Le théâtre des fleurs 7 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 7 natsume isaku

NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375063637
Taifu comics, 2024
ISBN: 9784403667831 (JP)
Shinshokan, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: absolument

Une séparation inenvisageable.

Natsume Isaku sensei révèle le passé entre Matsukawa Kikuemon et Arai Jûichirô, amis d’enfance qui se sont retrouvés dans une situation similaire à leurs petits-enfants. Comme dans le tome précédent, elle aborde la pression de la transmission d’un héritage artistique, les obligations des familles illustres, le mariage arrangé. Elle compare également les différences entre l’époque des grands-parents et celle des petits-enfants. En effet, Kikuemon a préféré fuir ses sentiments de peur de la pression sociale. Malgré les obstacles, Gensuke et Sôgorô choisissent la résistance. Ils mûrissent en découvrant les contraintes de la vie professionnelle mais également l’amorce de la prise d’indépendance. La distance, l’incompatibilité des emplois du temps, la jalousie, l’anxiété viennent troubler la confiance du couple. L’auteure montre quelques techniques de résistance des deux amoureux. Elle s’intéresse par ailleurs aux différences entre le kabuki et d’autres registres artistiques. Par ailleurs, elle révèle le passé de Tsutamaru.

La mangaka a un trait légèrement épuré qui met en relief les pleins et reliés. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, ajoutant une touche mignonne avec des visages plus arrondis. De même, elle exprime à merveille le découragement avec un brouillard noir plus ou moins dense. Les décors apparaissent sur les plans larges. Les trames d’ambiance appuient les émotions. Les autres trames sont très variées. D’ailleurs, un soin est porté aux motifs des kimonos. Les flash-back se repèrent à leur fond noir. Néanmoins, des trames rayées recouvrent les vignettes lors des souvenirs furtifs. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Natsume sensei ne censure pas les parties intimes mais elle joue sur les cadrages et les angles de vue pour ne pas montrer les détails. Elle présente les personnages en début de tome. Dans les illustrations en début de chapitre, elle dessine le quotidien des personnages.

En résumé

Arai Tsutamaru et Kaneko Takeichi ont demandé qu’Arai Gensuke et Matsukawa Sôgorô se séparent. Depuis, le couple peine à trouver un moment pour élaborer une stratégie étant souvent sous surveillance. Gensuke a alors l’idée de demander l’aide de leurs amis Tsuchiya Hiroto et Nishida. En effet, le mannequin a déjà acheté son propre appartement. Il accepte d’ailleurs de les couvrir mais également de louer une des chambres. Ainsi, le couple pourra se créer des moments d’intimité pour discuter calmement. De retour chez lui, Sôgorô réalise soudain le poids de ses obligations familiales et son manque de liberté en s’identifiant à une héroïne d’une pièce de kabuki que son grand-père regardait. Observant son petit-fils, Matsukawa Kikuemon se replonge alors dans ses souvenirs…

En conclusion

Natsume Isaku sensei plonge le lecteur dans les révélations, mettant en parallèle passé et présent. Elle installe la résistance de l’amour face à la tradition, installant un suspense intense. J’ai hâte de découvrir la suite! D’autant plus que j’apprécie de plus en plus Tsutamaru, malgré son obstination envers son frère. Ce tome intense en évènements procure beaucoup d’émotions. Une série idéale pour découvrir l’univers du kabuki.

Ameiro paradox 6 – Natsume Isaku

ameiro paradox 6 natsume isaku

NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375063736
Taifu comics, 2023
ISBN: 9784403667930 (JP)
Shinshokan, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Nos deux compères sont-ils prêts pour une nouvelle vie à deux?! »

Natusme Isaku sensei s’intéresse à la cohabitation du couple. Elle aborde donc la question du coming out à la famille et aux collègues, la difficulté à concilier privé et travail ainsi que les compromis à faire. En effet, Onoe a tendance à imaginer le pire et a la fâcheuse tendance à materner son petit ami. En plus, Kaburagi qui hésite encore, ne communique pas assez, créant des quiproquos. Entre disputes et réconciliations, le couple avance doucement tout en amusant les lecteurs. Kasai et Noriko jouent les confidents et les guident au mieux. Comme dans le tome précédent, l’auteure continue de révéler certaines facettes de Kabu. Par ailleurs, elle présente la famille de Satoshi. Dans l’histoire bonus, elle offre une anecdote à la suite du chapitre dans le bar de Kaori.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. D’ailleurs, elle dessine d’adorables SD. Les trames sont équilibrées. De même, les flash-back se repèrent à leur fond noir. Par contre, les décors alternent avec les trames d’ambiance souvent graphiques, évitant de surcharger la page. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Natsume sensei joue sur les cadrages pour ne pas montrer les parties intimes. Elle simplifie également ces dernières. Dans les illustrations en début de chapitre, elle présente le quotidien des personnages. A la fin d’un chapitre se trouve un yonkoma qui marque la transition avec l’arc suivant.

