Notre chemin – Amamiya

notre chemin amamiya

Amamiya アマミヤ
ISBN: 9782382762080
Hana, 2024
ISBN: 9784866534060 (JP)
Core magazine, 2020 (JP)
Titre original: ぼくらのつづき
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« Pour le moment, on recommence depuis la case départ. »

Amamiya sensei narre une romance classique entre deux amis d’enfance perdus de vue qui se retrouvent quelques années plus tard. Elle base la narration principalement du point de vue de Yôsuke. Par ailleurs, elle met en avant la vie des rues commerçantes, avec l’entraide et les échanges entre les gérants de boutiques. Les deux héros ont des caractères assez marqués. A cause de sa timidité, Shû a un petit côté fuyant et tsundere. Yôsuke, quant à lui, a tendance à suivre ses pulsions mais communique parfois maladroitement. Les deux adolescents ressentent une attirance mutuelle mais prennent du temps avant de l’accepter. Ainsi, l’auteure aborde les premiers émois amoureux de l’adolescence, analysant leurs réactions. Elle maintient un certain suspense en révélant au gré des souvenirs le passé entre les deux lycéens. De même, elle joue principalement sur la dynamique entre eux.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Par ailleurs, elle s’attarde sur les détails des regards et des petits gestes. Son graphisme conserve un trait à main levé avec des pleins et déliés nombreux et des petites hachures qui marquent les volumes. Les trames sont équilibrées tandis que les trames d’ambiance apparaissent avec parcimonie. De même, les décors situent principalement l’action. Les flash-back se repèrent à leur fond noir. La mise en page est dynamique, très aérée avec de grandes ellipses et des vides. Amamiya sensei censure à peine les scènes érotiques. Néanmoins, elle joue sur les cadrages pour en montrer le moins. De même, elle dessine des hachures ou des contours blancs sur les parties intimes.

En résumé

Enfants, Sakurai Yôsuke avait sympathisé avec Nanase Shû qui venait d’emménager dans le quartier. Mais en jouant, ils ont eu un accident qui a brisé leur relation naissante. En plus, la mère de Shû, surprotectrice, n’a même pas laissé Yô s’excuser. Par conséquent, les deux amis se sont alors éloignés. Mais depuis son entrée au lycée, Sakurai croise souvent Nanase, même si tous deux s’ignorent. Pourtant, il vient à son secours quand un professeur embête un peu trop Shû sur sa couleur de cheveux. Un jour, alors qu’il aide ses parents à livrer des légumes, il découvre son ancien ami en train de travailler chez Chiyo qui tient une boutique de bentô.

En conclusion

Bien qu’Amamiya sensei propose une comédie romantique assez classique, elle maîtrise plutôt bien le format one-shot et enchaîne les évènements en alternant tension, romance, souvenirs et même quelques scènes sexy. Son graphisme mignon est un atout supplémentaire à l’appréciation de ce récit. Une lecture agréable avec des moments craquants!

Sasaki et Miyano 9 – Harusono Shou

sasaki et miyano 9 harusono shou

HARUSONO Shou 春園ショウ
ISBN: 9782385312701
Akata, 2024
ISBN: 9784046811400 (JP)
Kadokawa, 2022 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

« Tu veux bien sortir avec moi, ce jour-là? »

