent la pose. L’illustration sous la jaquette reprend celle de la couverture mais sans la muselière.

En résumé

Lors d’une descente de recouvrement de dettes, Somo Ryûsaku, Seppa et Namu Shôtarô sont pris dans un incendie. Somo arrive à récupérer un sac en s’enfuyant mais à l’intérieur, il y trouve un enfant couvert de brûlures. Se sentant coupable de la mort de ses parents, il refuse alors de l’abandonner et cherche une solution. Maintenant plus âgé, le yakuza se remémore souvent ce souvenir quand il fait face à la mort. Un soir, il remarque un jeune homme écroulé dans les poubelles. Il reconnaît rapidement l’enfant qu’il avait sauvé grâce à ses brûlures au visage. Mais ce dernier ne semble pas avoir toute sa tête et attaque les yakuzas. Ayant réussi à le maîtriser, Somo décide alors de recueillir Jô, pour expier ses erreurs passées…

En conclusion

Malgré un synopsis très alléchant avec un parallèle sur les kaijû intéressant, ce one-shot enchaine les évènements dramatiques, tombant malheureusement un peu dans le mélodrame et ne laissant pas le temps de s’attacher aux personnages. Pourtant, Tokiha sensei a un magnifique style graphique. J’ai tout de même passé un moment divertissant à la lecture.

Pornographer playback – Marukido Maki

pornographer playback marukido maki
MARUKIDO Maki 丸木戸マキ
ISBN: 9782382763162
Hana, 2022
ISBN: 9784396784935 (JP)
Shodensha, 2019 (JP)
Titre original: 續・ポルノグラファー プレイバック
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

La relation à distance difficile de Kijima et Kuzumi.

Marukido Maki sensei présente les difficultés que rencontrent encore Kijima et Kuzumi. Elle aborde donc le manque d’assurance et de confiance, l’angoisse sur l’avenir après des échecs, la gestion de la page blanche pour un écrivain mais également la famille. Ainsi, Rio a tendance à fuir la moindre difficulté et se déprécie. Il va prendre encore un peu de temps avant de se remettre en question. Haruhiko découvre quant à lui, le monde du travail cruel envers les débutants surexploités. Malgré son amour débordant, il reste incompris. Pourtant, bien que le couple se dispute, il avance doucement en acceptant leurs défauts. Malgré une perception différente des situations, les deux hommes continuent donc de se rapprocher. En introduisant la pimpante Haruko qui n’hésite pas à sermonner et encourager l’écrivain, l’auteure apporte une touche d’humour. Elle base la narration principalement sur Kijima. Le chapitre bonus reboucle sur Mood indigo.

La mangaka a un trait épuré qu’elle simplifie dans les passages humoristiques. D’ailleurs, il se stabilise comparé à Pornographer, devenant un peu plus léché. Les trames variées sont équilibrées tandis que les trames d’ambiance renforcent les émotions. De même, les flash-back se repèrent immédiatement à leur fond noir. Les décors apparaissent sur les plans larges. Malgré une mise en page plutôt classique, Marukido sensei supprime souvent les cadres. Bien qu’elle ne censure pas les scènes érotiques, elle évite de détailler les parties intimes en jouant sur les cadrages et les onomatopées.

En résumé

Kijima Rio est retourné vivre dans sa famille à la campagne et entretient donc une relation à distance, surtout épistolaire, avec Kuzumi Haruhiko. Ce dernier travaille maintenant dans la publicité et les deux hommes se voient rarement. D’ailleurs, le couple s’était quitté sur une dispute, Kuzumi cachant s’être rendu dans un bar à seins nus pour le travail. Alors qu’il s’était réfugié dans un love hotel pour fuir une fête de famille, l’écrivain vient en aide à une femme violentée. Mais il se blesse au bras gauche, ne pouvant alors plus écrire. Akemi Haruko, propriétaire d’un snack, lui propose alors de loger chez elle suite à un mensonge de l’écrivain. Son fils Shizuo accepte de rédiger ce que lui dicte Kijima. Mais c’est à ce moment que Kuzumi apparaît, désespéré de ne plus recevoir de nouvelles de son petit ami et inquiet en apprenant sa fugue…

En conclusion

Ce tome ne se classe pas au Chill chill BL award 2020 mais les lecteurs le citent dans les meilleurs séries au scénario captivant. Avec le succès du drama (disponible sur Viki), Marukido sensei a pu continuer son récit, proposant une fin sans ambigüité. J’apprécie beaucoup de voir ce couple évoluer positivement. Un indispensable pour ceux qui ont aimé la lecture des tomes précédents!