En résumé

Sur une remarque de Kaburagi Motoharu, Onoe Satoshi commence à chercher un appartement pour qu’ils vivent ensemble. Mais il doit vite abandonner, le mois de décembre étant chargé à cause d’une épidémie de grippe. Les deux journalistes n’arrivent même plus à se voir, absorbés par leurs tâches. En effet, Kaburagi remplace le photographe Sumida et passe son temps à l’extérieur tandis qu’Onoe assume les travaux de rédaction au bureau. Quand Motoharu passe un soir chez Satoshi, ce dernier s’inquiète pour son petit ami qui, malgré la fatigue, dort peu et ne mange pas. Se montrant un peu trop maternel, ils finissent par se disputer, d’autant plus que Kabu avoue préférer être seul.

En conclusion

Natsume Isaku sensei nous balade entre humour, romance et tension. A travers cette simple tranche de vie, elle arrive pourtant à aborder divers sujets sérieux. Je suis complètement stupéfaite par la perspicacité de la mère d’Onoe, qui mène en plus son fils par le bout du nez pour lui faire avouer ses petits secrets. Un tome au ton un peu plus sérieux autour du couple mais qui me donne envie de vite découvrir la suite.

Le théâtre des fleurs 6 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 6 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375063095
Taifu comics, 2022
ISBN: 9784403667558 (JP)
Shinshokan, 2020 (JP)
Titre original: 花恋つらね6
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: absolument

Gensuke et Sôgorô vers l’âge adulte.

Natsume Isaku sensei prend un ton plus sérieux pour aborder les problèmes auxquels est confronté le couple de jeunes acteurs. Après un passage romantique permettant de découvrir Okinawa, elle s’intéresse à la fin des études, au plein engagement des acteurs dans leur carrière, à la question de l’image publique mais également au poids de l’héritage artistique. En effet, le kabuki fonctionne encore de manière très traditionnelle, avec des successions filiales, impliquant certains devoirs de l’héritier. Ainsi, si Gensuke reprend le titre de son grand-père, il devra obligatoirement offrir une descendance. De même, la relation entre les deux acteurs devra toujours rester secrète, les obligeant à vivre dans le mensonge. A travers le questionnement de ses deux héros, l’auteure interroge donc sur la place de l’amour dans cet univers codifié. En fin de tome, elle offre deux histoires bonus qui apportent une touche d’humour.

Le trait épuré et léché de la mangaka est toujours aussi agréable. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Les décors alternent avec les trames d’ambiance plutôt graphiques. La mise en page dynamique offre une grande variété d’angles de vue. Comparé au tome précédent, Natsume sensei ne censure pas les scènes érotiques. Toutefois, elle se concentre plutôt sur les sensations de ses personnages.

En résumé

Matsukawa Sôgorô et Arai Gensuke ont enfin pu aller au bout de leur promesse. Mais en les découvrant nus dans le lit, Arai Tsutamaru n’ose pas les déranger, choqué. La tournée étant terminée, les deux lycéens vont à leurs cours de rattrapage. Sôgorô jubile tellement de bonheur que son ami Tsuchiya Hiroto devine immédiatement ce qu’il s’est passé. Il lui conseille donc de se montrer plus prudent. Comme c’est leur dernière année au lycée, à la Saint-Valentin, Matsukawa reçoit beaucoup plus de chocolats de ses fans. A sa surprise, Gensuke a refusé ceux qu’on lui offrait. Mais il lui en donne en échange d’un peu de temps ensemble. Au théâtre, Kaneko Takeichi remarque l’air désemparé de Tsutamaru et essaie de le réconforter. N’en pouvant plus, ce dernier lui révèle ses soupçons sur la relation de son frère avec Sôgorô, inquiet pour l’avenir de la troupe.