Harusono Shou sensei continue de développer les émotions de Sasaki et Miyano face au changement de leur situation. Elle s’intéresse à la difficulté à coordonner son emploi du temps, l’exaltation des sentiments et la gestion de la distance. Ainsi, une gêne s’installe entre les deux amoureux, Shûmei se montrant plus démonstratif mais le regrettant aussitôt. Miyano prend un peu plus d’assurance et d’initiatives, soutenu par ses parents et ses amis. Ogasawara Jirô et Hanzawa Masato apportent une note comique. D’ailleurs, l’auteure joue sur les clichés du BL, s’amusant sur la limite entre amitié et amour, dans la gestuelle ou la discussion. Avec l’introduction d’Ugawa Sora, un camarade de classe de Sasaki, elle aborde le jugement sur l’apparence, la question du coming out. De même, elle rappelle que les démonstrations romantiques quelque soit l’orientation sexuelle du couple, peuvent mettre mal à l’aise à travers les réactions de Shirahama.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux de style shôjo. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, n’hésitant pas à arrondir les têtes. Les trames sont variées tandis que les trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page plutôt classique alterne des yonkoma. Comparé au tome précédent, Harusono sensei fait poser les personnages du récit et donne sa postface sous la jaquette. Elle précise le découpage du temps sur le sommaire. Dans les bonus, elle regroupe les histoires promotionnelles en les classant par thème. Ses chapitres n’ont d’ailleurs pas la même taille.

En résumé

L’anniversaire de Sasaki Shûmei approche. Miyano Yoshikazu appelle donc son petit ami pour l’inviter à un rendez-vous à deux. Mais s’étant un peu trop emballé, il demande alors conseil auprès de Kuresawa Tasuku. Shirahama Kyôji et Tashiro Gonzaburô se mêlent rapidement à la conversation de leurs amis. Toutefois, la discussion dérive rapidement sur leur orientation.

En conclusion

Harusono Shou sensei arrive à créer une ambiance chaleureuse, douce avec la bienveillance de ses personnages. Son graphisme dégage d’ailleurs le même effet. De même, elle traite avec délicatesse les questions sur les premiers émois amoureux et la sexualité de l’adolescence. Une lecture qui procure les mêmes sensations qu’un doux bonbon qui fond doucement sur la langue. Cette série est idéale pour débuter dans le BL.

Le petit ami dangereux de Suzu – Kasai Chiaki

le petit ami dangereux de suzu kasai chiaki

KASAI Chiaki かさいちあき
ISBN: 9782382764305
Hana, 2024
ISBN: 9784801975187 (JP)
Takeshobo, 2021 (JP)
Titre original: 地雷系彼氏すずくん
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« Un amour entre deux êtres que tout oppose, liés par Kappa, la petite peluche. »

Kasai Chiaki sensei propose une romance entre deux étudiants aux caractères diamétralement opposés. Elle révèle au fur et à mesure les petits secrets des personnages, dévoilant en fin de compte des personnalités bien plus complexes qu’elles ne paraissent. Ainsi, bien que Suzu aime sa solitude et ne cherche pas à se lier d’amitié, il fait des efforts pour connaître un peu plus Aiji et s’ouvrir à lui. De même, malgré un comportement très proche du harcèlement et du chantage, Sawamuro montre sincèrement ses sentiments et s’adapte à l’univers de son camarade. L’auteure joue sur le classique scénario « tomber amoureux de celui qui nous rejette » pour aborder différentes approches des relations sociales lorsque que l’on est à la base calme, entre rejet ou intégration à travers un faux « masque ». Elle s’intéresse également au jugement sur l’apparence, l’influence des préjugés, la difficulté à se montrer tel que l’on est.

La mangaka a un trait épuré légèrement anguleux avec des contours qui se déforment ou se dédoublent pour renforcer les réactions des personnages. D’ailleurs, elle exagère les expressions dans les passages humoristiques, simplifiant parfois son trait. Elle a également un style reconnaissable, avec des oreilles un peu pointues caractéristiques. Les trames sont très variées. Par contre, les trames d’ambiance alternent avec les décors. La mise en page est très dynamique, avec des sorties de cadre. Kasai sensei ne censure pas les scènes érotiques. Par ailleurs, elle intègre des jeux érotiques avec Kappa. En fin de chapitre, elle propose également quelques aventures mignonnes de la peluche ou des yonkoma apportant des anecdotes. Les personnages posent dans les illustrations en début de chapitre.

