T’es sérieux…!? – Fumikawa Jimi

t es serieux fumikawa jimi
FUMIKAWA Jimi 文川じみ
ISBN: 9782382761281
Hana, 2022
ISBN: 9784861238154 (JP)
Brite, 2019 (JP)
Titre original: 君ってやつはこんなにも
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Je crois… que je suis devenu homo. »

Fumikawa Jimi sensei propose une comédie romantique où deux lycéens entretiennent une relation incertaine à cause des quiproquos. Bien qu’elle débute par une blague de mauvais goût, elle poursuit avec un développement positif. La narration alterne entre Iida et Kon. D’ailleurs, les chapitres 1 et 2 montrent la même histoire sous leurs points de vue différents. Le côté un peu naïf de Yasumura et les réactions d’Iida portent principalement la dynamique comique. D’abord amis, les sentiments des deux lycéens évoluent petit à petit. Ainsi, l’auteure aborde indirectement l’homosexualité cachée, l’influence des vidéos pornographiques dans l’éducation sexuelle des adolescents, le poids des rumeurs. Elle installe une relation plutôt consensuelle et lorsque ses personnages dépassent les bornes, elle appuie sur leurs regrets. Dans l’histoire bonus, elle rappelle avec humour les dangers des relations sans protection.

La mangaka a un trait épuré. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Elle dessine des personnages longilignes. Par ailleurs, la canine proéminente de Kon renforce son côté un peu naïf. Les trames d’ambiance très graphiques alternent avec les décors. De même, la palette restreinte des autres trames donne un ton plutôt uniforme. La mise en page dynamique utilise beaucoup de sorties de case et d’absence de cadre mais les ellipses se font très discrètes. Dans les scènes érotiques, Fumikawa sensei censure les parties intimes par des languettes blanches.

En résumé

Bien que beau garçon, Iida éconduit toutes les filles qui souhaitent sortir avec lui. Surpris qu’il ait même refusé la demande de la plus belle fille de première année, Yasumura Kon et ses amis décident alors de vérifier son orientation sexuelle, le soupçonnant d’être homosexuel. Tiré au sort, Kon lui fait donc une déclaration d’amour. Mais Iida le rejette. Toutefois, il précise n’avoir aucun préjugé sur l’amour envers une personne de même sexe. Mais depuis, il semble observer Yasumura. Un jour, Kon traine Iida chez lui et lui avoue tout sur leur test. En découvrant que son camarade a peu de libido, il lui propose alors de l’aider à trouver ses penchants…

En conclusion

Ce one-shot obtient la douzième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2020. Fumikawa sensei oscille entre humour et érotisme. Toutefois, la relation que les deux héros construisent au départ peut gêner certains lecteurs. Pour ma part, je me suis bien amusée à la lecture de leurs aventures qui mêlent à la fois pureté, découverte et érotisme.

Dans les coulisses de HomeRoom 2 – Koshiora Tsubame

dans les coulisses de homeroom 2 koshiora tsubame
KOSHIORA Tsubame 腰オラつばめ
ISBN: 9782382761410
Hana, 2022
ISBN: 9784861238185 (JP)
Brite, 2019 (JP)
Titre original: 俺たちナマモノ?です 下
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Je me fichais de savoir quand ou comment mais je voulais continuer à passer du temps avec lui. »

Koshiora Tsubame sensei continue de mettre en abyme les fantasmes des fujoshi. Elle se tourne même en autodérision dans l’interview de ses héros en début de tome. D’ailleurs, elle continue d’enchaîner les gags et les quiproquos. La narration s’appuie surtout sur Hibiki qui révèle un peu son passé. Les deux héros qui ont toujours travaillé ensemble, découvrent de nouvelles émotions avec leur prise de distance forcée. Rui réalise enfin ses sentiments. Par ailleurs, Yun et Haruka secouent avec humour le duo. De même, les managers Yoshikawa et Kokonoe dévoilent leur côté calculateur et manipulateur. Ainsi, l’auteure aborde l’amour à sens unique, le côté versatile des fujoshi qui complexifie l’anticipation des marchés possibles. Elle équilibre la communication au sein du couple, rendant les rapports plus consensuels.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo. Elle porte un soin particulier aux costumes. Par ailleurs, elle exagère les expressions dans les passages humoristiques, abusant souvent des personnages transformés en SD. Quand les protagonistes rougissent, les hachures envahissent leur visage et apparaissent même à l’arrière de la tête. Les décors alternent avec les trames d’ambiance très graphiques. De même, les autres trames sont équilibrées. Par contre, la mise en page dynamique est parfois chargée. Dans les scènes érotiques, Koshiora sensei censure à peine les parties intimes légèrement translucides avec une très fine bandelette blanche. Elle dessine aussi des coupes intérieures. Les couvertures du tome 1 et 2 mises côte à côte forment une seule illustration.