Le loup déguisé en agneau – Kyugo

le loup deguise en agneau kyugo
Kyugo 九號
ISBN: 9782382761465
Hana, 2022
ISBN: 9784199608667 (JP)
Tokuma shoten, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Je veux savoir ce qui se cache derrière ce masque de mensonges. »

Kyugo sensei propose une romance sur fond de drame avec une arnaque sentimentale, montrant les différentes techniques de pièges. Elle maintient un certain suspense en révélant au fur et à mesure le passé des personnages. Par contre, elle oppose la naïveté et gentillesse de Daichi à l’esprit vengeur et désillusionné de Jun. En effet, malgré leur grande différence de caractère, les deux hommes ont quelques points communs qui influencent leur attirance. Nagai, l’amie de Daichi, apporte une touche humoristique avec son franc parler. La narration alterne entre les deux protagonistes permettant de comprendre rapidement leur état d’esprit. Ainsi, l’auteure aborde la manipulation, le sentiment amoureux incontrôlable, la difficulté à faire confiance, à changer. Elle permet au lecteur d’anticiper les découvertes de Daichi en semant des indices.

La mangaka a un trait légèrement épuré. Elle exagère les expressions dans les passages humoristiques. Elle varie les morphologies, permettant ainsi de reconnaître rapidement les personnages. Les trames sont également variées. D’ailleurs, les trames d’ambiance jouent beaucoup sur des effets graphiques ou des tons sombres pour suggérer les moments de danger, les doutes et les émotions diverses. Les décors apparaissent sur les plans larges. Par ailleurs, les flash-back se repèrent à leur fond noir. La mise en page est dynamique, Kyugo sensei s’attardant sur les réactions et les détails. Dans les scènes érotiques, elle censure légèrement les parties intimes en ne dessinant pas les contours. Elle joue également sur les flous et les angles de vue. Les illustrations en début de chapitre s’intègrent au récit ou montrent les personnages qui posent.

En résumé

Kusakabe Daichi (21 ans) a rendez-vous avec sa soeur, Mana, dans un grand restaurant. Elle lui présente alors son petit ami, Igawa Jun, qui l’a déjà demandée en mariage alors qu’ils se connaissent depuis seulement trois mois. L’étudiant est d’abord surpris qu’un homme aussi parfait, beau et riche, avec une excellente situation, puisse s’intéresser à sa capricieuse et désinvolte aînée. Pourtant, ses soupçons s’évanouissent peu à peu à force de le fréquenter, Jun étant devenu par la suite son ami de beuverie. L’étudiant finit donc par lui confier ses soucis, appréciant de plus en plus la présence de cet homme charismatique.

En conclusion

Ce one-shot obtient la treizième place du meilleur manga profond au Chill chill BL award 2022. Kyugo sensei frôle à chaque fois le mélodrame sans pour autant tomber dedans. Même si les grosses révélations apparaissent au tiers du tome, très épais, elle transforme son récit en enquête, relançant ainsi l’intérêt. Je trouve cependant dommage que le passé difficile des deux héros soit juste survolé. De même, l’extrême naïveté de Daichi me gêne un peu. Mais le récit n’aurait pas eu une si belle conclusion dans le cas contraire. Une lecture intéressante qui nous retient en haleine jusqu’à la fin. Et un petit coup de cœur pour moi!

Mood indigo – Marukido Maki

mood indigo marukido maki
MARUKIDO Maki 丸木戸マキ
ISBN: 9782382760857
Hana, 2022
ISBN: 9784396784225 (JP)
Shodensha, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

La relation compliquée entre l’écrivain Kijima et son éditeur Kido.

Marukido Maki sensei propose de découvrir la relation complexe entre Kijima et Kido dans ce préquel de Pornographer. Elle alterne la narration entre les deux héros. Elle développe alors un peu plus leur passé mais également leur psychologie. Ainsi, Rio s’enfonce dans des situations critiques uniquement à cause de sa fierté. Il se retrouve donc très isolé mais semble changer un peu au contact de Gamôda Ikuo et de Shiro. Par contre, l’éditeur, qui cède trop facilement au jugement extérieur, refoule ses sentiments. Par ailleurs, l’auteure explique un peu les processus d’écriture ainsi que les spécificités des romans érotiques. Elle s’intéresse aux similitudes entre l’attirance, la possessivité et le sentiment amoureux. A la fin, elle expose les doutes de Kuzumi Haruhiko en dévoilant les retrouvailles du couple.