En résumé

Le timide Furushima Suzu a perdu sa chère peluche Kappa, réalisée par son cousin Ryûichi d’après une création de Takowasa. Il la cherche désespérément dans les couloirs de l’université quand le beau Sawamuro Aiji l’interpelle, entouré de ses groupies. Ce dernier le taquine un peu avant de lui rendre la peluche qu’il a retrouvée, légèrement abimée. Depuis, il semble vouloir sympathiser avec Suzu mais se montre un peu trop insistant et tactile, au grand dam de l’asocial étudiant. D’ailleurs, le beau gosse prétexte vouloir fuir les filles trop collantes. Charmé par les larmes du morose Furushima qui panique dès qu’on le touche, Aiji lui vole soudain un baiser par dessus son masque.

En conclusion

Kasai Chiaki sensei crée une dynamique intéressante entre ses personnages. Elle équilibre petit à petit la relation entre ses deux héros, qui dévoilent leur vraie personnalité. Son graphisme très expressif rend bien les émotions. Toutefois, certains lecteurs pourront trouver les jeux sexuels avec la peluche Kappa et le harcèlement constant d’Aiji assez malaisants. Fan de la mangaka habituée aux romances tumultueuses, je me suis facilement plongée dans ce récit. J’ai d’ailleurs hâte de découvrir le second tome! Une lecture ambiguë qui ne plaira pas à tout le monde mais ravira les fans du genre.

Perfect addiction – Miyama Kaoruko

perfect addiction miyama kaoruko

MIYAMA Kaoruko 美山薫子
ISBN: 9782382764329
Hana, 2024
ISBN: 9784796415743 (JP)
Kaiohsha, 2023 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« A cause de sa belle gueule, il avait toujours un air supérieur. »

Miyama Kaoruko sensei propose une romance classique entre deux étudiants aux caractères opposés, l’un volage et l’autre trop sérieux. Elle alterne la narration entre les deux héros. Leur relation débute d’abord sous prétexte d’une initiation aux plaisirs sexuels, sans pour autant tomber dans les jeux érotiques. Au contraire, Akihito se montre à l’écoute du plaisir de son partenaire et le traite avec prévenance. En plus d’une bonne compatibilité sexuelle, leurs sentiments évoluent vers une attirance mutuelle. Toutefois, conscient de leur accord de ne pas s’attacher, Sae fuit rapidement ses sentiments, supportant de moins en moins les autres aventures de son partenaire. Ainsi, l’auteure s’intéresse particulièrement aux conflits intérieurs ressentis lorsque deux sex friends s’éveillent à l’amour. Elle met en avant la communication au sein d’un couple.

La mangaka a un trait épuré et anguleux, aux contours parfois dédoublés. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Les trames sont variées tandis que les trames d’ambiance accompagnent les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page très dynamique joue beaucoup sur les superpositions et les ellipses. De même, Miyama sensei adapte la forme des cadrages à leur contenu. Par ailleurs, elle ne censure pas les scènes érotiques. Il y en a même une par chapitre. Les illustrations en début de chapitre montrent l’évolution du couple.

En résumé

Kuji Akihito, un étudiant volage qui profite de sa popularité auprès des filles pour cumuler les coups d’un soir, ne supporte pas l’asocial Takazuki Sae, qui rencontre encore plus de succès que lui. En plus, ce dernier ne semble fréquenter personne. Après une soirée entre étudiants, Sae préfère rentrer mais il est suivi par Yuria que convoitait Akihito. Déçu, le volage étudiant décide également de rentrer. Mais il remarque alors son rival en conflit avec un homme devant un hôtel. Kuji fait fuir le malotru en se faisant passer pour le petit ami de Takazuki et invite son camarade à patienter dans la chambre d’hôtel. Au cours de leur discussion, Sae lui confie être gay mais ne pas trop aimer les rapports sexuels. Akihito lui propose alors de tester avec lui.

