Over squall – Ueda Aki

over squall ueda aki
UEDA Aki 上田アキ
ISBN: 9782382760635
Hana, 2021
ISBN: 9784801970465 (JP)
Takeshobo, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« Est-ce à nouveau un partenaire qui ne me correspond pas…? »

Ueda Aki sensei développe la nouvelle romance de Natsurô dans ce spin-off de Wonder border. Elle base la narration sur le fonctionnaire. Elle maintient un certain suspense en dévoilant peu à peu les particularités touchant Tsuyuhiko et Gô-kun. En effet, l’étudiant, qui a des valeurs différentes sur les relations humaines, confond la compassion et l’amour, ce qui lui provoque des pulsions sexuelles. Alors que Gô-kun profite de ces penchants, Natsurô d’abord choqué va chercher ensuite à « rééduquer » son nouveau partenaire. Ainsi, l’auteure interroge sur l’amour, la différence entre sortir ensemble et un coup du soir, la place des sentiments et du plaisir dans une relation. Elle aborde également les étapes de reconstruction avec un nouveau partenaire après une rupture. Toutefois, sur la vision d’une relation « normée », elle n’apporte pas vraiment de réponse, Natsurô modelant son petit ami à son goût.

La mangaka a un trait fin anguleux mais elle donne un peu d’épaisseur aux contours en les dédoublant. Elle le simplifie dans les passages humoristiques, offrant des bouilles adorables à Tsuyuhiko qui renforcent son côté innocent. Natsurô affiche aussi une grande variété d’expressions. Les trames d’ambiance sont discrètes et plutôt rares. Les décors situent l’action. La mise en page est dynamique, malgré un grand nombre de gros plans. Ueda sensei ne censure pas les scènes érotiques mais elle privilégie avant tout la sensualité des images. Sous la jaquette se trouvent la postface ainsi qu’une petite illustration donnant une anecdote sur l’avenir de Gô-kun. Ce tome est plutôt épais.

En résumé

Miyamoto Natsurô (31 ans) fréquentait Hiroharu depuis cinq ans mais ce dernier l’a quitté la semaine dernière. Alors qu’il ressasse ses souvenir assis sur un banc dans le parc de leur rencontre, un jeune homme ressemblant à son ex l’aborde et l’invite chez lui à épancher sa peine. A peine arrivé, Tsuyuhiko (23 ans) lui propose de l’enlacer en se substituant à son ex. Natsurô qui n’a pas l’habitude de coucher facilement avec le premier venu, finit par céder au plaisir. Ne se reconnaissant pas lui-même, il est même étonné d’être déjà charmé par l’innocence du jeune homme. Alors qu’il s’apprêtait à partir, Tsuyuhiko lui prête un parapluie et l’invite à le lui rendre une prochaine fois…

En conclusion

Je suis heureuse de voir Natsurô trouver le bonheur. Comme l’auteure présente la vision de l’amour de Tsuyuhiko comme une déformation de sa curiosité et de l’influence de Gô-kun, le lecteur peut interpréter différemment le comportement du fonctionnaire, selon sa sensibilité propre. Par exemple, il pourrait penser que Natsurô impose sa vision de l’amour à son petit ami. Pour ma part, je pense qu’il essaie d’abord de le comprendre tout en l’éveillant à de nouvelles sensations. Ce titre est donc un coup de cœur. Par ailleurs, j’adore la petite surprise de la mangaka à la fin.

Wonder border – Ueda Aki

wonder border ueda aki
UEDA Aki 上田アキ
ISBN: 9782382760451
Hana, 2021
ISBN: 9784801960480 (JP)
Takeshobo, 2017 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« La réunion du hasard et du destin. »

Ueda Aki sensei aborde avec finesse le sujet de l’infidélité. Elle base la narration principalement du point de vue de Hiroharu. Elle décortique donc son conflit intérieur, ses hésitations et sa souffrance. En effet, Haru et Kazuaki se sont quittés brusquement, à cause de choix les menant sur des voies différentes. Malgré son amour sincère pour Natsurô, le vendeur se retrouve perdu entre la culpabilité, la raison et des sentiments passionnés encore intacts qui ressurgissent. L’auteure dévoile l’essentiel du passé de ses protagonistes afin d’installer clairement leur état d’esprit. Elle met ainsi en avant le manque de communication entrainant des incompréhensions au sein des couples. Kazuaki qui paraît inconstant s’avère en réalité franc dans ses sentiments. Comparé à Natsurô, il semble maladroit dans l’expression de son attention pour son partenaire. Par ailleurs, les personnages se remettent en question avec réalisme.