En résumé

Tachibana Rui manque d’entrain depuis qu’il ne voit plus aussi souvent Shinjô Hibiki. Yun se montre câlin avec lui et en profite pour faire un selfie surprise. Il le poste immédiatement sur ses réseaux sociaux. De son côté, en voyant la photographie, Hibiki ressent de l’agacement. En plus, il supporte de moins en moins les taquineries de Haruna. Il prend alors une pause et se remémore sa première rencontre avec Rui…

En conclusion

Koshiora sensei continue de nous amuser dans ce tome, ajoutant néanmoins un peu plus de sentiments et de tendresse entre les deux héros. J’adore les bouilles des personnages en SD! Intriguée par le mystère autour de Yoshikawa, j’attends avec impatience la suite. Une lecture détente, drôle et érotique. Alors vous êtes team Hibirui ou team Yunrui et Hibiharu?

Dans les coulisses de HomeRoom 1 – Koshiora Tsubame

dans les coulisses de homeroom koshiora tsubame
KOSHIORA Tsubame 腰オラつばめ
ISBN: 9782382761403
Hana, 2022
ISBN: 9784861238178 (JP)
Brite, 2019 (JP)
Titre original: 俺たちナマモノ?です 上
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« On veut faire en sorte de satisfaire le public au maximum… »

Koshiora Tsubame sensei propose une comédie romantique où l’humour domine, enchainant les gags. Ainsi, elle s’amuse des fantasmes des fujoshi collant quelques clichés BL sur les groupes d’idols qui savent en tirer profit. Elle installe une dynamique répétitive mais efficace entre les personnages. Ainsi, le caractère sociable et rayonnant de Rui contraste avec l’impassibilité et la discrétion de Hibiki. Malgré un amour clairement réciproque, encore inconscient pour Tachibana, nos deux héros développent d’abord une relation de sex friend. Pourtant, Rui s’interroge de plus en plus sur ses sentiments. D’ailleurs, la narration s’attarde principalement sur son point de vue. L’auteure utilise les personnages secondaires pour faire bouger le couple un peu empoté. Le manager Yoshikawa Shinji devient un élément comique. De même, la star montante d’origine coréenne, Yun (19 ans), se montre très tactile, tandis que Haruna (29 ans) joue un peu les fauteurs de trouble.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo et contemporain. Elle exagère les expressions dans les passages humoristiques et n’hésite pas à les simplifier, transformant les personnages en SD. Les nombreuses trames rendent l’aspect chatoyant des costumes. Par contre, les décors alternent avec les trames d’ambiance. La mise en page est dynamique. Koshiora sensei joue beaucoup sur le comique, même durant les ébats. Par ailleurs, elle censure peu les scènes érotiques, dessinant des coupes intérieures. Elle cache à peine les parties intimes par une légère transparence et parfois de fines bandelettes blanches. Il y a une scène par chapitre. Les personnages sont présentés en fin de tome.

En résumé

Tachibana Rui (24 ans) et Shinjô Hibiki (22 ans) forment le duo d’idols HomeRoom. Ils vont bientôt fêter leur cinq ans de carrière. Le joyeux mais naïf Rui a tendance à prendre soin de son taciturne partenaire. D’ailleurs, ayant une séance de photographies le lendemain, il lui propose de dormir chez lui. En surfant sur le net le soir, les deux jeunes hommes découvrent alors que certaines de leurs fans fantasment sur leur relation. Elles produisent même des mangas de fictions les représentant en couple gay. D’abord choqué, la curiosité de Tachibana l’emporte. Excité par les images très érotiques, il se laisse alors convaincre par Hibiki qui a envie d’essayer ce qu’ils voient…

En conclusion

Ce tome obtient la troisième place du meilleur nouveau venu au Chill chill BL award 2020. Shinjô Hibiki est cité parmi les meilleurs seme individualistes tandis que Tachibana Rui est apprécié pour sa candeur. Pour son premier manga publié, Koshiora sensei commence fort en tournant en dérision le comportement de certaines fujoshi tout en répondant à leurs attentes dans ce BL. Nos deux héros dégagent un côté un peu idiot mais cela les rend adorables. Une lecture « rigolote ».