En conclusion

Malgré un scénario classique, Miyama Kaoruko sensei offre une romance attendrissante avec deux beaux étudiants. Elle a en plus un beau graphisme très expressif. L’équilibre entre humour, drame et sensualité rend la lecture agréable. Pour ceux qui aimeraient encore voir le couple évoluer, un tome 2 est sorti en février 2024. J’ai apprécié ma lecture et attend donc la suite avec impatience.

Tomorrow maybe love – Yamashita Machi

tomorrow maybe love yamashita machi

YAMASHITA Machi 山下街
ISBN: 9782382764442
Hana, 2024
ISBN: 9784758024082 (JP)
Ichijinsha, 2022 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: beaucoup

« Aimer quelqu’un comme lui, c’est sans espoir… »

Yamashita Machi sensei narre une romance classique avec deux étudiants qui s’aiment secrètement. Elle construit une relation plutôt innocente malgré le comportement limite de Nagi qui n’hésite pas à se glisser dans le lit de son voisin sans pour autant aller plus loin. D’ailleurs, Kitagawa n’a aucune confiance en lui et renonce d’avance à tout espoir et déclaration. Le beau Yuu prend du temps à découvrir ses propres sentiments. La gêne qui s’installe entre les deux héros à cause de leur côté ingénu les rend mignons. Ainsi, l’auteure joue sur les contrastes entre apparence et caractère. Elle décortique les émotions et rend ainsi la formation de la relation naturelle. Elle guide les deux amoureux avec un entourage bienveillant.

La mangaka a un trait épuré qui dégage une certaine douceur avec ses légères rondeurs. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. En plus, les rougissements marqués par de fines hachures discrètes renforcent le côté mignon des personnages. Les trames bien que variées sont en aplat. Ainsi, les ombres fortes sont bien marquées. De même, les trames d’ambiance appuient les émotions, surtout dans les moments comiques. Par contre, les décors très présents apportent une touche réaliste. La mise en page, simplement dynamique mais efficace, s’attarde sur les détails. Dans les scènes érotiques, Yamashita sensei ne montre pas les parties intimes. Au début de deux chapitres, elle offre une illustration directement intégrée au récit.

En résumé

L’étudiant Kitagawa Nagi se retrouve souvent à ramener son voisin de palier, Yamasaki Yuu, chez lui quand ce dernier est trop ivre. En effet, ils fréquentent le même club de musique folklorique à l’université. Au prétexte de le surveiller au cas où il arriverait quelque chose à Yuu, Nagi a pris l’habitude de dormir secrètement à ses côtés et se réveille plus tôt pour rejoindre discrètement sa chambre au matin. Mais il redoute que son voisin découvre un jour son secret…

En conclusion

Ce tome obtient la huitième place du meilleur nouveau venu au Chill chill BL award 2023. Yamashita Machi sensei offre un scénario sans prétention mais avec une narration bien rythmée qui suit avec justesse l’évolution des émotions des personnages. Son graphisme à l’aspect simple ne se démarque peut-être pas mais colle parfaitement au style du récit. Certains lecteurs pourront peut-être s’ennuyer devant le manque d’enjeu. De même, la couverture plutôt originale avec des instantanés du couple et une palette de couleurs restreintes pourra également ne pas attirer le regard. Un tome 2 sort en mars 2024 au Japon. Ce titre plaira en tout cas aux romantiques. Petit coup de cœur pour ma part!

Nomi & Shiba 4 – Tagura Tohru

nomi et shiba 4 tagura tohru

TAGURA Tohru 田倉トヲル
ISBN: 9782385315696
Akata, 2024
ISBN: 9784088552088 (JP)
Shueisha, 2023 (JP)
Titre original: のみ×しば 4
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: un peu

« On est en plein dans la zone grise! »

