Ma raison de vivre – Kasai Uka

ma raison de vivre kasai uka
KASAI Uka カサイウカ
ISBN: 9782368776896
Boy’s love IDP, 2019
ISBN: 9784775527863 (JP)
Oakla, 2018 (JP)
Titre original: 例えば雨が降ったなら
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: un peu

A la recherche de son premier amour adolescent à 45 ans.

Dans ce one-shot, Kasai Uka sensei présente les retrouvailles entre deux quarantenaires qui avaient partagé un amour platonique au lycée. Plongé dans une situation critique, le naïf Kuga se raccroche à la vie en cherchant à se racheter d’une faute commise lorsqu’il était lycéen. Mais en côtoyant Mitsuru, il découvrira la face cachée de son premier amour que les années et les épreuves ont marqué. Alors que l’auteure joue sur les non-dits et s’applique à décrire avec pudeur les sentiments des personnages, elle reste dans une approche légèrement nostalgique. Cependant, en ne s’attardant pas sur les détails du passé et en restant dans l’univers descriptif de la vie quotidienne du club de strip-tease, on ressent un sentiment d’inachevé en terminant la lecture de ce tome. Sous la jaquette, l’auteure promet dans sa postface, de développer un peu plus le passé et le futur du couple.

Le style graphique de la mangaka est plutôt réaliste, avec des carrures viriles et des visages burinés anguleux qui marque bien l’âge. Mitsuru, ancien ikemen, conserve un certain charme. Les trames d’ambiance se font discrètes, Kasai sensei privilégiant les décors et les contrastes noir et blanc. Elle s’attarde également sur les gestes du quotidien. Ses cadrages, au service de la lecture, conservent un découpage plutôt classique. La pluie, très présente, fait écho au titre japonais « Par exemple, si la pluie était tombée ». Les illustrations en début de chapitre suivent l’évolution des sentiments des deux héros. Il y a peu de scènes érotiques, résumées à quelques cases. Une illustration amusante complète la postface sous la jaquette. La couverture a obtenu la dix-septième place au classement du Chill Chill BL award 2019.

En résumé

Kuga Tatsuhiko (45 ans) a tout perdu: son associé s’est enfui avec l’argent de l’entreprise et sa femme l’a quitté. Ruiné, il hésite à mettre fin à ses jours en sautant du toit d’un immeuble. La faim le ramène à la raison et en cherchant un souvenir heureux, il se rappelle de son premier amour: Handa Mitsuru. Il demande alors à son ami détective Harisawa de le retrouver. Deux semaines plus tard, il retrouve Kijima Mitsuru dans un club de strip-tease

En conclusion

Alors que le titre japonais insère de la poésie, le choix du titre français colle parfaitement à l’histoire. En effet, les deux héros blessés par la vie vont trouver une raison de vivre dans cet amour nimbé de regrets. Cependant, Kuga semble bien pur pour un homme d’âge mûr! Dommage que la conclusion soit si ouverte.

3 Partages
Tweetez
Partagez3