Tu m’aimes pour de vrai!? – Hiiragi Nozomu

tu m aimes pour de vrai hiiragi nozomu
HIIRAGI Nozomu 柊のぞむ
ISBN: 9782382761274
Hana, 2022
ISBN: 9784796412711 (JP)
Kaiohsha, 2019 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« Arrête avec ce sourire louche. Je sais qu’il est faux, en plus. »

Hiiragi Nozomu sensei propose une comédie romantique jouant sur les malentendus. Toutefois, l’humour peut parfois devenir lourd, se basant sur une relation conflictuelle avec un abuseur. En effet, Mugimaru prend ses désirs pour la réalité, se comportant comme un enfant gâté, et manipule donc son partenaire pour lui imposer sa vision de l’amour. La rébellion de Roku perd en intensité car il cède trop facilement à la pression. Son côté asocial et stricte contraste totalement avec la personnalité rayonnante mais frivole du barista. L’auteure rappelle néanmoins constamment le comportement ordurier de Mugi à travers son entourage. Elle le fait évoluer positivement au fur et à mesure qu’il réalise la profondeur de ses sentiments. Ainsi, elle révèle son passé sombre avec parcimonie tout en lui donnant plus de profondeur.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux, au style reconnaissable. Elle le simplifie encore plus dans les passages humoristiques. Les décors situent principalement l’action. Par ailleurs, les flash-back se repèrent à leur fond noir. Les trames sont équilibrées tandis que les trames d’ambiance renforcent les émotions. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Hiiragi sensei ne censure pas les parties intimes. Toutefois, elle les assombrit avec des trames. Elle présente des moments tendres du couple dans les illustrations en début de chapitre.

En résumé

Le salaryman Amagai Roku adore le café préparé par le barista Mugimaru Niini (24 ans). Dernièrement, ce dernier lui offre des pâtisseries de plus en plus volumineuses en accompagnement. Ayant du succès auprès des femmes, plusieurs rumeurs circulent sur lui, dont sa grande frivolité. Un jour, alors que Mugi était importuné par un client mécontent, Amagai vole à son secours. Mais comme il s’énerve trop facilement, il finit au poste de police avec le gérant du café. Pour le remercier, le barista l’invite alors chez lui à boire un verre. Mais passablement éméché, il commence à le tripoter tout en lui déclarant sa flamme. Devant les protestations du salaryman, il insiste sous prétexte que Roku ne peut que l’aimer puisqu’il aime son café…

En conclusion

Ce one-shot au scénario classique offre un petit moment de détente amusant. Par contre, il ne plaira pas à tout le monde, le caractère de Mugi pouvant choquer ou gêner. Hiiragi sensei installe encore une dynamique intéressante avec un couple qui se chamaille tout en arrivant tout de même à se renouveler. Comme elle sait si bien le faire, ses mauvais garçons finissent par s’assagirent pour notre plus grand plaisir. Pour ma part, j’aime beaucoup l’évolution positive du barista. Et j’apprécie le dessin de la mangaka qui s’améliore encore et encore!

The secret of me and my boss 2 – La suite – Kashima Chiaki

the secret of me and my boss 2 kashima chiaki
KASHIMA Chiaki 嘉島ちあき
ISBN: 9782382762974
Hana, 2022
ISBN: 9784796414371 (JP)
Kaiohsha, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

« Moi, je sais que ça va se terminer un jour, alors je le remarque, mon bonheur. »

Kashima Chiaki sensei propose de découvrir la suite des aventures de Mikado et son supérieur. Contrairement au tome précédent, elle présente quelques tranches de vie du couple et révèle un peu plus le passé des deux salarymen. Elle alterne la narration entre eux, permettant de découvrir leurs interrogations. Ainsi, Anezaki, conscient de son amour sincère, redoute le jugement extérieur sur l’homosexualité. Grâce à Mikado qui parle franchement et cherche des mots rassurants, il prend petit à petit confiance. Les deux hommes continuent donc à se découvrir tout en faisant des efforts communs pour consolider leur relation. L’auteure s’intéresse aux doutes qui polluent leur confiance mutuelle. Elle montre aussi la nécessité de surmonter ces incertitudes pour avancer, les biens-faits de la communication dans un couple, le besoin d’intimité et de partage. Elle révèle ce que devient le couple dans l’histoire bonus, ajoutant une note positive et tendre à sa conclusion.

