Comme un adieu 3 – Shimura Takako

comme un adieu 3 shimura takako
SHIMURA Takako 志村貴子
ISBN: 9782382120729
Akata, 2021
ISBN: 9784799747957 (JP)
Libre, 2020 (JP)
Titre original: さよなら、おとこのこ3
Manga
Ero-mètre: soft
Recommandation: beaucoup

« Je veux qu’il sache tout de mon histoire empreinte d’égoïsme… »

Shimura Takako sensei invite les lecteurs à suivre l’introspection de ses héros qui remettent tout à plat. Elle dévoile encore des brides de leur passé. Par ailleurs, elle dilue les réponses aux questions soulevées dans le tome précédent, au fil des chapitres. Malgré une petite touche fantastique, le récit semble très ancré dans la réalité. Le mystère de la transformation résolu, Kanade et Yuhki réfléchissent à leur relation, à leurs sentiments et surmontent petit à petit tout ce qui les freinait. Tout en les accompagnant, l’auteure aborde l’acceptation de soi et de sa sexualité, la prostitution adolescente, le coming out et la fuite de la réalité. Elle met également en avant l’influence bienveillante de confidents ou de soutiens. De même, elle s’intéresse à la nécessité d’équilibrer une relation, surtout quand elle repose sur un lien déjà bancal. Ainsi, Haijima et Kuwata se remettent en question, discutent et reconstruisent leur personnalité.

Le trait épuré et léché de la mangaka apporte beaucoup de douceur. Elle le simplifie dans les passages humoristiques. Toutefois, la différence subtile entre les deux héros se faisant grâce à la forme des yeux, cela porte parfois à confusion. Les trames sont très variées. De même, le choix des trames d’ambiance joue beaucoup sur l’intensité des émotions à transmettre. Les décors apparaissent sur les plans larges. Les flash-back se repèrent immédiatement par leur fond noir. La dynamique de la mise en page rythme la lecture. D’ailleurs, Shimura sensei glisse des détails permettant d’anticiper certaines actions. Dans les scènes érotiques, elle ne montre pas les parties intimes. En plus, elles sont très sommaires, développées en peu de cases. Le vernis qui donne du relief à la fenêtre sur la couverture sublime l’illustration.

En résumé

Haijima Kanade a enfin retrouvé sa taille adulte. Il a réintégré la troupe de théâtre de Kawasaki Suzume en tant qu’apprenti. Recommençant à zéro, il travaille donc avec Kuwata Yûta, le petit frère de son petit ami. Yuhki, de son côté, a deviné qui était l’homme mystérieux que seuls Kanade et lui pouvaient voir. Grâce à Suzume, Haijima Joe prend discrètement des nouvelles de son fils…

En conclusion

La révélation de l’identité de l’homme mystérieux fait tomber à l’eau toutes mes suppositions. Mais quelle surprise et quel retournement de situation! Un récit instructif et intéressant. Certains passages pourront choquer la sensibilité de certains lecteurs. Par ailleurs je conseille de lire cette série à tête reposée, au calme pour pleinement l’apprécier.

Comme un adieu 2 – Shimura Takako

comme un adieu 2 shimura takako
SHIMURA Takako 志村貴子
ISBN: 9782382120064
Akata, 2021
ISBN: 9784799740927 (JP)
Libre, 2018 (JP)
Titre original: さよなら、おとこのこ 2
Manga
Ero-mètre: pudique
Recommandation: beaucoup

« J’avais peur d’affronter la réalité… »

Shimura Takako sensei brouille la perception du lecteur en mêlant réalité et fiction, donnant ainsi une touche fantastique à son récit. Elle interroge sur le destin, cumulant les coïncidences dans la vie de ses personnages. C’est comme si elle posait des pièces de puzzle éloignées les unes des autres mais révélant déjà quelques formes. Kanade réalise sa lâcheté et commence à se remettre en question. Il se confronte enfin à la réalité. Toutefois, ses petites tranches de vie semblent se mêler à ses écrits. Son interaction avec Yûta permet de révéler sa perception de lui-même et son art. L’auteure plonge ses personnages et le lecteur dans un « périple à la recherche de l’amour ». Elle dévoile les failles de la relation entre les deux personnages et laisse présager des évènements dramatiques. Comme l’homme mystérieux semble également lié à Kanade, elle maintient le suspense en poussant le lecteur dans des conjonctures.