En conclusion

Après les paillettes, nous découvrons les traditions contraignantes du kabuki qui touchent même la vie privée. Ce tome procure immensément d’émotions quand on est attaché à nos deux héros. Les voir mûrir, réfléchir à leur situation et leur avenir, rend le récit très réaliste. J’ai tellement hâte de lire la suite!

Ameiro paradox 5 – Natsume Isaku

ameiro paradox 5 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375062975
Taifu comics, 2021
ISBN: 9784403666995 (JP)
Shinshokan, 2019 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

Le retour d’un ami d’enfance de Kaburagi va semer le trouble dans l’harmonie de notre couple.

Natsume Isaku sensei développe un peu plus l’adolescence de Kaburagi. Elle dévoile ainsi une facette peu reluisante du journaliste qui n’hésitait pas à profiter de ses relations. En effet, son amitié avec Sanjô était d’abord intéressée. Pourtant, il ressent maintenant une certaine honte face à son petit ami. Onoe se retrouve à jouer l’entremetteur entre les deux amis, décelant les sentiments positifs de son partenaire. En plus, la vanité de Sanjô continue à lui jouer des tours. Comme dans le tome précédent, le travail de journalisme prend le dessus. D’ailleurs, l’auteure s’intéresse aux fuites et manipulations dans un projet. Elle analyse la difficulté à gérer la jalousie ainsi que la fugacité de certaines disputes qui en découlent. Elle montre également l’appréhension à partager ou non un passé jugé honteux. Les histoires bonus apportent des anecdotes amusantes, dont un crossover avec Le théâtre des fleurs.

Le trait épuré et léché de la mangaka se simplifie dans les passages humoristiques. D’ailleurs, elle dessine des bouilles trop chou. Les trames sont équilibrées. De même, quelques trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page dynamique rythme la lecture. Dans les scènes érotiques, Natsume sensei ne détaille pas les parties intimes. Elle applique des trames ou un cache blanc. Sous la jaquette, elle a dessiné divers costumes avec les personnages sous forme de poupées de papier à habiller. Par ailleurs, le traducteur Nicolas Pujol rend parfaitement l’intonation différente d’Osaka.

En résumé

Pendant que Kaburagi Motoharu et Onoe Satoshi batifolent durant leurs congés, Kiuchi les appelle pour couvrir un scoop sur un acteur célèbre soupçonné d’adultère. Mais c’était une fausse piste. Tandis que le couple rentre, Kaburagi est interpelé par un ami du lycée, Sanjô Kazuomi. Devant sa familiarité, Onoe le soupçonne d’être un ex. Il se lamente donc auprès de Masa qui lui conseille alors d’interroger directement son petit ami. Sanjô propose à Motoharu de venir travailler avec lui pour gérer une chaîne d’hôtels. Malgré son refus, l’ancien ami insiste. Remarquant la complicité entre Kaburagi et Onoe, il décide alors de révéler à ce dernier le passé de son ami.

En conclusion

J’aime toujours autant ce couple. Quel plaisir de voir Onoe prendre des initiatives et exprimer un peu plus ses désirs. Je ne me lasse pas de ses adorables expressions. Natsume sensei arrive à nous tenir en haleine et nous divertir avec une tranche de vie simple.

Le théâtre des fleurs 5 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 5 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375062982
Taifu comics, 2021
ISBN: 9784403667145 (JP)
Shinshokan, 2020 (JP)
Titre orignal: 花恋つらね5
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: absolument

Gensuke se retrouve pour la première fois face à un mur.

Natsume Isaku sensei s’intéresse à Gensuke qui n’arrive pas à cerner ce qui manque à son jeu. Elle met en évidence les sentiments complexes qui apparaissent lorsqu’un écart de niveau se creuse, que le doute s’installe jusqu’à en déprimer. De même, elle montre l’impuissance de l’entourage pour le soutenir. En effet, l’acteur se retrouve face à ses propres limites et ne peut que se surpasser. Ainsi, l’auteure s’intéresse à l’endurance et au mental des acteurs, à la pression qu’ils subissent constamment. Comme dans le tome précédent, elle continue à présenter les spécificités du kabuki comme le style de jeu, les préparatifs en coulisses, certains classiques. Elle dévoile un peu le passé de Kikuemon et Arai Juichirô, à travers le regard de Kumonosuke. D’ailleurs, son ancienne rivalité se répercute un peu sur la jeune génération. Les histoires bonus donnent des anecdotes amusantes sur l’état d’esprit du couple après leur première fois.