La mangaka a un trait épuré et anguleux, aux contours épais et marqué. Elle exagère les expressions dans les passages humoristiques. Elle porte particulièrement attention aux détails. Ainsi, les regards et les petits gestes suffisent à exprimer ce que pense le personnage ou ce qu’il se passe. Son style conserve une fausse touche non achevée et pourtant très expressive. Les trames sont équilibrées. Par ailleurs, les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page plutôt classique joue tout de même sur les ellipses, l’absence de cadre et des changements d’angles de vue. Dans les scènes érotiques, Kashima sensei censure les parties intimes par un cache blanc. D’ailleurs, elle privilégie les sensations et la complicité du couple. Elle intègre les illustrations en début de chapitre directement dans l’histoire.

En résumé

Anezaki Misaki et Mikado Junichirô sortent ensemble depuis plus d’un mois. Mais pour l’instant, ils ont surtout passé leur week-end à faire l’amour. Mikado a envie de faire plus d’activités en extérieur comme un vrai couple. Néanmoins, Anezaki n’apprécie pas cette idée, redoutant toujours les regards extérieurs désapprobateurs envers l’homosexualité. En plus, il a peur pour l’avenir de son histoire d’amour, ressentant beaucoup trop de bonheur. Toutefois, durant les vacances de la Golden week, Mikado invite son petit ami pour un voyage de deux jours dans un onsen. Seulement l’auberge se trouve à plus d’une heure de marche, elle-même complètement isolée de tout…

En conclusion

Kashima sensei continue de nous amuser avec les chamailleries de Mikado et Anezaki tout en abordant des sujets intéressants auxquels se confronte un couple homosexuel. J’apprécie énormément cette suite. C’est un plaisir de voir l’évolution du couple!

A la recherche de l’amour – Rakuta Shoko

a la recherche de l amour rakuta shoko
RAKUTA Shoko れくたしょうこ
ISBN: 9782382760284
Hana, 2022
ISBN: 9784865544886 (JP)
Overlap, 2019 (JP)
Titre original: ただれた恋にはいたしません!
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: si on s'ennuie

Un citadin débauché et un naïf campagnard, entre chamaillerie et amour.

Rakuta Shoko sensei propose une comédie plus érotique que romantique. Elle joue d’ailleurs sur les enchainements d’évènements parfois à la limite de la cohérence et sur les réactions excessives de ses personnages pour créer des situations comiques. La confrontation entre citadin et campagnard n’est qu’un prétexte pour lancer des chamailleries entre les deux héros. Ainsi, le manipulateur et débauché Takara aime taquiner le naïf mais lunatique Miyazawa. Malgré leurs différents, ils apprennent à se connaître petit à petit. L’intervention des personnages secondaires permet alors d’accélérer l’évolution rapide de leurs sentiments. La narration se base principalement sur Kyôhei mais donne le point de vue de Tomohiro dans l’histoire bonus. L’auteure installe des personnages aux caractères extrêmes. Elle montre également quelques dangers de la grande ville auxquels s’expose une personne trop crédule.

La mangaka a un trait épuré, proche du style shôjo. Dans les passages humoristiques, elle exagère les expressions. D’ailleurs, le pur Kyôhei rougit très facilement et passe son temps à râler, créant un contraste graphique amusant. Les décors apparaissent sur les plans larges. Les flash-back se repèrent à leur fond gris. Par ailleurs, les trames d’ambiance renforcent les émotions. Par contre, la mise en page est plutôt classique. Rakuta sensei ne censure pas les scènes érotiques.

