Bitter playmate – Nishimoto Rou

bitter playmate nishimoto rou

NISHIMOTO Rou 西本ろう
ISBN: 9782382764275
Hana, 2023
ISBN: 9784396785499 (JP)
Shodensha, 2022 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« Je vais te faire du bien comme autrefois… »

Nishomoto Rou sensei narre une romance classique entre deux amis d’enfance perdus de vue qui se retrouvent. Mais elle y ajoute sa touche sensuelle, mettant en avant l’érotisme d’un piercing au nombril. De même, elle ajoute du suspense en révélant leur passé au fur et à mesure. La narration alterne entre les deux héros. Les deux lycéens restent prisonniers de leurs images d’enfance et ne se comprennent donc plus. Ainsi, Takara continue à jouer le grand-frère protecteur et tient beaucoup trop compte des apparences pour évoluer. Ses jeux sexuels l’obligent à s’interroger sur ses sentiments. Gaku, quant à lui, découvre des facettes peu glorieuses de son sauveur et se contente d’une relation charnelle malgré ses sentiments. L’auteure aborde donc la différence entre plaisir et amour, le jugement sur l’apparence, le manque de communication. Elle secoue ses héros avec l’intervention d’Ooshima Yûgen, un ami de Katsuragi.

La mangaka a un trait fin et détaillé jouant sur les pleins et déliés, avec une note réaliste. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Les trames sont variées tandis que les trames d’ambiance se font discrètes. De même, les flash-back se repèrent immédiatement à leur fond noir. Les décors également soignés apparaissent sur les plans larges. La mise en page est très dynamique. Nishimoto sensei ne censure pas les scènes érotiques. Elle en offre même une par chapitre. Elle s’attarde particulièrement sur la sensualité des petits gestes.

En résumé

Katsuragi Takara et Yamasaki Gaku sont amis d’enfance. Mais depuis que Gaku a fait un séjour de trois ans en Angleterre, il a changé. Il n’est plus aussi fragile et pleurnichard qu’avant mais surtout, il se montre asocial et évite Taka qui rencontre beaucoup de succès auprès de la gent féminine. Un jour, Katsuragi surprend Yamasaki en train de se masturber dans sa chambre, citant son nom. Depuis, ils entretiennent une relation de sex friend.

En conclusion

Ce one-shot obtient la sixième place du meilleur manga érotique au Chill chill BL award 2023. Et en effet, Nishimoto Rou sensei allie les scènes érotiques à la sensualité de simples gestes du quotidien, rendant son récit très chaud mais tout de même séduisant. Elle injecte également assez d’intrigues pour retenir le lecteur en haleine. En plus son graphisme est un pur bonheur pour les yeux avec des lycéens au corps finement musclés. Je fond complètement pour cette romance pourtant classique, mais dans laquelle les sentiments contradictoires des personnages explosent à la figure. Un coup de cœur!

Paparazzi – Nishimoto Rou

paparazzi nishimoto rou
NISHIMOTO Rou 西本ろう
ISBN: 9782382761106
Hana, 2022
ISBN: 9784396785161 (JP)
Shodensha, 2021 (JP)
Titre original: このキスは記事にできない
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« Une romance au goût d’interdit entre un acteur et un paparazzi! »

Nishimoto Rou sensei narre une romance entre un riche et bel acteur célèbre et un paparazzi peu doué et immature. Elle débute par une relation au consentement plutôt gris, mais qui pousse les deux héros à s’interroger sur leur attirance. Ainsi, elle développe particulièrement la personnalité de ses personnages. Manato a tendance à fuir la réalité et Ryû est prisonnier de l’image de marque qu’on lui a créée. Bien qu’ils aiment leur métier, ils ne s’y épanouissent plus. D’abord dans le déni, leurs sentiments naissent peu à peu. Par ailleurs, l’auteure aborde entre autre, le jugement sur l’apparence, les clichés sur la beauté physique, les différences sociales, la pression des médias et des agences dans le monde artistique. Avec le manager Kido, elle met en avant la difficulté à combiner objectifs de l’agence et états d’âme de l’acteur. Dans l’histoire bonus, elle offre une anecdote amusante sur le couple.