La mangaka a un trait épuré et léché. Elle lui donne du relief avec des pleins et déliés. De même, elle le simplifie dans les passages humoristiques. L’exagération des expressions et les personnages en SD apportent un côté mignon supplémentaire. La mise en page accompagne le regard et rythme la lecture. Les trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors, présents sur les plans larges, sont soignés. D’ailleurs, Natsume sensei travaille également avec précision les costumes et les maquillages particuliers du kabuki. Dans les scènes érotiques, elle ne détaille pas les parties intimes. Pour introduire ses chapitres, elle dessine des illustrations représentant le quotidien des héros, au théâtre ou à la maison.

En résumé

Le grand acteur de kabuki Takamura Kumonosuke rend visite aux jeunes artistes pendant leur répétition. En réalité, Matsukawa Kikuemon lui a demandé de surveiller secrètement le bon développement du jeu d’Arai Gensuke. L’acteur, qui se montre déjà sévère avec tout le monde, juge alors durement le jeu de Shûgo. D’abord choqué et peu habitué à des critiques cinglantes, le jeune talent lui demande alors des détails. Le vétéran l’invite donc à un cours mais ne lui donne pas de réels conseils d’amélioration ou de travail. Alors pour se remonter le moral, Gensuke se confie auprès de son petit ami, Matsukawa Sôgorô. Les deux amoureux arrivent ensuite à se motiver pour doubler d’efforts.

En conclusion

Cette série va vous faire adorer le kabuki. L’univers est tellement bien transcrit que la romance, pourtant bien développée et présente, semble passer au second plan. Avec son merveilleux dosage entre petit drame et humour, l’auteure nous éblouit et nous fait vibrer à chaque chapitre. En plus, le couple s’épanouit dans le consentement et la bienveillance. Du pur bonheur! Mais je crois que je me répète…

Devil’s honey – Natsume Isaku

devil s honey natsume isaku
NATSUME Isaku
ISBN: 9782351806753
Taifu comics, 2012
ISBN: 9784799710395 (JP)
Libre, 2011 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: si on s'ennuie

Un délinquant? Non, un diable craquant!

Natsume Isaku sensei aborde avec humour une romance entre un professeur doué en arts martiaux et un élève bagarreur. Elle pose rapidement la question de l’interdit, obligeant Sugaya a réfléchir sur son attirance, ses sentiments et sa situation. Comme Yoshino est naturellement direct et familier avec son professeur, son comportement brouille leur relation. Son admiration évolue doucement vers le sentiment amoureux, avec des questionnements. D’ailleurs, divers évènements les poussent au rapprochement, même si le professeur tente de résister à la tentation. La narration alterne entre les deux héros, permettant ainsi de comprendre l’avancée de leurs réflexions. L’auteure s’intéresse également au jugement sur l’apparence, au manque de pédagogie de certains enseignants qui ne jurent que par l’élite, aux difficultés de communication et des limites entre professeurs et élèves.

La mangaka a un trait facilement reconnaissable, épuré et simple. Son style est typiquement shôjo. Les trames d’ambiance alternent avec les décors. La mise en page est dynamique. Pour les scènes érotiques, Natsume sensei ne montre pas les détails, jouant sur les cadrages. Elle censure les parties génitales en ne les dessinant pas. En bonus, elle offre une courte histoire narrant les aventures de son chien chez le vétérinaire.

En résumé

Le professeur d’éducation physique Sugaya Toshimitsu rêvait de travailler dans sa région. Néanmoins, il déchante un peu entre des supérieurs méprisants, des élèves impertinents et des parents d’élèves hautains. Pourtant, il a la côte auprès des mères de famille. Le proviseur et son adjoint Murase lui confient alors la surveillance des délinquants du lycée, menés par Yoshino Tatsumi, surnommé le démon des couloirs. Mais le professeur se rend vite compte que les rumeurs sont exagérées. Certes, l’adolescent a tendance à se battre quand on le provoque mais il est très gentil. Étonnamment, l’étudiant accepte de lui obéir après une démonstration de prise d’arts martiaux. Mais le professeur est de plus en plus séduit par son élève. En plus, ce dernier lui voue une admiration sans bornes depuis qu’il l’aurait sauvé plus jeune…

En conclusion

Cette comédie romantique légère n’approfondit malheureusement pas les questionnements intéressants qu’elle soulève. En plus, la fin semble un peu précipitée. Toutefois, j’ai passé un excellent moment à sa lecture. Un one-shot sans prétention qui se laisse lire et qui plaira principalement aux fans de l’auteure.