En résumé

Miyazawa Kyôhei (18 ans) vient de la campagne et s’installe à Tokyo pour ses études. Suivant les recommandations de sa grand-mère, il va donc se présenter à son voisin avec un présent. Mais il dérange Takara Tomohiro qui était en compagnie d’une fille. Devant sa réaction choquée, ce dernier se moque alors un peu de lui. Le prenant d’abord pour un débauché, Kyôhei se vexe depuis à la moindre remarque de son voisin. Pourtant, quand il l’entend appeler au secours un soir à cause d’un cafard, il ne peut s’empêcher de l’aider. Pour le remercier, Takara lui prépare un bon repas. Fatigué, Miyazawa confond les préservatifs posés sur la table avec un bonbon et réagit excessivement. Tomo en profite alors pour le tripoter…

En conclusion

Même si ce one-shot ne se classe pas au Chill chill BL award 2020, il est cité parmi les meilleurs mangas au scénario captivant. Les lecteurs sont principalement charmés par la dynamique entre les deux héros, la pureté de l’uke et la gentillesse cachée du seme. En effet, Rakuta sensei se rattrape rapidement sur les premières relations non consenties en mettant des limites au jeu de séduction. Néanmoins, j’ai plus rigolé avec les personnages secondaires comme Yûta, la grand-mère ou Murachin qu’avec le couple principal. Une lecture pour se divertir.

Hate my MIA! – Hitotori Penguin

hate my mia hitotori penguin
HITOTORI Penguin 人鳥ぺんぎん
ISBN: 9782382761380
Hana, 2022
ISBN: 9784865896596 (JP)
Fusion product, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Une comédie romantique pleine de sensualité qui ne manquera pas de vous émoustiller! »

Hitotori Penguin sensei propose une comédie romantique avec des personnages aux caractères exubérants. Elle concentre la narration du point de vue de Maizawa sauf dans le chapitre bonus qui donne la version de Miya. Elle aborde avec humour la double identité, les dangers des réseaux sociaux, la construction d’une identité virtuelle. Ainsi, Kôji distingue clairement Miya de Mia et éprouve des sentiments différents, bien qu’il soit conscient qu’il s’agit de la même personne. Un jeu de séduction va s’installer entre les deux salarymen, mêlant manipulation, rapport de force et érotisme. Celui qui pense donc dominer la situation se retrouve souvent manipulé sans le savoir et ainsi de suite. En introduisant Miyuki Sakura, l’auteure dévoile le passé des deux héros et approfondit leur relation. Toutefois, avec les indices semés au fil des chapitres auparavant, la surprise s’estompe.

La mangaka a un trait plutôt anguleux adouci par les pleins et déliés. Elle le simplifie dans les passages humoristiques en exagérant les expressions. De même, elle n’hésite pas à représenter les personnages en SD. L’imagination débordante de Kôji s’exprime en image. Les décors situent principalement l’action. Les trames d’ambiance appuient les émotions. De même, les trames sont variées. D’autant plus que Mia possède une belle peau hâlée. La mise en page est très dynamique. Dans les scènes érotiques, Hitotori sensei censure les parties intimes par de fines bandelettes blanches qui ne cache pas grand chose. Elle intègre même des coupes intérieures et inclut presque une scène à chaque chapitre. En fin de chapitre, elle présente les personnages et donne une anecdote en une vignette. Sous la jaquette, l’illustration est dans la continuité de la couverture.

En résumé

Maizawa Kôji ne supporte pas son collègue Miya Akihito depuis que ce dernier lui a piqué sa petite amie au lycée. En plus, le playboy excelle au bureau, ce qui a le don de l’énerver. Toutefois, Maizawa connaît son secret: en effet, sous le pseudonyme de Mia, Miya s’expose dans des photos sexys sur les réseaux sociaux. Kôji le trouve tellement mignon qu’il se touche en les regardant et les commente sous le pseudonyme de Taro Imo. Mais un jour, Akihito découvre son identité…

En conclusion

Ce one-shot obtient la dix-neuvième place de la meilleure série érotique au Chill chill BL award 2022. Le graphisme est mignon. D’ailleurs, Mia a un magnifique corps finement musclé souvent mis en avant. Malgré l’effet de surprise tronquée, l’histoire fait sourire et même rire dans certains passages. Une aventure divertissante et très sexy.

