Nomi & Shiba 1 – Tagura Tohru

nomi et shiba 1 tagura tohru
TAGURA Tohru 田倉トヲル
ISBN: 9782382125106
Akata, 2021
ISBN: 9784088551661 (JP)
Shueisha, 2020 (JP)
Titre original: のびxしば
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

Tout le monde sait qu’ils s’aiment sauf les deux principaux intéressés.

Tagura Tohru sensei propose une comédie romantique lycéenne sur un amour pur. Elle suit le cheminement parsemé d’embûches vers une déclaration d’amour entre deux garçons un peu ingénus. Ainsi, elle s’amuse des premiers émois adolescents, influencés par les hormones. L’humour joue beaucoup sur les situations saugrenues, les hésitations et les maladresses. Malgré des sentiments bien présents, nos deux héros prennent du temps à les comprendre et préfèrent taire leur amour de peur de briser leur amitié. Par ailleurs, l’auteure aborde les différents questionnements des adolescents en pleine construction de leur personnalité et leur orientation sexuelle. Elle offre une palette de personnages aux caractères bien trempés, qui assument plus ou moins leurs désirs.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo qui dégage beaucoup de douceur. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Ses personnages ont des bouilles mignonnes, qui deviennent complètement craquantes à chaque fois qu’ils rougissent. Les trames d’ambiance alternent avec les décors. La mise en page dynamique rythme la lecture, soutenant la surprise. Pour l’instant, Tagura sensei développe peu de scènes érotiques, nos personnages se découvrant doucement. En fin de chapitre, elle dessine des croquis humoristiques nous permettant de découvrir la « dure » vie des personnages secondaires.

En résumé

Nomiya Ryûto et Mikoshiba Kanata partagent la même chambre à l’internat. Nomi est tout chamboulé quand Shiba se glisse dans son lit par erreur car il pense nourrir des sentiments pour son ami. Mais il refuse de les dévoiler. En effet, depuis que le frêle Shiba a été élu Miss du lycée pour garçons Kirihama, il attire tous les pervers. Et Nomi, qui le protège constamment, ne souhaite pas les imiter. En fait, il ignore que Mikoshiba est également amoureux de lui. Leurs amis, le fudanshi Morishita et le gay assumé Miyai, ont deviné leurs sentiments et tentent de les secouer un peu pour qu’ils partagent enfin leur amour…

En conclusion

Ce tome obtient la sixième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2021. Malgré un ton léger et humoristique, l’auteure lance quelques pics, pointant certains sujets délicats autour du thème de l’homosexualité sans pour autant le développer. Entre deux cases, le lecteur se confronte à certains clichés sur l’homosexualité comme les travestis, le fudanshi qui épie les moindres signes, le harcèlement et l’imposition des relations par certains… Pourtant, elle dénonce aussi les inquiétudes d’une relation homosexuel comme la déception des parents, le regard extérieur, les moqueries. Une lecture douce pour se détendre, se réconforter et sourire!

Ameiro paradox 5 – Natsume Isaku

ameiro paradox 5 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375062975
Taifu comics, 2021
ISBN: 9784403666995 (JP)
Shinshokan, 2019 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

Le retour d’un ami d’enfance de Kaburagi va semer le trouble dans l’harmonie de notre couple.

Natsume Isaku sensei développe un peu plus l’adolescence de Kaburagi. Elle dévoile ainsi une facette peu reluisante du journaliste qui n’hésitait pas à profiter de ses relations. En effet, son amitié avec Sanjô était d’abord intéressée. Pourtant, il ressent maintenant une certaine honte face à son petit ami. Onoe se retrouve à jouer l’entremetteur entre les deux amis, décelant les sentiments positifs de son partenaire. En plus, la vanité de Sanjô continue à lui jouer des tours. Comme dans le tome précédent, le travail de journalisme prend le dessus. D’ailleurs, l’auteure s’intéresse aux fuites et manipulations dans un projet. Elle analyse la difficulté à gérer la jalousie ainsi que la fugacité de certaines disputes qui en découlent. Elle montre également l’appréhension à partager ou non un passé jugé honteux. Les histoires bonus apportent des anecdotes amusantes, dont un crossover avec Le théâtre des fleurs.