Le théâtre des fleurs 4 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 4 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375061763
Taifu comics, 2019
ISBN: 9784403666674 (JP)
Shinshokan, 2019 (JP)
Titre original: 花恋つらね 4
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: absolument

Difficile de filer le parfait amour sans moments intimes.

Natsume Isaku sensei offre une petite parenthèse humoristique et romantique entre Sôgorô et Gensuke avec la fête du lycée. Ainsi, elle met en avant la communication dans le nouveau couple et la difficulté à organiser des moments à deux à cause de leur emploi du temps chargé. Conscients de leur popularité, les deux lycéens préfèrent cacher leur relation. De même, ils tâtonnent dans leur relation intime, se questionnant et se découvrant mutuellement. D’ailleurs, le fait que tout ne se déroule pas facilement apporte un peu de fraîcheur, renforcée par leur innocence. Comme dans le tome précédent, l’auteure révèle encore quelques indices sur la relation entre Arai Jûichirô et Matsukawa Kikuemon, maintenant le suspense. Elle aborde les représentations de janvier d’Asakusa qui mettent en vedette les jeunes acteurs. Elle montre également l’influence des grands acteurs de kabuki auprès de la presse, avec le photographe Hide, ou d’autres troupes, avec Takamura Kumonosuke.

Le trait épuré et léché de la mangaka dégage parfois beaucoup de sensualité malgré sa simplicité. D’ailleurs, elle le simplifie encore plus dans les passages humoristiques, conférant une bouille adorable à ses personnages dont le visage devient presque rectangle. Les trames d’ambiance viennent appuyer les émotions mais également renforcer le côté comique. Les décors se font un peu plus discrets. Natsume sensei maîtrise parfaitement les diverses techniques graphiques pour rendre la mise en page dynamique. Dans les scènes érotiques, elle se concentre sur les sensations et les émotions, offrant même des passages amusants. Par ailleurs, elle joue sur les cadrages pour ne pas montrer les parties intimes ou trop de détails. Les illustrations en début de chapitre présentent plutôt le quotidien des personnages.

En résumé

Après avoir fait le point sur leurs sentiments réciproques, Arai Gensuke et Matsukawa Sôgorô sortent ensemble. Toutefois, ils décident de réfréner leurs ardeurs jusqu’à la fin de la tournée. Pourtant, les baisers de Gensuke se font de plus en plus torrides. Par ailleurs, leur jeu s’améliore grâce à leur rapprochement. A la fin de la tournée, Tsutamaru interrompt les deux tourtereaux en pleine discussion, inquiet en apprenant que Sôgoro a une entorse qu’il cachait. En effet, l’onnagata est un grand fan de Kikuemon et a peur de lui déplaire, rêvant de suivre au moins une fois ses cours. Son mépris envers Matsukawa n’était donc que de la jalousie. Les jeunes acteurs apprennent également que le grand-père de Sôgorô a rendu visite à Arai Unshô. Pourquoi?

En conclusion

Ce tome n’a pas été classé au Chill Chill BL award 2020 mais les lecteurs le citent parmi les meilleures séries pures qui fendent le cœur. D’ailleurs, ils ont envie d’encourager Arai Gensuke qui est encore classé parmi les meilleurs seme super darling. La relation entre les deux héros avance d’un grand pas. Mais les obstacles se dressent sur la route de leur bonheur. Je les trouve tellement adorables durant leurs moments intimes. Un simple câlin suffit à mon bonheur. Entre suspense, romance et découverte du kabuki, ce titre plaira au plus grand monde.

Le théâtre des fleurs 3 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 3 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375061640
Taifu comics, 2019
ISBN: 9784403666261 (JP)
Shinshokan, 2018 (JP)
Titre original: 恋花つらね 3
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

L’attachement de Gensuke est-il seulement professionnel ou également sentimental?