Tagura Tohru sensei aborde avec humour la question de la première fois, s’attardant sur la préparation. Comme dans le tome précédent, elle s’amuse sur les questions purement matérielles que des adolescents peuvent se poser. Par ailleurs, elle montre l’organisation de Nomi et Shiba, la vie en dortoir faisant obstacle à leur épanouissement sexuel. La majorité du tome présente par la suite le passé de Miyai Yûdai, en particulier sa rencontre avec l’étudiant Fujima Hikaru. Au bord de la rupture scolaire, l’universitaire propose au collégien une autre méthode d’apprentissage, le remotivant. Ainsi, l’auteure interroge sur la rigidité de l’enseignement japonais qui gâche le potentiel de certains élèves, les difficultés que rencontrent les familles monoparentales. Elle s’intéresse également à la relation amoureuse entre enseignant et élève, analysant l’influence des rapports qui peuvent porter à confusion. En introduisant de nouveaux personnages, elle relance son récit avec de nouvelles aventures à venir.

La mangaka a un trait épuré de style shôjo. Elle exagère les expressions dans les passages humoristiques. De même, elle varie les physionomies, rendant les personnages facilement reconnaissables. Les trames sont à la fois équilibrées et variées tandis que les trames d’ambiance renforcent les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page est très dynamique. Dans les scènes érotiques, Tagura sensei censure les parties intimes avec un cache blanc et en estompant leurs contours. A la fin des chapitres, elle dévoile la vie des personnages secondaires. Dans les illustrations en début de chapitre, elle montre l’ambiance du récit. En début de tome, il y a des fiches personnages.

En résumé

Nomiya Ryûto et Mikoshiba Kanata adorent s’embrasser mais ils ont de plus en plus de mal à résister à leur libido. Pour l’instant, ils testent d’autres méthodes pour se donner du plaisir mutuellement. Mais ils décident de se tenir prêt au cas où une occasion plus propice en dehors du dortoir se présenterait. En effet, ils se préoccupent de respecter au mieux le règlement. Les deux amoureux souhaitent donc acheter préservatifs et lotions et demandent alors conseil auprès de Nakaôji et Miyai Yûdai. Mais ce n’est pas aussi facile qu’ils ne le pensaient…

En conclusion

Avec ce tome, Tagura Tohru sensei délaisse un peu le couple principal pour développer d’autres questionnements sur les premiers émois amoureux de l’adolescence. Elle aborde avec délicatesse la relation entre étudiant et enseignant, montrant les différentes réactions de l’entourage et les scrupules de chacun. Son graphisme toujours aussi mignon est un régal pour les yeux. Une lecture toujours aussi « choupi »!

The world’s end – Akagawa Sagan

the word s end akagawa sagan

AKAGAWA Sagan 赤河左岸
ISBN: 9782375064016
Taifu comics, 2024
ISBN: 9784799748077 (JP)
Libre, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: absolument

« Un recueil d’histoires longues, atmosphériques et marquantes. »

Akagawa Sagan sensei offre un recueil de trois tranches de vie mettant en avant l’amour qui s’affranchit des apparences. Elle développe ce thème à travers trois genres narratifs différents: fantastique, romance lycéenne et science-fiction. Dans la première histoire, elle crée le suspense en ne révélant les informations qu’au fil des pages, interrogeant sur un amour répétitif dans une boucle temporelle. La deuxième histoire, plus classique aborde la question du jugement sur l’apparence, la difficulté à dépasser ses complexes et le temps de construction d’un amour sincère. Les deux lycéens se découvrent et analysent leurs sentiments naissants. Dans la troisième histoire, l’auteure donne la version de Shin puis celle de Rukiya sur leur relation à distance et leurs sentiments tus. Elle crée la surprise avec une conclusion inattendue, questionnant sur l’amour virtuel.

La mangaka a un trait fin et épuré. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Par ailleurs, elle détaille les décors, permettant d’immédiatement appréhender le milieu. Les trames sont très variées tandis que les trames d’ambiance se font discrètes. La mise en page très dynamique met en valeur les métaphores poétiques. Ainsi, Akagawa sensei utilise les petits détails des décors et s’attarde sur les petits gestes pour transcrire les émotions des personnages. Dans les scènes érotiques, elle ne montre pas les parties intimes en jouant sur les angles de vue.