Le trait épuré et léché de la mangaka se simplifie dans les passages humoristiques. D’ailleurs, elle dessine des bouilles trop chou. Les trames sont équilibrées. De même, quelques trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page dynamique rythme la lecture. Dans les scènes érotiques, Natsume sensei ne détaille pas les parties intimes. Elle applique des trames ou un cache blanc. Sous la jaquette, elle a dessiné divers costumes avec les personnages sous forme de poupées de papier à habiller. Par ailleurs, le traducteur Nicolas Pujol rend parfaitement l’intonation différente d’Osaka.

En résumé

Pendant que Kaburagi Motoharu et Onoe Satoshi batifolent durant leurs congés, Kiuchi les appelle pour couvrir un scoop sur un acteur célèbre soupçonné d’adultère. Mais c’était une fausse piste. Tandis que le couple rentre, Kaburagi est interpelé par un ami du lycée, Sanjô Kazuomi. Devant sa familiarité, Onoe le soupçonne d’être un ex. Il se lamente donc auprès de Masa qui lui conseille alors d’interroger directement son petit ami. Sanjô propose à Motoharu de venir travailler avec lui pour gérer une chaîne d’hôtels. Malgré son refus, l’ancien ami insiste. Remarquant la complicité entre Kaburagi et Onoe, il décide alors de révéler à ce dernier le passé de son ami.

En conclusion

J’aime toujours autant ce couple. Quel plaisir de voir Onoe prendre des initiatives et exprimer un peu plus ses désirs. Je ne me lasse pas de ses adorables expressions. Natsume sensei arrive à nous tenir en haleine et nous divertir avec une tranche de vie simple.

Karasugaoka Don’t be shy!! 2 – Yukura Aki

karasugaoka dont be shy 2 yukura aki
YUKURA Aki 夕倉アキ
ISBN: 9782382760093
Hana, 2021
ISBN: 9784253155342 (JP)
Akita publishing, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

Quand timidité et nervosité empêchent à l’amour de s’exprimer.

Yukura Aki sensei continue à présenter quelques tranches de vie du jeune couple dans leurs activités de quartier. Comme dans le tome précédent, elle joue sur la timidité de Sô pour créer des quiproquos, provoquant des situations contraires à l’attente du lecteur. De même, elle développe un peu plus la personnalité des deux héros. Ainsi, Izuhara se montre maladroit, n’ayant pas d’expérience et Shinba devient timoré suite à de mauvaises expériences. Le romantisme n’existe donc pas pour ce couple qui, en plus, fait passer le maintien de la justice avant tout. Pourtant, leur relation évolue patiemment, dans le respect et le consentement. L’auteure fait intervenir les membres des brigades, en particulier Kippei et Ryôta, qui les guident. Par ailleurs, elle développe un peu plus le contexte familial des deux héros.

Le trait épuré de la mangaka ne se démarque pas avec un style shôjo mais est efficace. Le graphisme mignon reste pourtant dynamique dans les scènes d’action. Les personnages ont des corps finement musclés. Les trames d’ambiance accompagnent les émotions. Elles alternent également avec des décors plutôt minimalistes. Dans les scènes érotiques, Yukura sensei ne montre pas les parties intimes, jouant sur les cadrages. A la fin de certains chapitres, elle donne des anecdotes amusantes sur les deux gangs. Dans sa postface sous la jaquette, elle ajoute des renseignements complémentaires sur les personnages.

En résumé

Depuis qu’Izuhara Sô (22 ans) et Shinba Tetsuji (24 ans) sortent ensemble, les factions de volontaires Voice et Karasukai coopèrent souvent pour lutter contre le crime. Toutefois, le timide Sô n’arrive toujours pas à montrer ses sentiments. Il garde donc encore une certaine distance avec son petit ami. Un soir, Tetsuji est abordé par une hôtesse de bar. Il s’agit en fait d’Akina, une amie du lycée. Elle invite donc le jeune homme à discuter du passé. Mais Izuhara, qui remplace parfois un serveur, les croise. Et il ne peut s’empêcher de montrer sa jalousie…

En conclusion

Cette comédie légère avec un amour pur mais maladroit est rafraichissante. Je m’amuse des frasques des deux héros qui affichent des bouilles hilarantes ou adorables dans les moments romantiques. Une lecture divertissante avec des personnages attachants qui vous fera passer un bon moment!

