Loveism – Amagi Reno

loveism amagi reno
AMAGI Reno 天城れの
ISBN: 9782368771778
Boy’s love, 2015
ISBN: 9784796405171 (JP)
Kaiohsha, 2013 (JP)
Titre original: 片想イズム
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

La douleur d’un amour à sens unique confrontée au bonheur de la cohabitation.

Amagi Reno sensei offre un one-shot où le développement de l’histoire d’amour prime sur l’humour habituel. A part certaines situations rocambolesques, comme par exemple Kento qui finit à la rue, trop endetté pour rembourser son prêt étudiant et aider ses parents devenus chômeurs, le scénario respecte sur le fond un certain réalisme. La narration est faite du point de vue d’Amano. Jouant sur un triangle amoureux entre quatre personnes, l’auteur interroge sur la vie en couple et l’amour à sens unique. Même ses personnages secondaires dégagent de la prestance et sont attachants. Alors que le seme au caractère passif est soumis au capricieux architecte, l’intervention du couple de Kawaguri Shinichirô et Senju Akitoshi permettra à leur relation d’évoluer.

Le graphisme de la mangaka est moins anguleux qu’à son habitude. Les traits qui se sont assouplis donnent une certaine douceur aux physiques des personnages. Pour les passages humoristiques, les personnages se transforment en adorables SD. L’équilibre entre les trames d’ambiance et les décors permettent d’aérer les planches. La mise en page est au service de l’histoire et les cadrages augmentent la fluidité de la lecture. La censure semble presque absente car Amagi sensei joue tout simplement sur les cadrages et la suppression de quelques lignes ou l’utilisation d’un tramage assez sombre uni. Les illustrations de début de chapitre présentent le quotidien du couple.

En résumé

Depuis le lycée, Amano Kento est amoureux de son senpai Momo Ryôsuke, mais ce dernier se refuse à une relation suivie et couche avec n’importe qui. Quelques années plus tard, affamé et sans logis, l’étudiant endetté est recueilli par le bel architecte à condition de devenir son serviteur…

En conclusion

Amano avec les joues toujours rougissantes est tellement mignon! Bien que le manga commence sur une scène torride, le scénario délaisse vite l’érotisme pour se concentrer sur la vie à deux. Et à la fin de la lecture, nous retiendrons cette phrase qui conclut parfaitement : « ça divise la tristesse, et ça multiplie le bonheur » !

Toriko of mine – Amagi Reno

Toriko of mine amagi reno
AMAGI Reno 天城れの
ISBN: 9782368771983
Boy’s love, 2014
ISBN: 9784877241247 (JP)
Kaiohsha, 2009 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

La vie de couple revisitée par Amagi Reno!

Comme dans la majorité de ses récits, Amagi Reno sensei donne priorité à l’humour. Les obstacles se dressant devant ce couple s’avèrent être les mêmes que ceux d’un couple hétérosexuel. Et ici, ils sont souvent réglés sur l’oreiller. Les héros ne nous donneraient-ils pas une solution pour vivre plus simplement?

Le graphisme de la mangaka est anguleux, avec des lignes simplifiées. Les déformations comiques sont très présentes, conférant d’adorables bouilles. Mais cette grande maître du BL n’hésite pas à inclure au détour d’une page, le cadrage d’une case vraiment originale en plongée rapprochée, respectant perspective et déformation physique de l’angle. Les décors sont peu présents. Pour les scènes érotiques, elle contourne la censure en remplaçant les lignes explicites par des ombres tramées.

En résumé

Rui, potier, et Toriko, professeur dans une école privée, entament une nouvelle vie de couple dans leur premier appartement. Mais difficile de cohabiter ensemble quand on a deux styles de vie opposés, en plus d’un four à poterie qui occupe la moitié du logis! Et c’est sans compter sur la belle-famille, les amis…

En conclusion

A voir Toriko, la vie de couple est un combat quotidien!

Perversion lens – Amagi Reno

perversion lens amagi reno
AMAGI Reno 天城れの
ISBN: 9782368771976
Boy’s love, 2014
ISBN: 9784796404327 (JP)
Kaiohsha, 2013 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

Une relation perverse peut-elle se transformer en amour?