La mangaka a un trait épuré et fin. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Elle dessine des corps finement musclés pourtant peu exposés. Les décors apparaissent sur les plans larges. Les trames sont équilibrées. Toutefois, les trames d’ambiance plutôt discrètes, renforcent les émotions. La mise en page dynamique rythme la lecture. D’ailleurs, Marukido sensei porte une attention particulière aux petits gestes et aux regards. Par ailleurs, elle censure à peine les scènes érotiques, jouant tout de même sur les onomatopées et les cadrages. Elle présente le quotidien des personnages dans quelques illustrations en début de chapitre.

En résumé

Lors des funérailles de leur professeur de séminaire, Kido Shiro retrouve Kijima Rio, dont il admire le talent d’écrivain. En effet, Kijima a reçu un prix littéraire dès ses débuts. Mais il ne se rappelle même plus de son camarade. En rentrant chez lui en voiture, Kido croise alors Rio qui retournait chez lui à pied. Vu la distance, il lui propose de le déposer. Au fil de la discussion, il lui avoue ne plus avoir de logement après avoir été jeté par sa petite amie. L’auteur lui propose donc de le loger mais s’étant disputé avec son éditeur, il cumule les dettes depuis quelques temps et n’a même pas de quoi réparer son chauffe-eau. Devenu responsable éditorial dans une maison d’édition spécialisée dans l’érotisme, Kido l’invite alors à travailler pour lui mais trop fier, Kijima lui rit au nez. D’abord vexé, Shiro le convainc tout de même.

En conclusion

Ce tome obtient la quatorzième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2018. Marukido sensei n’hésite pas à frustrer le lecteur avec cette relation bancale mais qui correspond tellement bien aux personnages bourrés de défauts. J’avais envie de croire à cet amour passionnel pourtant impossible. Et je suis toute de même heureuse de voir Kijima s’épanouir avec Kuzumi. L’adaptation drama de ce tome, disponible sur Viki, rend bien l’ambiance et la tension entre les personnages. Une lecture indispensable pour ceux qui ont aimé Pornographer!

Double mints – Nakamura Asumiko

double mints nakamura asumiko
NAKAMURA Asumiko 中村明日美子
ISBN: 9782382761328
Hana, 2022
ISBN: 9784863490888 (JP)
Akaneshinsha, 2009 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

Deux hommes, un même nom et une complicité.

Nakamura Asumiko sensei développe une romance dramatique emplie de suspense, sur fond d’une enquête policière. Elle alterne entre le passé et le présent, permettant ainsi de mieux appréhender la relation particulière qu’entretiennent les deux héros. Jouant sur le fait qu’ils aient le même nom et prénom, elle interroge sur leurs affinités et leurs ressemblances. Ainsi, leur lien dominé et dominant s’inverse au gré des manipulations. En effet, l’ingénieur système semble nourrir un amour passionnel pour son homonyme, acceptant de devenir son « chien ». Il a presque un côté masochiste car il se laisse maltraiter juste pour admirer le regard perçant de Mitsuo. Le voyou Ichikawa cumule les bévues s’enfonçant de plus en plus dans le crime, manipulé par les yakuzas. L’auteure décrypte l’inversion de leur rapport de force. Elle aborde également les comportements suicidaires. Par ailleurs, elle complète ce tome avec un triangle amoureux savoureux jouant sur le prénom Ichigo.

La mangaka a un trait très épuré, presque dépouillé, et légèrement anguleux. Elle le simplifie encore plus dans les passages humoristiques, exagérant les expressions. Les flash-back, repérables à leur fond noir, sont bien intégrés au récit. La palette restreinte des trames utilise des tons dominants donnant une uniformité agréable et renforçant les contrastes noir et blanc. Par ailleurs, les trames d’ambiance discrètes accompagnent les émotions. Par contre, les décors situent principalement l’action. La mise en page dynamique abuse des gros plans et des décompositions des mouvements. Même si Nakamura sensei ne censure pas les scènes érotiques, elle évite de trop détailler les parties intimes.