En résumé

Ils vécurent heureux: Au cœur de la forêt, Magnolia vit dans une cabane avec le jeune Emil. L’enfant adore le conte que lui lit chaque soir son tuteur: un monstre vivant seul dans la forêt recueille un jour un nourrisson qu’il décide d’élever pour le manger plus tard. Mais il finit par s’attacher à l’enfant qui grandit. Depuis quelques temps, alors qu’il entre dans l’adolescence, Emil fait toujours le même rêve dans lequel il voit Magnolia coucher avec un inconnu. Qui est-il?
Le prince grenouille: Nishino Yui ne supporte plus la beauté de son visage au point de vomir quand on lui montre la moindre affection. Toutefois, au lycée, il se sent bien à côté de son voisin de table, Iida un passionné d’insectes qui reste indifférent à son physique. Travaillant en tant que mascotte au musée des sciences, Nishino aime ainsi découvrir d’autres facettes de son camarade.
The world’s end / Générique de fin: Shin teste l’habitabilité d’une planète depuis presque trois ans. Mais la solitude commence à lui peser et il prend plaisir à discuter avec son ami Rukiya lors de ses rapports journaliers. Ce dernier lui a créé une intelligence artificielle sous la forme d’un cube d’assistance qui peut créer un robot biologique. Alors la nuit venue, il demande à Cupe de prendre la forme de Rukiya…

En conclusion

Ce recueil obtient la treizième place du meilleur manga profond au Chill chill BL award 2021. Akagawa Sagan sensei maîtrise parfaitement le format court et propose trois récits émouvants avec des personnages attachants. Elle va à l’essentiel et utilise le graphisme pour appuyer sa narration. Je suis complètement conquise par les trois histoires. J’apprécie d’ailleurs la richesse de la narration pour parler d’un même sujet. Une lecture pleine de finesse!

Nagahama to be, or not tobe – Scarlet Beriko

nagahama to be or not to be scarlet beriko

SCARLET Beriko スカーレット・ベリ子
ISBN: 9782375063996
Taifu comics, 2024
ISBN: 9784403668968 (JP)
Shinshokan, 2024 (JP)
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: absolument

« Et mince… J’arrive plus à le regarder dans les yeux. »

Scarlet Beriko sensei propose de suivre une tranche de vie de deux lycéens, amis d’enfance et un peu rebelles. Elle base la narration du point de vue de Nagisa. Elle analyse l’évolution de la relation d’une amitié complice jusqu’à l’éveil de leurs sentiments amoureux. Ainsi, Issa qui est long à la détente exprime maladroitement son affection. Nagisa, quant à lui, s’interroge sur son attachement, prenant un certain temps avant de réussir à le définir par des mots. Les deux amis en terminale se confrontent également à leur choix d’avenir, l’un fonçant tête baissée pour réaliser son rêve tandis que l’autre hésite tiraillé entre amour et séparation. L’auteure aborde donc le manque de communication, les compromis à faire entre amour et formation, les interrogations adolescentes. Elle joue principalement sur les quiproquos, apportant humour et dynamisme. Les garnements du club de football ajoute aussi une note comique.

La mangaka a un trait légèrement épuré et léché. Elle le simplifie dans les passages humoristiques et représente parfois Issa en wanko. Elle utilise les trames avec parcimonie mais marque néanmoins les ombres et les contrastes. Par ailleurs, les décors détaillés alternent avec les trames d’ambiance. De même, des trames grises recouvrant les vignettes indiquent les flash-back. La mise en page dynamique joue principalement avec les grandes vignettes et les angles de vue variés. D’ailleurs, Scarlet Beriko sensei détaille les petits gestes et décompose certains mouvements. Sous la jaquette, elle offre une anecdote amusante en deux planches, à lire de préférence à la fin. Dans les illustrations en début de chapitre, elle présente un instantané du quotidien. De même, l’illustration couleur du frontispice représente un magnifique lever de soleil avec un jeu d’ombre et lumière soigné.