Hitorijime my hero 7 – Arii Memeco

hitorijime my hero 7 arii memeco
ARII Memeco ありいめめこ
ISBN: 9782382760154
Hana, 2021
ISBN: 9784758077781 (JP)
Ichijinsha, 2018 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

L’amour vu par un groupe d’adolescents.

Arii Memeco sensei fait une pause narrative en proposant quelques tranches de vie. Elle présente donc un peu le passé de Hasekura et Kensuke et développe le personnage secondaire, Fukushige Mitsuru. Ce dernier, en manque d’affection, nourrit un attachement particulier envers son ami. L’humour s’appuie principalement sur les réactions ou les situations insolites. Alors que la relation entre Kôsuke et Masahiro devient plus sérieuse, celle de Hasekura et Kensuke semble se dégrader. Ainsi, la différence de maturité entre les deux amis se fait sentir. L’auteure met en avant la difficulté à résister aux doutes et à l’attente placée dans le partenaire. Par ailleurs, elle met en évidence le comportement puéril de Shige qui influence son entourage et pose parfois problème. Elle brise également l’image du père de famille avec Ôshiba Takamori.

La mangaka a un trait épuré qui joue sur les pleins et déliés. Elle n’hésite pas à le déformer pour exagérer les expressions, renforçant ainsi l’humour. Les décors situent principalement l’action. Les trames d’ambiance, très graphiques, renforcent les émotions. La mise en page dynamique rythme la lecture. Comparé au tome précédent, Arii sensei arrête les scènes érotiques aux préliminaires. En fin de chapitre, un croquis apporte une anecdote amusante. De même, sous la jaquette, il y a un cosplay avec Shige mis en avant dans ce volume.

En résumé

Bien que Hasekura Asaya ait clairement conscience que son amour possessif et exclusif diffère de celui d’Ôshiba Kensuke, il ne peut s’empêcher d’espérer un changement réciproque. Alors quand son petit ami lui propose de coucher ensemble, il a du mal à y croire. Paniqué par sa propre audace, Kensuke fonce demander conseil à Setagawa Masahiro. Et après les cours, il va chez Hasekura. Toutefois, trop tendus tous les deux, ils finissent surtout par discuter.

En conclusion

Même si ce tome ne se classe pas parmi les meilleures séries au Chill chill BL award 2019, il est cité dans les meilleures séries accessibles. Ôshiba Kôsuke est dix-huitième meilleur seme et Setagawa Masahiro vingtième meilleur uke. Ayant lu Hitorijime boyfriend en japonais, j’apprécie beaucoup d’en apprendre un peu plus sur ce couple. Une lecture divertissante idéale pour se détendre!

Hitorijime my hero 6 – Arii Memeco

hitorijime my hero 6 arii memeco
ARII Memeco ありいめめこ
ISBN: 9782382760147
Hana, 2021
ISBN: 9784758076999 (JP)
Ichijinsha, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: beaucoup

« Rien ne se passe comme on veut dans la vie. »

Arii Memeco sensei dilue l’humour pour aborder des sujets un peu plus sérieux. Elle met en avant les doutes qui apparaissent quand la différence d’âge et d’expérience se fait ressentir. Ainsi, Masahiro essaie par lui-même de dépasser ses inquiétudes et sa jalousie en communiquant mieux. Il prend même des initiatives dans les échanges avec son partenaire, pour notre plus grand plaisir. Kôsuke, quant à lui, confirme son amour en exposant de plus en plus son couple. Par ailleurs, l’auteure développe également la relation entre Hasekura et Kensuke en les mettant à l’épreuve. Elle interroge sur la différence et la limite entre amitié et amour. Elle met également en avant la nécessité de discuter dans un couple dès qu’un problème se présente. En parallèle, Yunge et Natsuo montrent d’autres facettes de leur personnalité. Les histoires bonus complètent certains chapitres en apportant des anecdotes amusantes ou tendres.

Le trait épuré de la mangaka s’affine. Elle exagère toujours autant les expressions en simplifiant son trait dans les passages humoristiques. Les décors apparaissent sur les plans larges, permettant de profiter un peu des paysages pendant la petite excursion. Les trames d’ambiance renforcent les émotions tandis que l’utilisation des autres trames reste équilibrée. La mise en page est dynamique et au service de l’action et de l’humour. Dans les scènes érotiques, Arii sensei évite de montrer les parties intimes en jouant sur les cadrages. Dans sa postface en manga, elle annonce la sortie du drama CD et de l’adaptation en anime. Sous la jaquette, elle offre un cosplay gothique lolita de Masahiro mais comparé au tome précédent, il est accompagné de Hasekura et Kensuke.