La mangaka a un trait légèrement épuré mais léché. Elle dessine des personnages plutôt virils et musclés. Par ailleurs, elle détaille les mouvements et renforce les émotions avec des trames d’ambiance. De même, les décors soignés apportent une touche réaliste. La mise en page très dynamique utilise les emboitements de cases, les ellipses, les sorties de cadres et la déformation ou l’absence des cadres. Nishimoto sensei ne censure pas les scènes érotiques. Elle détaille même les coupes intérieures. Toutefois, elle s’attarde surtout sur la sensualité des ébats. Les illustrations en début de chapitre sont directement intégrées au récit.

En résumé

Malgré sa popularité, l’acteur Honda Ryû (28 ans) s’interroge sur son talent, étant souvent apprécié pour sa beauté. En plus, il travaille pour l’agence dirigée par son père, un ancien acteur. Tandis qu’il se rendait dans un bar, le paparazzi Higa Manato (26 ans) le percute alors qu’il fuyait. Mais à la surprise de la star, le journaliste ne le connaît pas. En effet, Higa vivait aux États-Unis et travaille seulement depuis deux mois pour un magazine au Japon. Comme il n’a toujours pas trouvé de scoop, son patron lui lance un ultimatum. Chez sa petite amie Shiho, le photographe découvre alors que son sauveur est un célèbre acteur. Bien que se sentant redevable, il hésite à suivre Honda. Mais quand il le surprend avec une femme, l’acteur le provoque…

En conclusion

Comme Two sides of the same coin, ce one-shot offre une histoire très sexy et adulte. Je trouve que Nishimoto sensei a vraiment du talent pour construire des personnages touchants, ayant à la fois du charisme et un côté sombre. Pour moi, c’est un coup de cœur!

Two sides of the same coin 2 – Nishimoto Rou

two sides of the same coin 2 nishimoto rou
NISHIMOTO Rou 西本ろう
ISBN: 9782368777428
Boy’s love IDP, 2021
ISBN: 9784829686294 (JP)
Printemps shuppan, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« Dites, vous savez ce que c’est, le bonheur? »

Nishimoto Rou sensei base maintenant la narration du point de vue de Kôsuke. Elle dévoile au fur et à mesure le passé traumatisant du boxeur tout en posant des indices sur son projet de vengeance. En parallèle, elle oblige son héros à s’interroger sur ses sentiments naissants mais immoraux. Yoshida Takahiro révèle son vrai visage, utilisant les deux garçons pour son profit personnel. Toutefois, Yûji qui s’est pris en mains, agit maintenant et se bat pour changer les choses. L’auteure continue à dépeindre la perversion du père qui s’avère être un véritable monstre violent, abusif et dont l’ego démesuré l’entraîne dans le déni total de ce qui l’entoure. Minase et Hishiya vont évoluer, mûrir suite aux chocs et aux décisions qu’ils vont prendre pour leur bonheur commun.

La mangaka a un trait magnifique. Elle varie beaucoup les expressions du visage jouant sur les nuances. D’ailleurs, les émotions de Kôsuke se devinent immédiatement. L’utilisation des trames est équilibrée. De même, les décors sont soignés. Nishimoto sensei ne censure pas les scènes érotiques. Elle les détaille même avec des coupes intérieures. Elle donne sa postface sous la jaquette avec une planche révélant ce que sont devenus les deux héros. Les couvertures du premier et du second tome mises côte à côte forment une seule illustration.