En résumé

Le CPE Abe confie une lettre à Minato Nagisa pour son ami Minato Issa, concernant son orientation scolaire. En effet, Issa préfère travailler à la poissonnerie du marché au lieu de venir en cours. D’ailleurs, Nagisa le retrouve là-bas après les cours pour déguster son encas préféré: des crevettes. Un jour, alors que les deux amis se reposent dans leur terrain vague préféré après avoir joué au ballon, Nagisa réalise qu’il apprécie particulièrement ces petits moments de complicité et souhaiterait qu’ils durent toujours. Mais sa joie est de courte durée quand une fille vient chercher Issa. Serait-ce sa petite amie?

En conclusion

Ce one-shot a bénéficié d’une sortie internationale simultanée: il est sorti dans 10 pays le même jour. Une grande première! Scarlet Beriko sensei offre une petite fresque des classiques interrogations de l’adolescence. Toutefois, elle décortique avec beaucoup de sensibilité les sentiments presque palpables des deux protagonistes. En plus, son magnifique graphisme accompagne avec justesse les différentes expressions mais également l’ambiance général du récit. On a l’impression de sentir l’embrun de cette ville côtière en tournant simplement les pages. Je suis complètement conquise par la dynamique entre les deux lycéens, séduite par leur relation complice, bercée par cette parenthèse. Une romance qui dégage une douceur presque brute, chaleureuse. Un énorme coup de cœur!

I don’t know how to love – Machio Yu

i don t know how to love machio yu

MACHIO Yu まちお郁
ISBN: 9782382762677
Hana, 2024
ISBN: 9784047365162 (JP)
Kadokawa, 2021 (JP)
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: un peu

« Tu as bien dit que le premier venu te conviendrait tant qu’il respecte tes conditions? »

Machio Yu sensei offre une romance entre deux étudiants à la conception de l’amour différente. Elle aborde ainsi l’acceptation de l’autre tel qu’il est et la liberté dans un couple. Elle s’intéresse également au développement du sentiment amoureux et à différentes formes d’amour. Le pur et inexpérimenté Kaede surprend par son abnégation dans sa relation amoureuse. Il assume sa bisexualité et se contente de peu. D’abord intrigué, Aimi se retrouve vite déstabilisé face à ses premiers émois amoureux, restant longtemps dans le déni. L’auteure fait intervenir les amis des deux héros pour les conseiller et les recadrer. Elle ajoute également de la tension avec la manipulatrice Akari. Ainsi, elle dévie un peu du sujet principal du couple libre pour tomber rapidement dans une comédie romantique un peu plus classique.

La mangaka a un trait épuré et anguleux. Elle le simplifie encore plus dans les passages humoristiques. Elle utilise les trames avec parcimonie mais joue beaucoup sur le contraste des tons. De même, les trames d’ambiance, discrètes, accompagnent les émotions. Les flash-back se repèrent à leur fond noir. Par contre, les décors situent principalement l’action. La mise en page est plutôt classique mais cela colle bien au récit qui a un développement apaisant. Toutefois, Machio sensei propose quelques pages plus dynamiques. Dans les scènes érotiques, elle cache les parties intimes grâce aux cadrages et à des angles de vue maîtrisés.

En résumé

Quand il est célibataire, Aimi Shû a pour principe d’accepter de sortir avec n’importe quelle personne qui le lui demande. Mais il impose au préalable quelques conditions: ne jamais demander où il est, avec qui et ce qu’il fait. Ainsi, il continue de profiter de sa liberté. Quand Manato Kaede le voit se faire plaquer par sa petite amie du moment à la cafétéria de l’université, il tente alors sa chance. A la surprise d’Aimi, l’étudiant qui prétend pourtant être transi d’amour pour lui, se contente de le saluer ou d’échanger quelques banalités au téléphone ou lorsqu’ils se croisent. Au bout de deux semaines, il lui propose enfin de déjeuner ensemble. Shû réalise alors qu’il peut parler franchement avec Kaede. Ce dernier lui avoue d’ailleurs admirer son esprit de liberté.