En résumé

Au ryokan, Hasekura Asaya semble sur le point d’embrasser Setagawa Masahiro. Mais il prend juste une photo qu’il souhaite envoyer à Ôshiba Kensuke pour le rendre jaloux. En effet, il ne supporte plus le comportement trop amical de son petit ami tandis que Masahiro file le grand amour sous ses yeux. Ce dernier tente de le raisonner, en vain. Ils sont interrompus par Kôsuke qui ne cache pas son agacement. De retour dans leur chambre, le lycéen finit par confier ses inquiétudes à l’enseignant. Kôsuke essaie alors de lui transmettre ses sentiments. Mais son petit ami, ému, fond en larmes avant de montrer plus franchement son désir…

En conclusion

Ce tome se classe à la dix-septième place de la meilleure série au Chill chill BL award 2018. Ôshiba Kôsuke est dixième meilleur seme et Setagawa Masahiro huitième meilleur uke. L’humour absurde vient détendre l’atmosphère parfois tendue. D’ailleurs, l’auteure arrive encore à surprendre les lecteurs en faisant encore évoluer ses personnages peu à peu. Quel plaisir de voir Masahiro assumer ses désirs! En plus, j’aime beaucoup la réaction de Kensuke qui se torture les méninges pour comprendre les attentes de son petit ami. Une série toujours aussi agréable à suivre et sans baisse de rythme.

J’en peux plus, Sensei! 2 – Kashima Chiaki

j en peux plus sensei 2 kashima chiaki
KASHIMA Chiaki 嘉島ちあき
ISBN: 9782382760222
Hana, 2021
ISBN: 9784832291294 (JP)
Houbunsha, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

Comment peut-on dire « je t’aime » aussi facilement?

Kashima Chiaki sensei continue à malmener Satoru qui s’interroge sur le sentiment amoureux. Elle développe un peu plus son passé, donnant ainsi quelques explications à ses appréhensions. Par ailleurs, elle aborde la peur de l’abandon et du changement ainsi que la difficulté à se mettre à nu face à quelqu’un que l’on connaît à peine. Les apparitions d’Ayumu et Hasegawa apportent un peu de tendresse. Shishiô se montre patient et compréhensif avec son partenaire, s’adaptant à son rythme et à sa vision biaisée de l’amour. Après Masumi dans le premier tome, l’auteure développe les questionnements de Satoru. D’ailleurs, elle dépeint parfaitement les sentiments de ses personnages. Elle met en avant les compromis et les partages dans un couple, leur fragile équilibre. Un chapitre centré sur les héros d’Akihabara fall in love permet de montrer l’évolution de leur relation.

Le trait épuré de la mangaka allie à la fois la volupté des pleins et déliés et la rigueur des lignes anguleuses. Elle détaille les regards et les réactions avec finesse. De même, elle dessine des hommes aux traits virils. Les exagérations des expressions ajoutent une note humoristique, détendant l’atmosphère parfois mélancolique. D’ailleurs, quelques trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors apparaissent dès que les plans s’élargissent. De même, les trames sont équilibrées. La mise en page reste sobrement dynamique, privilégiant les interactions et les émotions des personnages. Kashima sensei censure à peine les scènes érotiques en simplifiant les parties intimes.

En résumé

Afin d’améliorer le récit de son manga, Satoru teste la colocation avec Shishiô Masumi depuis déjà plus d’un mois. Mais ils n’ont pas du tout les mêmes attentes. Alors que Shishiô tombe petit à petit amoureux du mangaka, ce dernier est de plus en plus convaincu qu’il ne connaîtra jamais l’amour. En effet, il a beau prendre du plaisir durant leurs ébats, il n’arrive pas à cerner le sentiment amoureux et reste de marbre devant les démonstrations d’affection. En plus, les doutes de Satoru commencent à impacter sa créativité, bridée par son côté perfectionniste. Persuadé que ses efforts sont vains, il préfère donc mettre fin à leur colocation…

En conclusion

Je fonds pour cette comédie romantique entre deux hommes qui s’interrogent beaucoup sur leur orientation sexuelle. Voir les uke prendre des initiatives est un pur régal. En plus, la dynamique du couple maintient un certain suspense.

