10 dance 5 – Inoue Satoh

10 dance 5 inoue satoh
INOUE Satoh 井上佐藤
ISBN: 9782368777572
Boy’s love IDP, 2021
ISBN: 9784065167311 (JP)
Kodansha, 2019 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: absolument

Suzuki arrivera-t-il à devenir le dieu de la danse comme l’espère Sugiki?

Inoue Satoh sensei présente le système des compétitions en nous plongeant directement dans un concours de danse. Elle s’intéresse d’abord à l’organisation, l’ambiance, aux sensations des compétiteurs et des juges. Par ailleurs, elle enchaîne les explications avec fluidité au fil des réflexions des personnages, sans interruption. Les danseurs rivalisent pour capter l’attention du public. Ainsi galvanisés entre défis et performances, ils se provoquent entre eux, incitant à se surpasser ou au contraire cassant le rythme. Le retour aux bases de Shinya permet de mettre en avant la différence d’appréciation entre public et jury. Comme dans le tome précédent, l’auteure continue de développer la relation entre les deux héros. Elle décrit avec finesse la difficulté à gérer leurs émotions. En effet, Sugiki se perd dans l’intensité de ses sentiments entre possessivité, dominance, attirance sexuelle, tandis que Suzuki préfère fuir l’évidence.

La mangaka a toujours un trait fin et réaliste. Néanmoins, elle exagère les expression en les simplifiant, augmentant l’impact humoristique. Elle travaille encore la sensualité des mouvements de danse latine. Les costumes et les décors sont soignés et variés. Par ailleurs, la mise en page très dynamique utilise la largeur des cases ou des pages pour exprimer l’ampleur des mouvements. Inoue sensei préfère transcrire la tension entre les personnages dans le seul passage érotique du tome, ne dessinant pas les organes génitaux. Elle donne des explications sur la création à la fin du tome. Sous la couverture, elle présente deux planches encore en croquis supprimées du chapitre 26. La jaquette ouverte reprend l’illustration du frontispice.

En résumé

C’est l’effervescence avant le grand prix du Japon. Le public attend beaucoup des têtes d’affiche de l’Open d’Asie, les champions du monde Alberto et Dolorès Bemer ainsi que les seconds, le couple formé par Gabriel Wilkins et Chloe Lindley. Depuis l’interview de Suzuki Shinya, le journaliste Mukai espère le voir battre les meilleurs. Mais son collègue Urashima essaie de lui faire comprendre qu’il sera malheureusement toujours troisième, d’autant plus qu’il fait partie des têtes de série. Même le directeur de la compétition, Matsunaga, incite le danseur à seulement défendre sa place. Pourtant, Sugiki Shinya a hâte de voir le féroce et terrible dieu de la danse qu’est devenu son ami. Contre toute attente, alors que son père fait parti du comité exécutif de la compétition, Suzuki décide de trahir ses attentes en participant aux premières séries de qualification avec Tajima Aki.

En conclusion

Ce tome a obtenu la dix-septième place de la meilleure série au Chill Chill BL award 2020. L’image dans laquelle Suzuki offre son cœur au public est à la fois magnifique et terrifiante. En plus, la fin du tome est riche en émotions et en rebondissements, faisant tomber d’un seul coup toute la tension accumulée durant la lecture. J’aime beaucoup l’image de l’amour donnée par les deux héros. En effet, leur admiration mutuelle les invite à surpasser l’autre mais le sentiment amoureux, bien que motivant, symbolise également une défaite car cela implique de céder à l’autre. Je trouve la réaction des deux partenaires très réaliste et logique. Laissez donc palpiter votre cœur en admirant Al, Gabe et Shinya danser!

10 dance 4 – Inoue Satoh

10 dance 4 inoue satoh
INOUE Satoh 井上佐藤
ISBN: 9782368777336
Boy’s love IDP, 2020
ISBN: 9784065114667 (JP)
Kodansha, 2018 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: absolument

Après un baiser dans le feu de l’action, les deux danseurs se perdent dans leurs sentiments.