En résumé

Secret / Rain: Un soir, l’ingénieur système Ichikawa Mitsuo reçoit un appel désespéré de son homonyme qui le rackettait au lycée. Le voyou Ichikawa Mitsuo lui demande alors de l’aider à cacher le corps d’une femme qu’il a tuée. Alors qu’il était traité comme un chien au lycée par ce dernier, l’ingénieur système continue pourtant de lui obéir. Mais durant le trajet, son homonyme ivre se comporte comme un enfant et profite des plaisirs du voyage en voiture. Toutefois, une fois le corps enterré dans une forêt, il commence à culpabiliser…
Hothouse fruits: Murakami Ichigo est le secrétaire d’un grand politicien. Mais depuis quelques temps, son patron divague avec la vieillesse. Pour se détendre, il aime voir Ichigo coucher avec un autre homme. L’hôte du club Galaxy, Hasumi, est donc devenu son régulier…

En conclusion

Ce tome obtient la septième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2009. Nakamura sensei excelle également dans un univers sombre et propose une aventure qui retient le lecteur en haleine. Elle installe un jeu de manipulations qui transforme petit à petit la relation entre les deux hommes, interrogeant sur la complicité du couple. Laissez-vous séduire par ces aventures intrigantes.

Boy meets Maria – PEYO

boy meets maria peyo
PEYO
ISBN: 9782375063255
Taifu comics, 2022
ISBN: 9784829686133 (JP)
Printemps, 2018 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: absolument

« S’il te plaît, soit l’héroïne de ma vie. »

PEYO sensei propose une romance à la fois dramatique et débordante de tendresse. Elle dépeint avec précision les émotions de l’adolescence ainsi que l’évolution des deux héros vers l’âge adulte. Par ailleurs, elle aborde un thème plutôt rare dans le BL: la non-binarité. En effet, Arima ressent une dysphorie de genre suite à plusieurs traumatismes. Il est instable et a donc tendance à s’isoler. Sous son air confiant, Taiga cache également des souvenirs blessants. Il reste superficiel dans ses relations. Les deux adolescents vont alors apprendre à se connaître, à s’apprécier mutuellement. L’auteure maintient le suspense au fil des chapitres en révélant petit à petit le passé des personnages qui s’entremêle. Elle aborde l’amitié et l’amour, la construction de l’identité sexuelle. Elle joue sur l’excès de positivisme de Taiga pour ajouter des touches d’humour. L’histoire bonus en fin de tome s’amuse de la maladresse innocente du couple.

La mangaka a un trait épuré et léché. Elle utilise des métaphores graphiques, dessinant quelques planches poétiques où l’imagination se mêle au réel. Les décors, soignés, apparaissent dans les plans larges. Par ailleurs, les trames sont nombreuses et variées. En revanche, les trames d’ambiance sont très discrètes et plutôt rares. Les flash-back se repèrent à leur fond noir. La mise en page très dynamique utilise des sorties de case, des angles de vue originaux, le découpage précis de certains passages. D’ailleurs, PEYO sensei a son propre style, qui apporte une touche rafraichissante. Elle évite de détailler les scènes érotiques, ne montrant pas les parties intimes.

En résumé

Depuis tout petit, Hirosawa Taiga (15 ans) rêve de devenir un super héros qui protège les femmes. Maintenant au lycée, il souhaite intégrer le club de théâtre, poursuivant son rêve en devenant le plus grand acteur du Japon. Mais sa trop grande confiance en lui inquiète ses deux amis: Fukumaru qui le connaît depuis le collège et Tetsu, rencontré récemment. En plus, ils se retrouvent souvent mêlés aux délires de leur ami. Durant une représentation du club de théâtre, Taiga a le coup de foudre pour la belle danseuse Maria. Il l’attend déjà à la fin du spectacle pour lui déclarer sa flamme. Bien que surpris par sa voix masculine, il persévère et refuse de croire le président du club de théâtre qui lui révèle pourtant que Maria est en réalité un garçon qui s’appelle Arima Yû…

En conclusion

Ce one-shot obtient la huitième place du meilleur nouveau venu au Chill chill BL award 2019. Malgré le traitement réservé de PEYO sensei pour ménager les lecteurs, il comporte quelques scènes pouvant choquer les plus sensibles (viol sur mineur). Ce petit bijou, intense en émotions, est à la fois doux et violent, navigant entre humour et drame. De même, le graphisme très expressif permet de comprendre immédiatement les émotions des personnages. J’ai été ébranlée par cette romance prenante et passionnante. Un énorme coup de cœur à découvrir!