La mangaka a un trait épuré et anguleux qui conserve un tracé de croquis avec le dédoublement des contours. Elle dessine des corps finement musclés. Le visage de Haru porte d’adorables tâches de rousseur et Kazu a une barbichette, ce qui change des beaux gosses habituels des BL. Les pages paraissent plutôt claires malgré une utilisation équilibrée des trames. Les décors situent surtout l’action. La mise en page est dynamique et variée. Ueda sensei ne censure par les scènes érotiques, mais elle préfère s’attarder sur les sensations de ses personnages plutôt que sur les détails. D’ailleurs, il y a au moins une scène par chapitre qu’elle introduit pourtant habilement. Sous la jaquette, il y a une anecdote sur Natsurô et Tôko à lire à la fin, ainsi que sa postface.

En résumé

Yashima Hiroharu sort actuellement avec Natsurô. Un jour, il rencontre par hasard son ex, Yashiro Kazuaki, qu’il n’a pas vu depuis cinq ans. Ce dernier a emménagé dans le quartier et est accompagné de sa petite amie Tôko. Pourtant, il l’invite à boire un verre. Alors que Haru pensait avoir oublié ses sentiments pour l’informaticien, il finit par céder à ses avances quand Kazu l’emmène au love hotel. De retour chez lui, il découvre qu’en plus, ils sont maintenant voisins!

En conclusion

Même si ce one-shot ne se classe pas dans le Chill chill BL award 2018, les lecteurs le citent parmi les meilleurs mangas originaux, appréciant la question des sentiments quand une séparation ne se fait pas dans la haine. J’aime beaucoup le traitement de l’auteure sur le sujet. En plus, elle maintient le suspense sur les réels sentiments et les décisions de Kazuaki jusqu’à la fin. Malgré l’empathie ressentie pour Tôko et Natsurô, j’aime la conclusion de cette histoire.

L’amour tombé du ciel – Ueda Aki

l amour tombe du ciel ueda aki
UEDA Aki 上田アキ
ISBN: 9782368777329
Boy’s love IDP, 2020
ISBN: 9784866532271 (JP)
Core magazine, 2018 (JP)
Titre original: 恋が落ちたら
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: absolument

Trouver le grand amour grâce à un caleçon tombé du ciel…

Ueda Aki sensei propose de suivre une romance pleine de sensibilité entre deux hommes blessés. Elle s’intéresse à l’usure des séparations et du rejet de l’autre, à la peur de commencer une nouvelle relation et à la force des reproches dans une relation. Elle travaille beaucoup les caractères de ses personnages. Ainsi, la délicatesse de Hishimoto est contrebalancée par sa nonchalance et sa maladresse. De même, Ise aime prendre soin des autres mais a tendance à vouloir tout contrôler. L’auteure alterne la narration entre ses deux héros. Elle a une approche réaliste. Toutefois, elle apporte une petite touche amusante en démarrant et concluant son récit sur une histoire de caleçons. Les deux héros apprennent à se connaître en sortant ensemble, en se séduisant, en discutant mais ils se redécouvrent également. D’ailleurs, le couple s’entraide rapidement dans les tâches ménagères, permettant de vite développer une certaine complicité.

La mangaka a un trait anguleux parfois dédoublé pour donner de l’épaisseur. Elle rend parfaitement bien les différences graphiques des tranches d’âge. D’ailleurs, elle met bien en avant la plastique des deux héros. Certains angles de vue sont même recherchés. La mise en page est dynamique. Ueda sensei censure peu les scènes érotiques. Elle détaille bien les préliminaires et pense toujours à montrer qu’ils ont des relations protégées. Elle cache tout de même certains détails génitaux avec de fines bandelettes blanches ou en occultant quelques traits. Les illustrations de début de chapitre représentent des moments tendres ou des poses séduisantes des personnages. Ces derniers en SD qui apparaissent à la fin du chapitre 3 ou sur le revers de la jaquette sont tellement adorables.