J’en peux plus, Sensei! 1 – Kashima Chiaki

j en peux plus sensei 1 kashima chiaki
KASHIMA Chiaki 嘉島ちあき
ISBN: 9782382760215
Hana, 2021
ISBN: 9784832291287 (JP)
Houbunsha, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

Jusqu’où aller pour produire le meilleur manga boy’s love?

Kashima Chiaki sensei interroge sur l’essence-même du BL. Elle s’intéresse aux différences avec le shôjo, à la place de l’homme dans l’édition de ce genre considéré comme féminin. Elle revisite également quelques clichés. Ainsi, Masumi, tout en s’investissant dans son travail, se pose des questions sur la différence entre couple hétérosexuel et homosexuel. Il analyse constamment ses propres sentiments naissants face au mangaka impassible. Par ailleurs, l’auteure installe une dynamique intéressante avec un jeu de séduction ardu entre un uke entreprenant et un seme prévenant. Elle met également en évidence l’importance de l’amour et de la romance dans un récit BL. De même, elle dépeint une relation plutôt consentie qui se développe dans la discussion, l’explication et l’expérimentation. Le chapitre bonus s’attarde sur d’âpres négociations amusantes.

La mangaka a un trait épuré au premier abord simple mais efficace. Elle le simplifie davantage dans les passages humoristiques. De même, elle renforce l’humour avec les trames d’ambiance. L’utilisation des autres trames est plutôt équilibrée. Par contre, les décors situent principalement l’action. La mise en page est dynamique. J’apprécie particulièrement le jeu de la double vision avec une case scindée en deux représentant d’une part le fantasme et d’autre part la réalité. Kashima sensei censure à peine les scènes érotiques. Toutefois, elle détaille peu les parties intimes et joue sur les cadrages, privilégiant la sensualité des images.

En résumé

Shishiô Masumi, qui travaillait pour un magazine shôjo, a été transféré à la section boy’s love du département éditorial Kaen. Bien qu’il ait encore du mal à comprendre le concept et les attentes du public, sa supérieure Aoyama lui confie des dôjinshi pour repérer de nouvelles auteures. Le travail de Miss Akina, en particulier la précision de son graphisme des attributs masculins, retient l’attention du jeune éditeur et il lui donne donc rendez-vous. A sa surprise, un jeune commercial en costume se présente à lui: Akiba Satoru accepte alors de réaliser un premier manga. Mais un jour, il l’appelle, gêné. Ayant besoin d’un modèle pour dessiner, il lui demande de jouer les mannequins. Et les deux hommes se retrouvent donc dans un love hotel

En conclusion

Ce spin-off de Akihabara fall in love présente la romance du frère d’Ayumu. Une histoire mignonne avec des personnages tellement attachants. L’auteure pointe du doigt les stéréotypes sur le BL avec pertinence et invite les lecteurs du genre à s’interroger un peu sur leur passion. J’apprécie particulièrement de voir Shishiô s’interroger sur son orientation sexuelle. Du pur bonheur!

Familiar relation between you and me – Koshino

familiar relation between you an me koshino
Koshino 腰乃
ISBN: 9782368774830
Boy’s love IDP, 2016
ISBN: 9784796407069 (JP)
Kaiohsha, 2015 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Pourquoi je serais amoureux de toi? C’est toi qui es amoureux de moi! »

Koshino sensei offre une comédie érotique avec un seme égoïste et un uke râleur. Elle aborde avec humour un thème différent à chaque chapitre: par exemple, l’impuissance, le rasage des poils pubiens, le bondage, les sex toys. Takashi, un gay pervers assumé, manipule son ami d’enfance pour expérimenter divers jeux sexuels. Il a malheureusement tendance à le forcer. Malgré des relations au premier abord non consenties, on remarque que Satoru résiste bien quand il ne veut réellement pas faire quelque chose. L’auteure base justement la dynamique de son récit sur les contestations de l’uke jusqu’à ce qu’il cède. Elle décrit avec finesse les sentiments partagés entre les deux héros qui n’arrivent à communiquer qu’en se chamaillant. D’ailleurs, elle concentre la narration uniquement sur le point de vue de Satoru. En fin de chapitre, des répliques marquantes sont reprises.

