Depth of field 2 – Enjo

depth of field 2 enjo
Enjo 苑生
ISBN: 9782368776087
Boy’s love IDP, 2018
ISBN: 9784813031628 (JP)
Taiyohtosho, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

Se retrouver 3 ans plus tard, avec les mêmes sentiments restés en suspens. Est-ce le destin?

Enjo sensei reprend le cours de sa romance trois ans plus tard. Konno devient le narrateur principal. Ses personnages sont devenus plus mâtures. L’auteure a une plus grande maîtrise du déroulement de son scénario, et transcrit toujours aussi bien leurs sentiments et leurs émotions. Les deux amis prennent leur temps et communiquent. L’introduction d’Ume apporte une vision simple et saine de l’amour, sans référence au genre. En effet, Kon s’interroge sur l’écart ténu entre forte amitié et sentiment amoureux qu’il ressent pour Hayakawa. De même, les sentiments de Shûichi sont restés suspendus tels quels durant les trois ans où ils ne se fréquentaient plus. Il est agréable de voir le couple se renseigner et décider de leur position avant de passer à l’acte. Les deux histoires bonus en fin de tome montrent l’évolution du couple.

La mangaka arrive à conjuguer un trait réaliste et épuré. Elle porte attention aux détails, comme les mouvements de chevelure quand les personnages se déshabillent ou se réveillent par exemple. De même, elle travaille soigneusement les regards et les expressions. Pourtant, elle n’hésite pas à simplifier ses traits dans les scènes humoristiques. L’esthétique des pages est toujours autant travaillée; certains passages transcrivant les sensations des protagonistes dégagent même une note poétique. Le découpage cinématographique rend les scènes érotiques très sensuelles, en particulier le détail des préliminaires. De fines bandelettes blanches censure tout de même les détails. La couverture utilise des couleurs complémentaires, avec une dominance de ton orange, répondant à celle du premier tome en bleu.

En résumé

Trois ans plus tard, Konno Ryôhei étudie la photographie à l’université et se forme en parallèle dans le studio de son père, sous la direction de Tada. Au fil d’une discussion sur ses amours, Kon se remémore alors sa relation avec Hayakawa Shûichirô. Même si son ami n’est jamais revenu sur le toit du lycée après sa déclaration, il a fait des efforts pour reprendre la musique. A une soirée avec Ume, artiste coiffeur et maquilleur, et Tada, Kon boit plus que de raison. Tada le retrouve saoul et entouré de filles. Il l’invite donc à dormir chez lui. Le matin, il lui propose alors un bon entraînement: faire des photos pour un groupe indie. Arrivé à la salle de concert, Ryôhei découvre que parmi les trois membres du groupe, le guitariste n’est autre que Hayakawa. Minowa, le bassiste et leader, les invite le soir même chez Shû pour faire connaissance…

En conclusion

Les illustrations couleurs en début de volume subliment le dessin d’Enjo sensei. Le ton réaliste du récit et l’esthétique des pages me donnent envie de voir comment va évoluer l’auteure. Je préfère le second tome au premier, même si ils sont indissociables, surtout parce que leur relation est plus saine. Si vous aimez les drames qui finissent bien, n’hésitez pas à vous plonger dans ce récit!

3 Partages
Tweetez
Partagez3