En résumé

Un soir, Ise Yûki se dispute en pleine rue avec son petit ami qui finit par le quitter. Assis sous un arbre, il désespère alors de toujours se faire avoir par ce genre de mec qui ne fait rien à la maison mais lui reproche ensuite d’être comme une mère. Soudain, un caleçon fraichement lavé lui tombe sur la tête. Arrive Hishimoto Takafumi qui l’a fait tomber en voulant étendre son linge. Remarquant sa tristesse, il le réconforte. Les jours suivants, Ise constate que l’arbre se recouvre de plus en plus de caleçons. Croisant leur propriétaire, il lui offre donc son aide pour les récupérer. Mais en découvrant le capharnaüm de son appartement, il lui propose de faire le ménage. Hishimoto accepte volontiers de participer. Mais en attendant la fin de la lessive, il lui révèle alors être attiré par lui…

En conclusion

Ce one-shot a obtenu la huitième place du meilleur manga au Chill Chill BL award 2019. Avec une histoire douce, sensible, ancrée dans la réalité et des personnages très attachants, il ne pouvait que conquérir mon cœur! J’apprécie beaucoup le trait légèrement incisif de l’auteure et sa facilité à montrer le bonheur des petits moments du quotidien, comme une sieste sur le canapé, faire la vaisselle à deux… D’ailleurs, je retrouve le même développement en douceur des sentiments que dans A beautiful sunny day. Lisez donc ce titre! C’est tout simplement du bonheur!

A beautiful sunny day – Ueda Aki

a beautiful sunny day ueda aki
UEDA Aki 上田アキ
ISBN: 9782375061169
Taifu comics, 2018
ISBN: 9784829685815 (JP)
Printemps shuppan, 2016 (JP)
Titre original: 来たる晴れかけの明日よ
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

Tout se recycle!

Dans ce one-shot, Ueda Aki sensei met l’accent sur la relation entre les deux héros et le développement en douceur de leur amour. Elle dénonce également les répercussions de la surconsommation. De par son métier de recycleur, Harehito possède une philosophie de vie originale; son comportement comme son logement expriment sa vision du monde: un hangar au bord de mer où il passe des moments nonchalants pendant ses repos, tout en essayant de réparer un appareil qui lui est cher. L’auteur, lors d’un chapitre entier de flash-back révèle le passé d’Ôjirô. Ce dernier va ouvrir son cœur au fil du récit et s’affirmer. Au contraire, les quelques indices parsemés à travers le reste du tome ne permettent pas de dévoiler le mystère entourant son employeur. La relation homosexuelle est plutôt réaliste. Une certaine poésie se dégage du scénario: le climat qui appuie les émotions, un jeu de mot entre le prénom du héros et le nom de son entreprise rappelant ainsi les instants heureux qu’il partage. La notion de temps qui passe est bien rendu. Sous la jaquette, des petites anecdotes humoristiques et des croquis de l’auteur présentent ce qu’elle aurait voulu développer. Ses commentaires aident à mieux cerner certains détails.

Le style de la mangaka contraste un peu avec la douceur de la romance: ses traits sont fins mais les visages sont anguleux avec des yeux fins. L’ensemble est harmonieux et reste très expressif malgré l’exagération de quelques traits. De même, les scènes de préliminaires torrides et érotiques, basées sur le plaisir tactile, cassent le rythme lent du récit. L’auteur montre peu mais sans censure, en jouant sur les cadrages et les gros plans. Les sentiments et expressions transparaissent. Elle maîtrise bien les trames de colorisation et d’ambiance.

En résumé

Harehito et Ôjirô récupèrent les objets cassés pour les réparer et les revendre. Mais ils reçoivent un jour une étrange demande qui fera remonter de douloureux souvenirs…

En conclusion

Voir Harehito vivre simplement en réparant ce qui lui passe sous la main donne envie de prendre un peu plus soin de ses affaires. Un hymne au recyclage!