La mangaka a un trait particulier reconnaissable, simple et incisif. Elle dessine des corps finement musclés. De même, elle ne respecte pas forcément les proportions, privilégiant la dynamique du dessin. Ses contours sont assez épais. Les réactions extrêmes déforment les expressions. Comme les pages sont très chargées, Koshino sensei évite de les alourdir avec des trames consacrées à l’ombre et à la coloration. Elle intègre les décors dès que le cadrage s’élargit. La mise en page d’abord classique reste tout de même efficace et dynamique. Dans les scènes érotiques, des bandelettes blanches censurent les parties intimes. Il y a une scène érotique à chaque chapitre. En fin de tome, des yonkoma donnent la version de l’histoire du point de vue de Tamotsu.

En résumé

Satoru (23 ans) découvre que son ami d’enfance Takashi (23 ans) est revenu vivre dans la maison en face de chez eux. Très proches jusqu’au lycée, ils n’ont plus communiqué depuis qu’il a surpris son ami en train de se masturber sur ses photos de classe. En plus, il a appris qu’il déménageait à Nagano par la mère de Takashi. Mais sa mère et son frère, Tamotsu, lui confient un logiciel et de la nourriture à lui ramener. Toutefois, Satoru est choqué en voyant Takashi se comporter comme si rien ne s’était passé. Alors qu’il s’est morfondu tout en pensant à lui pendant cinq ans…

En conclusion

Ce one-shot obtient la huitième place du meilleur manga érotique au Chill Chill BL award 2016. L’auteure est assez connue dans l’univers des BL pour ses comédies et gag manga avec des personnages souvent maladroits en amour. J’adore la dynamique entre ses seme et uke. Ici, le scénario semble un peu léger mais j’apprécie beaucoup Satoru qui réalise très bien qu’il provoque indirectement Takeshi en plongeant dans ses pièges. Même si ce n’est pas le meilleur titre de la mangaka que j’ai lu, j’espère que l’on aura d’autres de ses œuvres.

Repeat after me? 2 – Fuwa Shinri

repeat after me 2 fuwa shinri
FUWA Shinri 不破慎理
ISBN: 9782351805497
Taifu comics, 2011
ISBN: 9784862638335 (JP)
Libre, 2010 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

Des amours interculturels entre professeurs de langue.

Fuwa Shinri sensei continue sa comédie romantique sur les échanges internationaux en développant l’histoire de deux couples d’enseignants. Bien qu’elle aborde les différences culturelles et la difficulté à communiquer quand on ne maîtrise pas une langue ou que l’on a des préjugés sur une nationalité, elle met surtout en avant des personnages au caractère opposé. Ainsi, le désinvolte Français Cyrille exaspère le sérieux Anglais Siegfried. Au contraire, l’enjoué Américain Diego Lopez (30 ans) cherche à mieux cerner le froid et taciturne Allemand Erhard Frühling (28 ans). La narration se base principalement du point de vue de Sieg et Diego. Comme dans le tome précédent, l’auteure montre le développement du sentiment amoureux entre ses héros ainsi que l’évolution de leur relation. Elle donne toutefois une image idéalisée de l’enseignement. En bonus, elle laisse planer le mystère sur l’amour d’Imai.

Le style graphique de la mangaka est reconnaissable: yeux longs et fins, corps longilignes et anguleux, visages plutôt pointus. Elle a un trait épuré et léché qu’elle simplifie dans les passages humoristiques, rendant ainsi les expressions explicites et mignonnes. Les trames d’ambiance renforcent les fortes émotions. Par contre, les décors soignés situent surtout l’action. La mise en page est dynamique. Fuwa sensei résume les scènes érotiques à l’essentiel, ne dessinant aucun détail et écourtant même les préliminaires.

En résumé

Le professeur anglais Siegfried Hugo Forgus (25 ans) se réveille aux côtés de son collègue français Cyrille Berthollet (32 ans), après une soirée bien arrosée. Comme il ne se souvient de rien, le dragueur invétéré l’embrasse sans prévenir. Choqué, l’Anglais se demande comment il aurait pu céder au désinvolte Français qu’il déteste. Mais les deux professeurs vont devoir travailler ensemble, ayant accepté de donner des cours dans un club huppé de Ginza. Sieg perd soudain son sang-froid en découvrant que les hôtesses possèdent une photo d’un baiser entre lui et son collègue. En fuyant, il bouscule un client éméché qui le prend pour une femme à cause de ses longs cheveux. Mais Cyrille vient à son secours et lui vole encore un baiser en guise de remerciement. Le lendemain, Forgus se fait sermonner par Imai Atsushi qui a également reçu la photographie compromettante.