Sweet pool 2 – Kurumazaki Mayu et Nitro+CHiRAL

sweet pool 2 kurumazaki mayu
KURUMAZAKI Mayu 車折まゆ
Nitro+CHiRAL
ISBN: 9784799710852 (JP)
Libre, 2012 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: un peu

Yôji a de plus en plus envie de connaître Tetsuo…

Kurumazaki Mayu sensei fait doucement évoluer la relation entre Shironuma et Sakiyama. De même, elle montre une facette peu reluisante de Makoto qui perd le contrôle avec la jalousie. Les deux héros apprennent à se connaître petit à petit, poussés discrètement par le professeur Kamiya. Yôji s’interroge sur les changements dans son corps. Tandis que Tetsuo, taciturne, s’ouvre à son camarade. D’ailleurs, comme il n’a pas l’habitude d’exprimer ses sentiments, il a tendance à se montrer brusque. Il passe donc outre au consentement. L’auteure joue beaucoup sur le suspense. D’ailleurs, elle place des indices au fil des chapitres sans pour autant donner des explications claires pour l’instant. De même, elle révèle le passé des héros par des flash-back parfois silencieux ou rapides, laissant le lecteur deviner la situation. Les histoires bonus s’intéressent à l’enfance de Zen’ya et Kitani.

La mangaka a un trait anguleux marqué. Elle dessine de grands nez proéminents. Elle utilise beaucoup de trames sombres, renforçant le côté inquiétant du récit. De même, les cadrages resserrés augmentent l’impression d’oppression. Ainsi, le lecteur ressent presque les sensations des personnages. Les décors situent l’action. La mise en page rythme la lecture avec beaucoup de cases vides, d’ellipses. Dans les scènes érotiques, Kurumazaki sensei cache les parties intimes par des caches blancs. Comme dans le tome précédent, elle offre une belle illustration noir et blanc en début de chapitre.

En résumé

Okinaga Zen’ya demande à Kitani de lui ramener Shironuma Tetsuo mais il échoue, le lycéen s’étant vaillamment défendu. Le lendemain au lycée, Sakiyama Yôji donne rendez-vous à Shironuma sur le toit pour discuter. En effet, son camarade n’a plus aucune trace de coup. L’intéressé n’a évidemment aucune explication à donner. Ressentant une douleur au plus profond de son corps à chaque contact avec lui, Yôji ne veut plus le fréquenter. D’ailleurs, il se réfugie ensuite aux toilettes car de nouvelles boules de chair sortent de son corps. Mita Makoto, inquiet pour son ami, ne supporte plus son silence. A cause de ses crises de plus en plus fréquentes, Zen’ya décide de révéler ce qu’il sait à Sakiyama. Mais alors qu’il l’agressait, Tetsuo vient à son secours. Bien que Yôji refuse de céder au parfum de son sauveur, son corps le trahit. Et les deux lycéens finissent donc par s’unir…

En conclusion

Les protagonistes ont tous un passé aussi sombre que l’histoire qui se révèle peu à peu. Malheureusement, l’auteure a pris une pause et au bout de 9 ans, Libre a annoncé l’abandon de la série. Il est tout de même possible de jouer au jeu (version censurée) sur Steam. La licence a encore du succès puisqu’une adaptation au théâtre est sortie en mars 2022. J’aime beaucoup le manga qui, même s’il avance doucement dans le récit, ménage ma sensibilité sur les scènes violentes.

Sweet pool 1 – Kurumazaki Mayu et Nitro+CHiRAL

sweet pool 1 kurumazaki mayu
KURUMAZAKI Mayu 車折まゆ
Nitro+CHiRAL
ISBN: 9784862638694 (JP)
Libre, 2010 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

Entre hallucinations et attirance, Yôji semble perdre la raison…

Kurumazaki Mayu sensei offre une adaptation manga du jeu vidéo sur PC Sweet pool développé par Nitro+CHiRAL, dans lequel elle s’occupe du character design. Elle mêle à la fois suspense, surnaturel et horreur. Elle installe d’abord le contexte, révélant petit à petit les situations familiales complexes des personnages ainsi que leurs personnalités plutôt tordues. Yôji, qui vit seul depuis le mariage de sa sœur, s’avère être un « hôte femelle », soit le sujet expérimental d’une organisation secrète qui manipule son destin. De même, Tetsuo semble faire partie du projet malgré lui. D’ailleurs, les deux lycéens sont manifestement attirés l’un par l’autre. L’auteure base la narration sur Sakiyama, partageant ses troubles d’identité, ses peurs et ses sensations. Dans un chapitre bonus, elle met en avant Makoto, qui cache en réalité un attachement obsessionnel derrière son air enjoué.