Inoue Satoh sensei s’intéresse un peu plus à l’évolution de la relation entre Suzuki et Sugiki. Les deux hommes réalisent peu à peu leur attirance mutuelle mais leur passion de la danse les freine. Justement, le danseur de danse latine va énormément changer, suite à sa rencontre avec les champions mondiaux de danse latine, Alberto et Dolores Bemer. Grâce à ce couple, l’auteure développe les différences entre les formations, l’esprit de compétition, l’investissement physique et psychologique que demande la préparation. En parallèle, elle montre les difficultés à concilier vie privée et entrainement intensif, l’importance de la connexion entre partenaires de danse, l’influence du guidage et le lien entre les différents types de danses. Elle dévoile également l’enfance et l’adolescence de Suzuki, abordant légèrement la culture cubaine et les contraintes sociales et politiques de ce pays. L’histoire bonus hilarante met en scène les danseurs découvrant les bas résille.

Comme dans le tome précédent, la mangaka travaille avec soin les détails comme les changements et les petits gestes. Ainsi, elle rend parfaitement les conversations du regard entre les personnages. De même, elle joue sur les différentes expressions de Fusako, ajoutant même un chapitre où la danseuse doit s’entraîner. Les mouvements de danse sont toujours bien découpés. Le ressenti des personnages et les connexions s’expriment même de manière figurée. D’ailleurs, les trames d’ambiance arrivent aussi à transcrire les conflits intérieurs, contrastant avec les images. Inoue sensei fait apparaître des grenouilles autour de Sugiki pour transcrire les questionnements : l’humour graphique devient donc discret. Sous la jaquette, elle offre une histoire délirante avec Félix, l’ami d’enfance de Suzuki.

En résumé

Suzuki Shinya a du mal à réaliser qu’il a embrassé Sugiki Shinya. Cela le perturbe au point de perdre sa concentration à l’entrainement. En plus, Sugiki ayant l’habitude de fréquenter des homosexuels depuis l’enfance, est persuadé que son ami est gay. Les deux hommes redoutent de se voir au cours suivant. Yagami Fusako commence à trouver leur comportement louche. Mais face à un Sugiki nonchalant, Suzuki ressent à la fois de la peine et une certaine frustration. A la pause, Sugiki apprend alors par Aki que Shinya n’a aucune attirance pour les hommes. Alors pourquoi ce baiser fougueux ?

En conclusion

Ce tome a obtenu la onzième place de la meilleure série au Chill Chill BL award 2019. La romance s’accélère mais la compétition approche. Ce couple qui se tourne autour est tellement craquant. Le comportement contradictoire de Suzuki, avec son machisme confronté à ses sentiments, est hilarant. Vive la danse !

10 dance 3 – Inoue Satoh

10 dance 3 inoue satoh
INOUE Satoh 井上佐藤
ISBN: 9782368777299
Boy’s love IDP, 2020
ISBN: 9784065101476 (JP)
Kodansha, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: absolument

Sugiki est bien décidé à faire reconnaître le talent de Suzuki.

Inoue Satoh sensei fait évoluer doucement les sentiments entre ses personnages. A travers le regard d’autres danseurs, comme Nino et Norman Owen, ou les médias représentés par Urashima et Mukai, elle décrit les petits changements de leur relation et la perception de ces deux talents. Comparé au tome précédent, les deux héros se disputent moins, apprenant à se connaître. Ainsi, leur incompréhension du sentiment amoureux quand ils sont concernés contraste avec le jeu de séduction qu’ils pratiquent lors des danses, l’excitation portant à confusion. Par ailleurs, l’auteure dévoile un peu leur enfance et leur vision de la danse. Elle donne des explications sur les compétitions internationales de danses et comment Sugiki gagne sa vie. Elle joue aussi sur l’ambivalence de Suzuki, perçu par certains comme un surdoué ou au contraire, par d’autres, comme quelqu’un de vulgaire ne respectant pas les règles.