En conclusion

Le côté un peu fleur bleue ainsi que le comportement un peu limite de Cyrille, qui se passe de consentement clair, pourra déranger certains lecteurs. Pour ma part, entre la galerie de beaux gosses et le romantisme du récit, j’ai passé un agréable moment de lecture. J’adore particulièrement les bouilles des personnages très expressives et mignonnes dans les passages humoristiques! Une courte série idéale pour se détendre.

Repeat after me? 1 – Fuwa Shinri

repeat after me 1 fuwa shinri
FUWA Shinri 不破慎理
ISBN: 9782351804759
Taifu comics, 2011
ISBN: 9784862636461 (JP)
Libre, 2009 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

« Je vais te faire maîtriser l’anglais en trois mois! »

Fuwa Shinri sensei narre une comédie romantique entre un professeur d’anglais américain et un salaryman japonais bourré de préjugés. Elle aborde ainsi les différences culturelles entre étrangers et Japonais et l’investissement personnel à fournir pour apprendre une langue. En effet, Yûnosuke a tendance à fuir les difficultés et ne voit pas l’utilité d’apprendre une langue étrangère. Nigel, polyglotte et pratiquant également la langue des signes, apprécie ceux qui font des efforts, fortement influencé par son frère sourd, Jared. L’auteure présente les autres professeurs et élèves au fil des rencontres. Toutefois, elle n’évite pas quelques stéréotypes comme le Français dragueur ou le Chinois privilégiant la médecine traditionnelle. Elle développe principalement l’évolution de la relation entre le professeur et son élève. Leur attirance mutuelle va leur permettre de s’ouvrir l’un à l’autre. En bonus, un échange culturel ajoute une touche humoristique.

La mangaka a un trait épuré, léché et anguleux, avec un style graphique immédiatement reconnaissable. Elle dessine des visages ovales aux yeux souvent effilés. Dans les passages humoristiques, elle simplifie son trait, n’hésitant pas à arrondir complètement les têtes. Les personnages, plutôt sveltes, offrent une véritable palette de beaux gosses que l’on peut admirer sur le poster d’introduction. Les décors soignés alternent avec les trames d’ambiance. D’ailleurs, ces dernières accompagnent les émotions. De même, les trames sont variées et équilibrées. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Fuwa sensei ne montre que l’essentiel, jouant sur les angles de vue pour cacher les parties intimes. En fin de chapitre, elle présente les personnages en utilisant Imai Atsushi, qui s’occupe des tâches administratives de SLA. De même, il y a des poupées de papier des personnages en SD à la fin du tome pour jouer au sumo.

En résumé

Shiga Yûnosuke (26 ans) travaille dans le secrétariat d’une grande entreprise mais il ne maîtrise pas du tout l’anglais. Son chef l’envoie en stage à la Shiratori language academy (SLA) où il devra se former en 3 mois. Devant le manque de motivation de son employé, il le menace de le virer s’il échoue. Mais Shiga doute du sérieux de l’école qui paraît un peu trop luxueuse. En plus, son professeur Rhodes Nigel (23 ans), américain, cache un double visage. Alors qu’il affiche toujours un sourire avenant dans les cours en groupe, il se transforme en vrai démon tyrannique durant les cours individuels. Comme Yûnosuke ne progresse pas, n’arrivant pas à saisir l’utilité de cette langue, il se dispute souvent avec son professeur. Ce dernier décide alors de le prendre en stage intensif en interne.

En conclusion

J’adore l’évolution de Shiga, qui se comportait comme un enfant gâté au départ. Même si il prend du temps pour comprendre son caractère buté et fermé, ses réactions sont amusantes. Comme à son habitude, l’auteure maîtrise la dynamique entre ses personnages. D’autres couples apparaissent en arrière-plan mais Fuwa sensei se concentre uniquement sur la relation entre les deux héros, offrant un récit plutôt abouti. Du bonheur, de la romance et des frictions interculturelles!