Natsume Isaku sensei fait avancer la romance entre les deux jeunes acteurs. Elle sème des évènements imprévus qui provoquent leur rapprochement mais apportent également beaucoup d’humour avec des situations presque burlesques. Par ailleurs, elle sème des indices sur la relation conflictuelle entre la troupe Ôtaniya et Tamanoya en révélant, sans pour autant le détailler, une bride du passé de Matsukawa Kikuemon. De même, Tsutamaru semble affecté par cette rivalité. Comme dans le tome précédent, l’auteure développe encore l’univers du kabuki en s’intéressant aux tournées et aux prêts d’acteurs entre troupes. Elle met ainsi en avant la pression et la perte de repères dans un environnement différent. De même, elle dévoile un peu plus les personnalités de Gensuke et Sôgorô. Pour leur âge, les deux lycéens montrent déjà une certaine maturité et une forte conscience professionnelle, contrôlant même leurs pulsions. Ils discutent facilement sur leur relation et leur projet de carrière.

Le trait épuré et simple de la mangaka est tout de même léché. Les décors s’estompent pour ne pas surcharger les pages. De même, les trames sont équilibrées. Même les trames d’ambiance graphiques s’intègrent discrètement. La mise en page dynamique utilise les ellipses, les vides, des cadrages variés, des emboîtements mais également divers angles de vue. Pour l’instant, Natsume sensei suggèrent certains passages érotiques comme la masturbation mais ne montre rien. Par ailleurs, les illustrations en début de chapitre transcrivent l’ambiance du récit.

En résumé

Après le baiser de Matsukawa Sôgorô qui lui a déclaré sa flamme, Arai Gensuke commence à réfléchir à ses sentiments. Mais son rival, pensant qu’il est influencé par la situation, le rejette. D’abord perdu, Gensuke va alors activement analyser ses sensations. Il décide d’aller voir jouer celui qu’il admire et réalise que sa jalousie et sa possessivité envers Sôgorô dépassent le milieu du kabuki. Inconsciemment, il le rejoint dans les coulisses à la fin du spectacle…

En conclusion

Même si ce tome ne se classe pas au Chill Chill BL award 2019, les lecteurs le citent parmi les meilleurs séries accessibles. En effet, impossible de ne pas s’attacher à ce couple en formation qui réfléchit, communique et teste même leur attirance. En plus, le côté ingénu de Sôgorô lui donne un côté adorable.

Le théâtre des fleurs 2 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 2 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375061145
Taifu comics, 2018
ISBN: 9784403665592 (JP)
Shishokan, 2017 (JP)
Titre original: 花恋つらね 2
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: absolument

Entre espérance et frustration.

Natsume Isaku sensei continue à présenter les spécificités du kabuki avec la position de partenaire attitré et la succession intra-familiale. De même, elle s’intéresse à la modernisation des pièces par des troupes de théâtre indépendantes, comme celle de Kaneko Takeichi, qui attire un public plus jeune. A travers les deux héros, elle montre la pression qui touche déjà les enfants ayant la responsabilité de perpétuer l’héritage familial. Ainsi, les motivations de Gensuke et Sôgorô sont différentes. De même, alors que la succesion de Matsukawa au sein de la troupe semble naturelle, celle d’Arai est orienté par celle de son frère aîné, Tsutamaru, qui interprète les rôles d’onnagata. Pourtant, la passion de Gensuke entraîne des quiproquos sur ses intentions. D’ailleurs, l’auteure joue sur cette mauvaise interprétation pour maintenir le suspense sur l’évolution de sa relation avec Sôgorô. Le côté protecteur de Chû ajoute aussi une touche d’humour.

Le trait de la mangaka, épuré et simple, a un certain charme. Elle n’hésite pas à dessiner les personnages en SD dans les passages humoristiques ou à exagérer les expressions. Elle porte une attention particulière à la gestuelle du kabuki, rendant leur dynamique. Les kimonos sont également soignés. Par ailleurs, les décors sont présents dès que le cadrage s’élargit. Les trames d’ambiance transcrivent les émotions. Natsume sensei présentent les personnages au début du tome, permettant de se repérer rapidement. De même, elle offre de magnifiques illustrations en début de chapitre, avec les personnages en costume de scènes. D’ailleurs, comme sur le tome précédent, la couverture montre un des personnages en pleine représentation, dans une couleur dominante.

