Calendula of limbo 1 – Haji

calendula of limbo 1 haji
Haji ハジ
ISBN: 9782368776049
Boy’s love IDP, 2018
ISBN: 9784861349089 (JP)
Frontier works, 2016 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

L’amour apportera-t-il la rédemption dans une vie après la mort?

Haji sensei réinterprète le monde des morts ainsi que la mission des shinigami. Elle crée un univers riche et cohérent, jouant sur le contraste entre un milieu dynamique et vivant accueillant les âmes des morts. Le séjour dans les limbes est une étape avant la réincarnation permettant d’expier ses péchés pour obtenir la rédemption. Ici, le shinigami guide les âmes des morts vers la réincarnation et élimine les dévoreurs, des monstres mangeurs d’âme. Ainsi, l’auteure mêle à la fois action, romance et mystère. En effet, elle révèle au compte-gouttes le secret touchant Golem et son père Seishin. Onodera a rapidement le coup de foudre pour l’ancien soldat et le partage directement. Mais leur relation se développe doucement. D’ailleurs, Calen perçoit en l’amour plus un désespoir qu’un bonheur, conscient de la séparation à venir. En fin de tome et sous la jaquette, des fiches présentent les personnages et les créatures.

La mangaka a un trait épuré, anguleux et discontinu. Elle le simplifie à l’extrême dans les passages humoristiques. Elle ne dessine pas le relief des oreilles. Les grandes-oreilles, sorte de lapin cyclope, apporte une petite touche mignonne. Les créatures sont variées, mignonnes ou effrayantes. De même, les habitants du pays des morts ont différents styles, selon leur époque et leur origine. Haji sensei utilise beaucoup de trames, mais peu pour l’ambiance. Elle soigne ses décors. Toutefois, les scènes d’actions deviennent parfois difficile à distinguer, la page étant surchargée. La mise en page dynamique permet tout de même de se repérer facilement. Les scènes érotiques sont censurées par un point lumineux. Les illustrations de début de chapitre montrent les personnages dans un quotidien tranquille, comme sur la couverture et la première page illustrée en couleurs. Sous la jaquette, un yonkoma donne une anecdote amusante sur l’amour paternel.

En résumé

A son décès, le soldat Dürbhein est condamné à perdre ses souvenirs et se réveille donc amnésique dans les limbes. Le gardien Onodera Makoto, alias Golem, l’accueille et lui explique alors qu’il est devenu un shinigami. Complètement perdu, l’ancien soldat a du mal à accepter sa nouvelle condition. Mais la gentillesse et la sollicitude de Golem le touchent petit à petit. Ce dernier lui donne même un nom: Calem. Ainsi, il redémarre une nouvelle vie dans ce pays où les âmes des défunts demeurent en paix.

En conclusion

Ce tome a obtenu la quinzième place du meilleur manga profond au Chill Chill BL award 2017. En effet, le scénario surprend car sur une base simple, l’auteure introduit des révélations approfondissant le côté dramatique du récit. En plus, elle a une approche des anges assez peu commune. J’adore Calen, avec ses cicatrices et sa maturité. Et le grandes-oreilles Poire est tellement adorable. Une fantaisie très sympathique qui interroge sur l’amour après la mort.

1 Partages
Tweetez
Partagez1