Malgré un trait légèrement épuré, la mangaka conserve un graphisme plutôt réaliste. Elle rend particulièrement bien les différents muscles, ainsi que leurs mouvements. Le style, le dessin et la mise en page sont surtout au service de la narration. Même les détails en arrière-plan sont mobiles comme par exemple les servals ou les spectateurs. Inoue sensei maîtrise la répartition des trames; de même, elle utilise toujours les trames d’ambiance dans un contexte précis, avec parcimonie. Elle joue sur les angles de vue, en plongée et contre-plongée, augmentant la magnificence des danses ou en mettant en parallèle certaines scènes. Les pas et les mouvements sont décomposées avec finesse. Suzuki cumule les poses lascives. Sous la jaquette, les personnages se plaignent à l’auteure des poses à prendre pour réaliser couverture et illustrations.

En résumé

Au matin, Sugiki Shinya et Suzuki Shinya sont réveillés par des passants dans le parc. En effet, ils se sont endormis dans la neige après avoir dansé toute la nuit. Sugiki regrette que son partenaire soit un homme, alors qu’il a enfin trouvé quelqu’un aussi endurant que lui, qui accepte de s’entraîner sans relâche. A l’entrainement le soir même, Suzuki et Tajima Aki éprouvent encore quelques difficultés avec le temps de la valse. Quant à Sugiki et Yagami Fusako, ils n’arrivent pas à être sensuel durant les danses latines. Suzuki leur suggère donc de jouer la comédie. Mais Sugiki, trop direct avec les femmes en général, ne dégage aucun charme. En échangeant le rôle féminin chacun leur tour, les deux hommes tentent de développer leur jeu de séduction en dansant sur de la rumba. Et soudain, Sugiki se laisse complètement prendre par son rôle à la surprise de son partenaire.

En conclusion

Ce tome a obtenu la onzième place de la meilleure série au Chill Chill BL award 2018. L’auteure arrive à transcrire l’influence réciproque entre ses deux héros aussi bien dans leur comportement que graphiquement. Elle exprime parfaitement la tension entre eux. Le lecteur se laisse donc facilement happer par leurs joutes. Je ne me lasse pas de leurs aventures!

10 dance 2 – Inoue Satoh

10 dance 2 inoue satoh
INOUE Satoh 井上佐藤
ISBN: 9782368774502
Boy’s love IDP, 2015
ISBN: 9784065101322 (JP)
Kodansha, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: absolument

Quand le désir de compétition se mêle à une ardeur amoureuse provoquée par l’érotisme de la danse…

Dans ce deuxième tome, Inoue Satoh sensei s’attarde principalement sur les changements des deux danseurs et l’évolution de leur relation. Entre amitié, rivalité, doute et admiration, Suzuki semble complètement perdu dans ses sentiments alors que Sugiki annonce sa bisexualité. L’auteure continue à détailler l’univers de la danse: les différences de contact entre les danses standards et latinos, les trucages des concours où l’influence des appuis joue sur la notation qui, de plus, est parfois subjective. De même, elle aborde les définitions différentes de la séduction dans la chorégraphie. Elle distille au compte-goutte des informations sur le passé des protagonistes. Des chapitres courts humoristiques détendent l’atmosphère un peu plus sérieuse que le volume précédent. Les filles partagent même leur point de vue sur leur partenaire dans « Shall we dance? ». Justement, dans ses commentaires, Inoue sensei explique s’être inspirée de titres de musiques souvent utilisées en compétition pour ses chapitres.

La mangaka retranscrit graphiquement les changements de ses personnages: le côté strict de Sugiki s’adoucit à certains moments et l’insouciance de Suzuki semble s’effacer dans ses expressions. De même, elle utilise un dessin stylisé lors des compétitions pour rendre l’effet virevoltant des danses. Elle introduit de nouveaux personnages d’âges différents mais dont il est facile de deviner immédiatement la tranche d’âge. Son jeu des cadrages facilite la lecture et rend parfaitement les mouvements. D’ailleurs, l’auteure esthétise avec délicatesse l’érotisme de certaines danses. Ses personnages revêtent différents styles vestimentaires ou coupes de cheveux renforçant le côté réaliste. Même s’il n’y a pas de scène érotique, le jeux des regards et les baisers de plus en plus fougueux transcrivent les sentiments des personnages.