Le graphisme de la mangaka sied bien à l’histoire: des traits légèrement épurés, plutôt réalistes. Elle maîtrise également les jeux de trames et les noirs pour créer des planches sombres et rendre l’ambiance dramatique. Toutefois, elle joue sur les cadrages pour réduire la violence de certaines scènes. L’arrière-plan semble parfois se fondre avec le dessin. La mise en page est très dynamique. Néanmoins, l’enchainement des cases paraît parfois brusque mais transcrit avec finesse les troubles de Yôji. Kurumazaki sensei censure les scènes érotiques par des bandelettes blanches. Elle sépare les chapitres par une illustration. En début de tome, un poster à déplier en couleurs regroupe deux illustrations: celle du recto, réalisée par Onitsuka Seiji, illustrateur du light novel, a un trait plus seinen et mêle à la fois érotisme et gore. Au contraire, celle de Kurumazaki Mayu au verso offre une tranche de vie scolaire avec un trait doux.

En résumé

Sakiyama Yôji, à la santé fragile, reprend les cours au lycée après une longue absence. Il a toujours eu du mal à s’intégrer dans sa classe mais son ami Mita Makoto l’accueille joyeusement. En revanche, Shironuma Tetsuo, un élève plutôt froid, l’intrigue. En effet, il dégage un étrange parfum qui affole ses sens. D’ailleurs, les deux lycéens sont de corvée de ménage ensemble. Par contre, Makoto le prévient de se méfier d’Okinaga Zen’ya, fils de yakuza, qui a un comportement instable et étrange. A la fin de la journée, Yôji fait un malaise mais un homme le soutient. A peine conscient, il croit alors reconnaître le parfum de Tetsuo. N’osant l’interroger le lendemain, les deux garçons continuent à discuter uniquement pendant leurs tâches ménagères. Mais un soir dans son bain, Sakiyama croit voir ses bras recouvert de sang et ressent une forte excitation…

En conclusion

Le manga se suffit à lui-même, le lecteur n’étant pas obligé de jouer au jeu pour comprendre le déroulement du récit. D’ailleurs, le scénario promet d’être aussi palpitant et glauque que l’original. Les passages érotiques sont bien intégrés et semblent naturels, suivant les hallucinations de Yôji. Ma couardise m’empêche d’avancer rapidement sur le jeu mais il est disponible (en version censurée) sur Steam en anglais. J’ai hâte de connaître la suite!

La couleur de l’eau – Maki Ebishi

la couleur de l eau maki ebishi
MAKI Ebishi 槇えびし
ISBN: 9782382763070
Hana, 2022
ISBN: 9784813031024 (JP)
Taiyohtosho, 2015 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

« Mon sang était de la couleur de l’eau. »

Maki Ebishi sensei propose un drame psychologique empreint de suspense. Elle révèle donc au fur et à mesure le passé des personnages ainsi que leurs desseins. Elle aborde entre autres la confiance, la manipulation, l’amour déviant. La ville de Paradis regroupe tous les travers de la noirceur humaine, entre meurtre, prostitution même de mineurs, trafic, violence. Les personnages survivent et s’adaptent à ce milieu sans foi ni loi. Setsu cumule les traumatismes ainsi qu’un handicap invisible qui perturbe un peu son quotidien. Il reste d’ailleurs prisonnier de son passé, malgré les efforts de ceux qui l’aiment pour le sauver. A travers ses personnages, l’auteure invite les lecteurs à réfléchir sur le concept de bonheur. Ainsi, elle construit des psychologies complexes et profondes. De même, elle s’attarde principalement sur les sentiments vacillants des protagonistes.

La mangaka a un trait très épuré qu’elle simplifie dans les passages humoristiques. Elle utilise les trames avec parcimonie. D’ailleurs, elle privilégie les contrastes noir et blanc, renforçant ainsi les moments dramatiques. La mise en page dynamique rythme la lecture entre action, passage rapide et intense puis calme. Maki sensei ne développe pas les scènes érotiques, s’arrêtant aux préliminaires.

