Agattetanse – yoshi

agattetanse yoshi

yoshi
ISBN: 9784799749647 (JP)
Libre, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

Tout plaquer par passion pour le riz!

Yoshi sensei narre une douce romance entre un naïf tokyoïte friand de riz et un provincial pragmatique et sérieux. Sans citer de région particulière, elle aborde différents thèmes sur la vie à la campagne comme l’entraide, les rumeurs, la disparition des traditions, le dépeuplement des villages, la modernisation de la riziculture ainsi que l’obligation de cumuler un autre emploi pour l’agriculteur. Elle crée des personnages réalistes et attachants. Ainsi les espiègles jumeaux cherchent à caser leur frère. Les autres habitants du village sont accueillants et bienveillants malgré parfois quelques remarques impertinentes. L’auteure met en avant les citadins qui s’installent parfois à la campagne sans s’informer. Elle développe petit à petit les sentiments entre les deux héros qui apprennent à se connaître et à s’apprécier. D’ailleurs, ils construisent une relation de confiance. Le gaffeur et insouciant Haruki apporte beaucoup d’humour, mettant même en rivalité Kentarô avec le riz.

La mangaka a un trait fin et léché. Elle porte beaucoup d’attention aux regards et aux petits gestes, privilégiant les moments silencieux. Par ailleurs, elle exagère les expressions ou simplifie ses traits dans les passages humoristiques. Par exemple, la tête de Haruki devant le riz déborde de bonheur et lui donne un côté adorable. Les décors apparaissent sur les plans élargis. Quelques trames d’ambiance renforcent discrètement les émotions. La mise en page dynamique rythme la lecture avec quelques cases admiratives. Yoshi sensei censure les parties intimes par des caches blancs. Sous la jaquette, elle présente ses personnages en plus de la postface.

En résumé

Asakura Haruki (28 ans) adore tellement le riz qu’il a tout abandonné à Tokyo pour se rendre dans la région nord du Japon, espérant travailler dans la production de sa céréale préférée. Mais le voilà à moitié conscient, allongé dans la neige. Une vieille dame le recueille alors et l’emmène dans sa boutique. Néanmoins, le dernier ryokan du village ayant fermé, il se retrouve coincé. Deux lycéens, venus acheter des gâteaux, lui proposent alors de le loger. Les jumeaux Haga Kôta et Ryôta (17 ans) vivent seuls avec leur frère aîné Kentarô (27 ans) depuis le décès de leurs parents. En entendant les motivations du citadin, ils espèrent qu’il reste chez eux pour soutenir leur frère qui a dû prendre un autre emploi et hésite à se séparer de leurs rizières.

En conclusion

Comme le précise l’auteure dans sa postface, elle s’inspire de sa région pour ce récit, apportant une touche réaliste. Sa famille n’a d’ailleurs pu conserver leurs rizières, n’ayant pas de successeur. Ce one-shot est tout doux et tendre, avec des personnages attachants. J’adore la communication et l’ouverture entre les deux héros. Ainsi, Kentarô, entrainé par Haruki, accepte de faire des choses qu’il trouvait infantiles comme se rouler dans la neige tandis que le tokyoïte suit les conseils de son hôte et s’applique à fond à devenir une bonne fiancée. Chacun d’eux cherche à faire plaisir à l’autre avant tout, aussi bien dans le quotidien que dans l’intimité. En plus, le graphisme de l’auteur est un régal pour les yeux. A la fin, j’avais moi aussi envie d’aller à la campagne déguster du bon riz nouveau!

Copyright © 2024