En résumé

Sugiki reçoit un appel de son ami de fac, le compositeur Ernest, qui s’inquiète de ne pas le voir participer à certains concours d’Angleterre. En effet, le danseur ne veut pas laisser Suzuki qui stagne dans son apprentissage de la valse. Apprenant les origines du Latinos, le surnommé Arnie lui conseille de l’entraîner en musique et non par décompte. La magie opère immédiatement, Suzuki étant plus à l’aise quand il s’amuse. Les entraînements respectifs avancent bien malgré quelques tensions. Surtout que le latino aime taquiner le gentleman en le bécotant. Sugiki invite alors son rival à venir admirer sa prestation au championnat du monde.

En conclusion

Ce second tome récidive en obtenant la sixième place du meilleur manga au Chill Chill BL award 2015. L’histoire s’accélère légèrement mais l’auteure ne délaisse pas pour autant ses explications sur le monde de la danse. Elle plonge aussi bien ses personnages que les lecteurs dans le doute: s’aiment-ils réellement? N’est-ce donc pas l’influence de la danse qui les échauffe? J’adore!

10 dance 1 – Inoue Satoh

10 dance 1 inoue satoh
INOUE Satoh 井上佐藤
ISBN: 9782368774496
Boy’s love IDP, 2015
ISBN: 9784065101315 (JP)
Kodansha, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

Deux champions de danses talentueux s’entraident pour participer au tournoi 10 dance.

Inoue Satoh sensei développe une comédie romantique ayant pour thème principale les danses de société. A la fois humoristique et pédagogique, ce récit détaille l’univers des danses de salon: la compétition, les méthodes d’apprentissage, les différences selon les types de danses… Le côté journalistique est également abordé. Les deux héros aux caractères opposés se chamaillent tout le temps, offrant des passages hilarants, surtout qu’ils ne mâchent pas leurs mots. Suzuki, avec son caractère libre, a du mal à se plier au conformisme des danses standards. Sugiki, trop sérieux, est rongé par l’esprit de compétition. Comme ces deux danseurs s’investissent dans des styles de danse en conflit avec leur personnalité, ils vont devoir évoluer. L’auteure, qui est précise dans le réalisme, prend son temps et s’intéresse particulièrement aux sentiments de ses protagonistes.

La mangaka possède un style graphique bien à elle: ses traits sont fins et plutôt réalistes. Ses personnages masculins sont virils, aux visages plutôt carrés et aux corps assez musclés. Elle n’hésite pas à exagérer les expressions pour les renforcer. De même, l’auteure préfère les hachures pour exprimer les ombres. Elle privilégie les trames de coloration ou d’ambiance. Les rares décors, travaillés, situent d’abord l’action. Ses cadrages sont dynamiques. Par exemple, les scènes de danse occupent une double page permettant de rendre parfaitement l’ampleur des mouvements. Les illustrations de début de chapitre reprennent une scène de danse et sont simplement magnifiques.

En résumé

Suzuki Shinya est le champion japonais de danses latino-américaines avec sa partenaire Tajima Aki. Sugiki Shinya, quant à lui, excelle en danses standards et a même été classé deuxième mondial, avec Yagami Fusako. Il propose à Suzuki de s’affronter dans un « 10 dance », un tournoi international de dix styles de danses. Bien que Sugiki n’aime pas la compétition, il finit par céder aux provocations de son rival. En effet, leurs écoles respectives se concurrencent depuis leur fondation, le père de Suzuki ne s’entendant pas avec la mère de Sugiki. Les deux danseurs décident de s’entraîner ensemble afin d’apprendre les danses qui leur font défaut. Alors que les filles sympathisent très vite, la rivalité entre les garçons entraînent des difficultés…

En conclusion

Inoue sensei est une mangaka BL qui aborde toujours des thèmes rares d’un point de vue réaliste. Son style, qui ne suit pas forcément les codes du BL, peut déplaire à certains lecteurs: elle s’intéresse principalement au développement des liens, souvent avec une pointe d’humour. La série 10 dance a changé d’éditeur en cours de parution: d’abord édité par Takeshobo, elle est actuellement pré-publiée par Kodansha dans un magazine généraliste. Le manga fait des émules parmi certains danseurs japonais qui organisent maintenant l’évènement Real 10 dance incluant des couples same-sex. A noter qu’il a tout de même obtenu la sixième place du meilleur manga au Chill Chill BL award 2014.