En résumé

Pendant son sommeil, Hishiya Kôsuke se souvient de son enfance. Il ne fait plus confiance aux gens depuis qu’il a failli se faire violer par un homme qui lui avait proposé le logis pendant que son père était avec sa mère. Le lendemain matin, Minase Yûji réitère encore ses sentiments envers le boxeur. Durant une pause sur le chantier d’archéologie, Miki aborde Kô et lui explique alors que l’étudiant, plutôt asocial, est souvent mis à part dans l’équipe. Sa présence étonne donc tout le monde car il est difficile d’obtenir un tel poste. Alors quand des élèves médisent sur son bienfaiteur, Kôsuke le défend. Mais, touché par la gentillesse de Yûji, il commence à culpabiliser de son rapprochement avec celui qu’il a pris en réalité pour cible…

En conclusion

Attention! Ce tome peut choquer car il est question d’inceste (avec un père abusif et une relation entre demi-frères). Sa lecture demande donc de prendre une certaine distance. Je suis émue par ce récit où deux familles sont détruites à cause d’un seul individu à l’ego démesuré. Les deux jeunes adultes ne peuvent que constater leur impuissance et cherche à évacuer leur sentiment de culpabilité en trouvant un bouc émissaire. Pourtant, en affrontant leurs peurs, ils vont réussir à évoluer et trouver enfin le bonheur.

Two sides of the same coin 1 – Nishimoto Rou

two sides of the same coin 1 nishimoto rou
NISHIMOTO Rou 西本ろう
ISBN: 9782368777411
Boy’s love IDP, 2021
ISBN: 9784829686287 (JP)
Printemps shuppan, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: un peu

« Quelle est cette force capable de rapprocher inexorablement deux êtres ignorants de leur existence mutuelle? »

Nishimoto Rou sensei narre un drame sentimental avec un étudiant passif, complexé par rapport à son père, mais qui évolue grâce à l’amour. La narration donne le point de vue de Yûji. Même si il apparaît au premier abord comme un fils modèle, il subit en réalité la pression de son paternel qui l’a rejeté depuis qu’il ne répond plus à ses attentes. De même, Kôsuke qui semble frivole et fort cache en réalité ses faiblesses. Son masochisme traduit sûrement un certain mal-être. L’auteure révèle au fur et à mesure le passé de Yûji ainsi que les liens qui relient ses personnages. Par ailleurs, elle pose des indices tout en maintenant le suspense. L’image du père de Yûji, parfaite aux yeux de la société, se dégrade au fil du récit. Son fils éprouve une attirance sans borne pour Kô même si cela n’est pas forcément réciproque.

La mangaka a un trait légèrement épuré assez réaliste. Elle dessine des personnages plutôt musclés. Elle travaille particulièrement les expressions du visage. Les trames d’ambiance se font très discrètes. De même, l’usage des trames est équilibré entre ombres et colorations. Par contre, les décors situent principalement l’action en restant tout de même assez précis. La mise en page simplement dynamique rythme la lecture et ménage le suspense. Nishimoto sensei ne censure pas les scènes érotiques. Elle les décrit même avec beaucoup de détails.

En résumé

Deux semaines après l’enterrement de sa mère, Yûji découvre que son père entretient une relation adultère. Comme sa mère s’est sacrifiée pour satisfaire ce commissaire autoritaire et soucieux de sa réputation, l’étudiant d’abord chamboulé, enrage. Il décide alors de rejoindre son senpai, Yoshida Takahiro, à une soirée. Dans sa précipitation, il bouscule un beau boxeur qui lui vole un baiser pour s’excuser. Mais après un verre d’alcool, Yûji sombre rapidement. Quand il reprend conscience, il réalise que la soirée entre étudiants a dégénéré en partouse. En plus, Yoshida le photographie en plein ébats. Redoutant les réactions de son père, il fuit. Mais en allant aux toilettes, il est embarqué de force dans un match de boxe illégal qui se déroule au sous-sol et se retrouve aux pieds de Hishiya Kôsuke. Est-ce un hasard?

En conclusion

Attention, certaines scènes peuvent choquer! Les relations ne sont pas forcément très consenties au début. En plus, la relation qui se lie entre Kô et Yûji n’est pas des plus saines au départ. Mais pour ma part, j’apprécie beaucoup le dessin de la mangaka, le récit et la tournure que prend les évènements. J’ai hâte de lire la suite. Nous avons heureusement la chance d’avoir les deux tomes publiés en même temps, comme au Japon.