Malgré le thème du chantage, Amagi Reno sensei équilibre parfaitement les scènes de développement de l’histoire et les scènes érotiques. Ce one-shot propose une histoire plutôt réaliste, avec une relation et des personnages touchants. La narration est faite du point de vue du professeur Uchiizumi, divorcé et blasé.

Le graphisme plutôt réaliste de la mangaka met en avant les traits déliés de la plume. Les hachures de rougissement et de gêne permettent de retrouver son style caractéristique. Les décors sont très présents. Les trames colorent ou ombrent les cases. Les cadrages sont au service de la censure et l’auteur semble s’adonner au jeu de montrer moins pour inspirer plus. Certaines vignettes n’échappent cependant pas aux halos blancs.

En résumé

Chidori Todoroki est un étudiant en photographie qui a déjà acquis une certaine réputation médiatique. Il retrouve son ancien professeur d’arts, Seiji Uchiizumi (36 ans), responsable du club féminin de photos d’un lycée, en tant qu’assistant stagiaire. Comme cet enseignant a bouleversé sa vie en lui faisant comprendre qu’il était gay, il décide de se venger en le forçant à poser pour des photos érotiques. Néanmoins, au-delà de ce chantage pervers, ses sentiments évoluent…

En conclusion

Un thème surprenant pour une histoire tendre: la maîtrise d’Amagi sensei à l’œuvre!

School police love mission – Amagi Reno

school police love mission amagi reno
AMAGI Reno 天城れの
ISBN: 9782368770023
Boy’s love IDP, 2013
ISBN: 9784877248574 (JP)
Kaiohsha, 2008 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

Des détectives de l’amour pour la régulation des mœurs d’un lycée.

Dans ce one-shot, Amagi Reno sensei nous plonge dans une situation peu probable où l’humour surpasse les sentiments. Il est question de manipulation, de confiance, de pression familiale. Au cours des deux missions, Sayama va s’interroger sur l’amour, l’évolution de ses sentiments. Les deux héros ont des caractères bien tranchés: Tsubaki cache un double visage, la perspicacité de Sakurai est complètement occultée par son air nonchalant. La première mission se déroule sur plus de la moitié du volume et est découpée en chapitres par de simples illustrations. Afin de compenser le peu de scènes érotiques, une histoire bonus en fin de tome dévoile la relation entre Akuta Sôbi et Niregi Tsukasa. Cependant, cela casse un peu l’ambiance générale du récit avec son ton presque pornographique.

La mangaka utilise un minimum de traits mais offre des déformations mignonnes. Sakurai en « toutou » ou en SD est craquant. Cela rend son graphisme plus doux que d’habitude. Les trames se font discrètes. Le cadrage est au service de la fluidité de l’histoire. De même, les déformations parfois trop exagérées donnent l’impression d’un dessin non maîtrisé. Pourtant, ce dernier reste très expressif. Alors que les scènes érotiques des deux missions évitent les détails, celle de l’histoire finale mérite un classement 18+ avec juste des trames et de fines bandes noires qui ne semblent rien cacher.

En résumé

Dans l’école d’élite masculine Kakyoku, le comité de surveillance, surnommé les détectives, organise une élection pour recruter un nouveau membre. En effet, des couples gays du lycée sont visés par un corbeau qui les surprend en plein ébats amoureux et expose leurs photos publiquement, les menaçant de prévenir leurs familles s’ils ne se séparent pas. Subissant la pression familiale depuis qu’il a raté l’entrée au comité des élèves, Sayama Tsubaki s’intéresse fortement à ce nouveau titre convoité qui peut propulser son parcours scolaire. Il s’attire l’affection du nouvel élève, Fubuki Sakurai, en lui venant en aide…

En conclusion

J’aime beaucoup Amagi Reno. Cette histoire mignonne et amusante n’est pas la meilleure de l’auteur. L’histoire bonus pourra gêner certains lecteurs. Mais j’ai passé un agréable moment.