Iberico pork and love and camellia – Shoowa

iberico pork and love and camellia shoowa
SHOOWA
ISBN: 9782368770641
Boy’s love IDP, 2013
ISBN: 9784796402781 (JP)
Kaiohsha, 2012 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Roméo et Juliette revisité façon yankee. »

Shoowa sensei offre deux comédies romantiques entre des voyous, alternant entre humour délirant, passage romantique et action. Bien qu’elle exagère les réactions de ses personnages, elle arrive à insuffler un peu de réalisme à son récit. Elle fait évoluer ses personnages en les confrontant à diverses épreuves. La narration de la première partie se base sur Tsubaki tandis que la seconde partie donne le point de vue de Genji. Les personnages secondaires apportent une touche humoristique. En effet, les jeunes voyous sont plutôt des adolescents qui ont le sang chaud que de réels délinquants. L’auteure analyse principalement le changement des sentiments de ses personnages ainsi que leurs interrogations. Avec l’histoire de Yoshimune et Genji, elle aborde également quelques sujets sérieux comme la manipulation des sentiments d’un adolescent, l’influence des mauvaises fréquentations ainsi que l’aide salvatrice de certains adultes.

La mangaka a un trait épuré qui conserve un aspect croquis avec des contours dédoublés, presque gribouillés. Elle le simplifie dans les passages humoristiques et n’hésite pas à le déformer. En plus, elle utilise peu de trames, privilégiant les contrastes noir et blanc. Ainsi, son style graphique rappelle plutôt celui du shônen. Ses protagonistes ne sont pas des gravures de mode, juste des adolescents normaux avec pour certains un beau physique ou des bouilles attachantes. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page très dynamique joue beaucoup sur les chevauchements de vignettes ou sur les cases espacées. Shoowa sensei censure à peine les scènes érotiques. Toutefois, elle choisit soigneusement ses angles de vue pour cacher l’essentiel. Elle simplifie également les parties intimes, avec quelques caches blancs.

En résumé

Influencé par Itameshi Irie, alias Iberico, un ancien groupe de voyous aide au ramassage des déchets dans leur quartier. Mais les Iberico Pork se montrent parfois agressifs envers ceux qui ne respectent pas les règles de la propreté. D’ailleurs, ils ont failli se battre avec Tsubaki, qui avait fait tomber un déchet de sa poche. En effet, le lycéen bagarreur, trop direct, a tendance à attirer l’animosité de ses interlocuteurs. Afin de calmer les tensions, Irie l’invite avec ses amis mais seul Tsubaki a le courage d’y aller malgré toutes les rumeurs qui circulent. Ils sont alors interrompus par des voyous venus se venger du bagarreur. Toutefois, Irie les rétame. Admiratif, Tsubaki passe alors beaucoup de temps avec son nouvel ami et réalise qu’il est même tombé amoureux…

En conclusion

Ce tome obtient la deuxième place au Chill chill BL award 2012. Le drama CD se classe à la première place de même l’auteure. Et Yoshimune se classe troisième meilleur uke. Attention son histoire comporte quelques passages pouvant choquer la sensibilité des lecteurs. Comme à son habitude, Shoowa sensei aime nous surprendre. Et c’est encore une réussite avec cette histoire pleine d’humour et aux héros si attachants. J’adore les hésitations de Tsubaki malgré ses sentiments profonds, la placidité de Yoshi qui cède aux avances maladroites de Gen.

Treat me gently, please plus+ – Nekota Yonezou

treat me gently please plus plus nekota yonezou
NEKOTA Yonezou ねこ田米蔵
ISBN: 9782351809716
Taifu comics, 2015
ISBN: 9784799726372 (JP)
Libre, 2015 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

Les petits secrets d’amour de Maya et Nemugasa.

Nekota Yonezou sensei offre un recueil regroupant ses dôjinshi. Chaque situation est un prétexte pour voir le petit couple s’envoyer en l’air. La majorité des récits se situent entre les tomes 1 à 3, quand les deux lycéens commencent à découvrir leurs sentiments réciproques. Ainsi, l’humour se mêle à l’érotisme. Il y a même une touche fantastique avec une histoire hilarante de changement de corps. L’obsédé Maya essaie de contrôler au mieux ses pulsions tandis que Nemugasa se dévergonde petit à petit. D’ailleurs, Takashi mène de plus en plus son petit ami par le bout du nez. L’auteure mélange différents procédés narratifs. En plus des chapitres, des yonkoma proposent des histoires comiques sur l’origine des idées perverses de Maya.