En conclusion

Ce one-shot obtient la quinzième place du meilleur manga au Chill chill BL award 2022. Machio Yu sensei crée une belle dynamique entre les personnages. En plus, Kaede est tellement mignon dans ses réactions. Néanmoins, je trouve que le sujet avait un beau potentiel malheureusement peu exploité. En effet, le comportement amoureux d’Aimi reprend les clichés des BL tels que la jalousie et la possessivité alors qu’on avait au début une relation bancale qui s’équilibrait naturellement avec l’amour. J’ai tout de même passé un sympathique moment de lecture.

Indomptable Zono – Shikke

indomptable zono shikke

Shikke しっけ
ISBN: 9782382762615
Hana, 2023
ISBN: 9784047364196 (JP)
Kadokawa, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

« Demain, c’est sûr, j’aurai mon sandwich au porc pané!! »

Shikke sensei offre une comédie romantique avec une touche dramatique bien équilibrée. Malgré un scénario classique d’ennemis à amants, elle jongle entre des passages humoristiques et un sujet sensible tel que la violence familiale. Elle ménage le suspense en révélant au fur et à mesure les petits secrets des deux héros. Les deux lycéens têtus passent leur temps à se lancer des défis, cherchant à faire céder l’autre d’abord par les poings puis par les caresses. Leurs amis les soutiennent, n’hésitant pas à les recadrer quand ils exagèrent. L’auteure installe des contextes familiaux plutôt compliqués pour des adolescents qui acceptent pourtant leurs limites dans leurs choix d’avenir. Elle s’intéresse également au jugement sur l’apparence, à l’acceptation de soi. Ainsi, Zono assume son homosexualité et son goût pour les choses mignonnes, encouragé par Deto qui l’accepte tel qu’il est.

La mangaka a un trait épuré. Elle le simplifie encore plus dans les passages humoristiques. Elle varient les trames. De même, les trames d’ambiance appuient les émotions. Les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page est dynamique. Dans les scènes érotiques, Shikke sensei censure les parties intimes d’abord par de larges languettes blanches puis carrément avec un cache blanc. Sous la jaquette, elle présente sommairement les deux héros et offre une illustration monochrome duveteuse.

En résumé

Chaque midi, Deto Akira attend patiemment les réductions au réfectoire pour pouvoir s’acheter un sandwich au porc pané. Mais alors qu’il s’emparait du dernier sandwich, deux filles venues en acheter un pour leur ami Hanazono Masumi, l’emmènent ensuite voir ce dernier. Zono a d’ailleurs une réputation de délinquant avec ses cicatrices, ses bleus constants ainsi que ses cheveux colorés en rose. Deto se fait alors non seulement battre à plate couture mais également volé son repas. Depuis, tous les midis, la même scène se répète encore et encore avec toujours le même résultat. Mais au cours d’une bagarre, Deto remarque que Zono réagit bizarrement lorsqu’il lui touche le cou. Il est même excité par ses gémissements.

En conclusion

Ce one-shot obtient la cinquième place du meilleur manga profond au Chill chill BL award 2021. Shikke sensei alterne avec brio l’humour, la romance et le drame. Elle va à l’essentiel mais insuffle suffisamment d’éléments pour guider le lecteur. J’apprécie particulièrement son graphisme, avec ses personnages mignons malgré leurs petits défauts. Coup de cœur pour ce récit qui n’est certes pas extraordinaire mais qui m’a touchée par les aventures de ce couple simple et attachant. En tout cas, j’ai envie de découvrir d’autres titres de la mangaka.

Copyright © 2024