En résumé

Pendant leur entraînement, Arai Gensuke (de son vrai nom, Noda Jumpei) enlace Matsukawa Sôgorô en lui déclarant vouloir ne le laisser à personne. Surpris, son partenaire ne sait quoi répondre mais à force de ressasser sans cesse ses paroles, il a du mal à se concentrer. En plus, Nishida lui laisse entendre que Gensuke a toujours éprouvé un amour à sens unique pour lui. Face à la gène qui s’installe entre eux, Arai propose alors d’oublier ce qu’il a dit afin de se consacrer entièrement à leurs répétitions. Pourtant, Sôgorô ne peut s’empêcher d’analyser ses sentiments. En effet, il s’identifie de plus en plus à son rôle. Et comme le personnage éprouve les mêmes sentiments que lui, son jeu change peu à peu…

En conclusion

Même si les positions du couple en formation n’ont pas encore été définies, les lecteurs japonais citent Matsukawa Sôgorô parmi les meilleurs uke séduisants au Chill Chill BL award 2018, appréciant sa gentillesse et son charme faisant oublier qu’il est lycéen. L’auteure aime décidément finir ses tomes sur des cliffhangers insoutenables. Pour avoir une petite idée de la modernisation du kabuki, je vous suggère de lire ce petit article sur la troupe Kinoshita-kabuki. J’adore le ton très réaliste de ce récit et ne peut que vous le recommander absolument!

Le théâtre des fleurs 1 – Natsume Isaku

le theatre des fleurs 1 natsume isaku
NATSUME Isaku 夏目イサク
ISBN: 9782375060964
Taifu comics, 2018
ISBN: 9784403665226 (JP)
Shinshokan, 2016 (JP)
Titre original: 花恋つらね 1
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

Entre passion et rivalité.

Natsume Isaku sensei offre une comédie romantique dans l’univers du kabuki. Elle s’intéresse aux spécificités des pièces, des rôles mais également aux activités annexes comme la danse, la musique, les entrainements ou la concurrence entre troupes. Elle installe un duo d’acteurs rivaux avec beaucoup de caractère. L’arrogant Matsukawa manque en réalité de confiance en son jeu, apportant une touche d’humour. Il évolue très vite sous l’influence d’Arai. Ce dernier est un admirateur du jeune acteur et ne comprend pas son sentiment de jalousie. Leur rivalité leur permet tout de même de progresser et de se rapprocher. De même, les deux lycéens sont soutenus par des amis: l’acteur Tsuchiya Hiroto et le mannequin Nishida. Par ailleurs, l’auteure met en avant la pression de la réputation d’une famille célèbre. Elle présente deux styles d’approches du jeu d’acteurs avec Sôgorô plutôt cérébral et Gensuke tout en sensibilité.

La mangaka a un trait épuré tout de même léché. Elle exagère légèrement les expressions, donnant de l’impact aux émotions. En plus, les trames d’ambiance viennent les appuyer. Les décors sont discrètement présents. Natsume sensei soigne particulièrement les costumes. Il y a d’ailleurs beaucoup de kimonos. La mise en page dynamique simplifie la lecture. Comme l’histoire prend son temps, il n’y a pas de scènes érotiques pour l’instant. Les illustrations en début de chapitre présentent le quotidien des acteurs comme les répétitions, le maquillage, les moments de pause…

En résumé

Azuma Shûgo (17ans), d’une célèbre famille d’acteurs de kabuki, a obtenu son nom de scène, Matsukawa Sôgorô, à 7 ans et joue depuis dans la troupe Tamanoya. Toutefois, sensible aux critiques, il doute parfois de son talent depuis qu’il a vu jouer son rival Arai Gensuke. Ce dernier est l’héritier de la famille d’acteurs de Kabuki Ôtaniya. En plus, les deux lycéens sont dans la même classe. Même si Gensuke cherche à se rapprocher de Sôgorô qu’il admire, son rival le fuit. Mais un jour, Matsukawa apprend qu’il devra jouer dans la même pièce avec Arai. D’ailleurs, son grand-père, Kikuemon, entreprend immédiatement un rude entraînement afin d’améliorer le jeu d’onnagata du lycéen. Gensuke les rejoint alors pour intégrer la répétition. En effet, il interprétera le jeune époux. Arriveront-ils à surpasser leur rivalité pour leurs rôles respectifs?

En conclusion

Ce tome a obtenu la vingt-troisième place du meilleur manga au Chill Chill BL award 2017. Étonnamment, Sôgorô et Gensuke arrivent à transmettre aux lecteurs leur passion pour leur métier et donnent envie de découvrir leur univers. Adorant le kabuki, j’étais déjà conquise. L’histoire va prendre son temps mais c’est pour mon plus grand plaisir.

Copyright © 2024