La mangaka a un trait épuré. Elle dessine des mentons longs et pointus. Ce tome regroupant ses travaux entre 2009 et 2013 permet ainsi de découvrir l’évolution de son style. Les décors situent principalement l’action. Par contre, les trames d’ambiance participent complètement à la narration, transcrivant les émotions et marquant les changements d’humeur. En effet, elles sont complètement différentes quand Maya et Nemugasa ne sont pas sur la même longueur d’ondes puis se transforment jusqu’à atteindre une unité lorsqu’ils deviennent enfin complices. La mise en page dynamique rythme la lecture. Nekota sensei s’attarde un peu plus sur les scènes érotiques. Elle censure les parties intimes par des caches blancs ou des bandelettes blanches.

En résumé

Alors que Maya Hideyuki est allé en vacances en famille en Australie pendant trois semaines, Nemugasa Takashi est tout guilleret à l’idée de pouvoir réviser tranquillement avec Akira. Mais il se rend compte peu à peu au fil des jours que les câlins de son petit ami lui manquent plus qu’il ne pensait…

En conclusion

Chaque chapitre peut se lire indépendamment mais il est préférable de connaître l’histoire principale pour mieux comprendre les références des gags. C’est un plaisir de voir Nemugasa réussir de mieux en mieux à contrôler ce Don Juan de Maya. De même, les nombreuses scènes consenties permettent d’apprécier leurs échanges. Pour les fans de la série!

Totally captivated 4 – Yoo Hajin

totally captivated 4 yoo hajin
YOO Hajin
ISBN: 9782368777473
Boy’s love IDP, 2020
Ecomix, 2008 (KR)
Manhwa
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

« L’instinct de possession de cet homme ressemble étrangement à de l’amour. »

Yoo Hajin concentre son récit un peu plus sur les sentiments. Comme dans le tome précédent, elle approfondit les caractères de ses personnages. Elle développe également un peu plus les amis d’Ewon, en particulier Dohoon Moon. L’immature et démonstratif mafieux se montre grossier envers ceux qui gravitent autour de son amant. Pourtant, Ewon cherche avant tout à raisonner son partenaire et à temporiser ses ardeurs. D’ailleurs, il prend peu à peu conscience de son ancienne solitude, de la jalousie qu’il ressent et de la profondeur de ses sentiments envers Mookyul. L’auteure continue à jouer sur les confrontations entre les deux protagonistes. Toutefois, un harcèlement et une dispute se concluent sur une scène sans consentement, brisant un peu ce rythme et ajoutant une touche dramatique. A la fin du tome, l’introduction de Namhyung Kim annonce les prémisses de plus d’actions, suite à des injures homophobes.

Le style classique coréen se reconnaît immédiatement dans le trait fin et léché de la manhwaga. Elle donne des bouilles rigolotes à ses personnages, simplifiant ses traits dans les passages humoristiques. Elle soigne également le style des costumes qui met souvent en avant un certain luxe. Les trames sont variées. Par ailleurs, les trames d’ambiance, parfois graphiques (fleurs), alternent avec des décors plutôt succincts. La mise en page est très dynamique. Yoo censure les scènes érotiques en ne dessinant pas les parties intimes. D’ailleurs, elle privilégie des cadrages s’arrêtant aux bustes ou à des ombres représentées de loin. A la fin du tome, elle donne des fiches personnages permettant d’apprendre quelques détails sur Ewon et Mookyul.

En résumé

En quittant le restaurant, Mookyul Eun et Ewon Jung tombent sur le PDG. Le mafieux remarquant son air grave, demande à son larbin de patienter. Mais au bout d’une demi-heure, Ewon perd patience et croit les voir échanger un baiser très intime. Mookyul nie une quelconque relation mais avoue avoir une dette envers l’homme qui l’a recueilli alors qu’il était à la rue après avoir fui l’orphelinat et l’école. Profitant d’un cours annulé, les amis d’Ewon, qui se sentaient délaissés, l’invitent à boire un verre et lui demandent de leur présenter son amant…

En conclusion

Le drame s’installe petit à petit, avec différentes tensions aussi bien au sein du couple que dans leur entourage. Par ailleurs, la fin se termine en plein suspense. Vivement la suite.