En résumé

Il y a deux ans, le tueur à gages Setsu a recueilli un jeune enfant amnésique. Il l’a alors appelé Lithia. Tout deux vivent dans la ville Paradis, une zone de non droit où les crimes restent impunis. Étant souvent la cible de vengeance, le tueur protège Lithia mais n’hésite pas à l’utiliser pour éliminer ses assaillants. Comme son bienfaiteur parle peu de lui, l’enfant ne sait pas grand chose sur lui, à part qu’il est recouvert de cicatrices et qu’il a très peur des ciseaux. Mais un jour, un certain Romanée qui semble bien connaître Setsu, s’impose dans la maisonnée et ne ménage pas Lithia.

En conclusion

Maki sensei traite ses lecteurs avec égard en suggérant la violence, même si quelques images restent marquantes. Pourtant le récit continue d’être bouleversant car les personnages sont attachants. Le one-shot comporte beaucoup de pages (289 pages) permettant ainsi de bien développer l’histoire. Si vous aimez les drames psychologiques, ce BL pourra vous plaire.

Faker – Chiyozaki

faker chiyozaki
Chiyozaki 千代崎
ISBN: 9782382762875
Hana, 2022
ISBN: 9784813032809 (JP)
Taiyohtosho, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Si vous m’aimez, je vous ferai mourir de plaisir. »

Chiyozaki sensei propose une comédie alliant romance et drame. Elle concentre d’abord la narration sur Segawa durant deux chapitres puis alterne ensuite avec le point de vue de Mikami. Elle installe donc un jeu de séduction entre les deux salarymen, dévoilant au fur et à mesure leur passé et leur psychologie complexe. Ainsi, Mikami qui a une forte confiance en lui, aime manipuler les gens pour obtenir ce qu’il désire mais se lasse rapidement une fois une proie conquise. Il fuit également les conflits. Segawa, quant à lui, s’attache désespérément à une relation qu’il sait déjà perdue. Le chantage et les attentions de Mikami vont l’obliger à réfléchir sur ses réels sentiments. Par ailleurs, l’auteure interroge sur le jugement du physique, surtout quand il ne semble pas correspondre au caractère. Elle aborde également la fragilité de la confiance, l’adultère.

La mangaka a un trait légèrement épuré et léché. Elle dessine des corps finement musclés qu’elle met en avant. Elle varie beaucoup les trames, donnant un aspect réaliste. De même, les décors soignés apparaissent sur les plans larges. Toutefois, quelques trames d’ambiance viennent discrètement renforcer les émotions des personnages. Un chapitre entier présente le passé de Sagawa, Abe et Mikami, évitant ainsi le classique fond noir. Par ailleurs, Chiyozaki sensei alterne entre une mise en page classique et dynamique. Dans les scènes érotiques, elle censure les parties intimes par de fines bandelettes blanches, sans pour autant détailler l’enchainement des actions.

En résumé

Malgré son beau visage, Segawa Hiroki (28 ans), responsable adjoint de la section publicité n°2, se montre pourtant cassant envers les nouveaux. Ces derniers l’évitent donc au mieux, sauf Mikami Rui (24 ans) qui travaille dans la section publicité n°1. D’ailleurs, ce jeune talentueux arrivé il y a deux ans, n’hésite pas à partager sa vision différente du management avec lui. Alors Hiroki ne l’apprécie guère. En plus, il entretient une liaison secrète avec le chef de secteur publicité, Abe (38 ans), déjà marié. Même s’ils ne se fréquentent plus depuis six mois, il croient encore au partage de leurs sentiments. Mais lors d’une soirée trop arrosée, Segawa, complètement ivre, couche avec Mikami. Et le lendemain, tandis qu’il essaie de fuir en douce, son jeune collègue lui montre soudain une photo de lui et son amant et lui propose alors de sortir avec lui…

En conclusion

Ce one-shot propose une histoire plutôt classique mais très intéressante malgré quelques problèmes de rythme. Malgré le prétexte du chantage, Chiyozaki sensei évite de montrer les relations non consenties jouant sur les limites. J’apprécie particulièrement le caractère espiègle de Mikami et celui effronté de Segawa. Je trouve que la dynamique entre eux correspond parfaitement. J’ai donc beaucoup aimé cette histoire.