Le trait très épuré au style cursif apporte de la douceur. La mangaka le simplifie encore plus dans les passages humoristiques. De même, les grands yeux, très expressifs, ont des formes variées. Les décors apparaissent sur les plans larges. Shimura sensei travaille avec précision les trames. D’ailleurs, les trames d’ambiance participent totalement à la narration. La mise en page dynamique accompagne le regard. Par ailleurs, il n’y a pas de scènes érotiques. Ainsi, l’ambiance particulière et mystérieuse du récit est préservée. Comme sur le tome précédent, une fenêtre en vernis recouvre l’illustration de la couverture.

En résumé

Kuwata Yuhki croit devenir fou lorsqu’il remarque que sa voix intérieure s’est matérialisée en un homme mystérieux. Mais il retrouve vite son calme, admettant la situation après quelques échanges. Haijima Kanade s’est réfugié chez Kawasaki Suzume après avoir dit des paroles blessantes à son petit ami. Il lui révèle alors la vérité sur son identité. Toutefois, le chef de la troupe de théâtre reste sceptique, même en découvrant que le garçonnet connaît pourtant le nom de sa femme. Kanade se souvient alors avoir souhaité, lors d’un clair de lune, à redevenir enfant pour vivre avec celui qu’il a toujours aimé. Regrettant son comportement odieux envers Yuhki, il n’ose pas rentrer. Il croise alors Kuwata Yûta qui lui propose de l’accompagner pour qu’il s’excuse…

En conclusion

J’adore la tournure que prend le récit. Je m’amuse à essayer de deviner où l’auteure souhaite nous mener. En effet, plusieurs pistes s’ouvrent à nous. La psychologie des personnages paraît complexe. Pour moi, l’homme mystérieux pourrait représenter l’homosexualité, car Yuhki le perçoit comme sa voix intérieure mais Kanade le voit comme une entrave à sa créativité et ses amours. Comme ses écrits semblent manquer de profondeur, je pense qu’il cherche à se préserver et que cela s’en ressent. Et vous, qu’en déduisez-vous? En tout cas, hâte de vérifier mes suppositions dans le prochain tome!

Comme un adieu 1 – Shimura Takako

comme un adieu 1 shimura takako
SHIMURA Takako 志村貴子
ISBN: 9782369747222
Akata, 2021
ISBN: 9784799734803 (JP)
Libre, 2017 (JP)
Titre original: さよなら、おとこのこ 1
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: beaucoup

« Au réveil, j’avais le corps d’un enfant… »

Shimura Takako sensei mélange à la fois le drame et le fantastique dans ce récit explorant « les méandres de l’âme humaine ». Elle alterne la narration entre Kanade et Yuhki, entrant petit à petit au plus profond de leur conscience. Elle remet en question les liens du couple, dévoilant au fur et à mesure leur passé. Ainsi, leur relation n’est pas aussi stable qu’elle ne paraît. De même, les héros s’interrogent sur leurs sentiments, leur homosexualité et la notion de famille. D’ailleurs, l’auteure met en parallèle l’univers du théâtre avec le rôle que joue un homosexuel pour se fondre dans la société. Elle dénonce également la prostitution adolescente. Avec Yûta, elle aborde aussi la question de la pédophilie, la complicité entre l’enfant et son frère l’intrigant. Le chapitre « Tamai, l’amour et l’amitié » narre une histoire à part avec un triangle amoureux entre deux demi-frères et une collègue de travail.

La mangaka a un trait épuré qui dégage à la fois de la douceur et une certaine rondeur. Malgré la finesse du trait, elle tire profit des pleins et des déliés pour marquer son style. Elle simplifie à l’extrême son trait dans les passages humoristiques. Les décors apparaissent dans les plans larges. Les trames d’ambiance illustrent les émotions. La mise en page est dynamique avec toutefois un cadrage très marqué. Dans les scènes érotiques, Shimura sensei évite de détailler les parties intimes sauf dans une case. Les éditions Akata ont effectué un travail magnifique sur la couverture avec un vernis en forme de fenêtre qui donne du relief à l’illustration. Cet effet fait également ressortir le titre sur le dos du livre.

En résumé

Kawata Yuhki (30 ans), chauffeur de bus, et Haijima Kanade (25 ans), cumulant petits boulots et participation à une troupe de théâtre, sortent ensemble. Mais un matin, Kanade se réveille avec son corps d’enfant. Tout d’abord surpris, son petit ami le reconnaît rapidement. Alors que Haijima semble prendre la situation avec calme et fatalité, Yuhki s’inquiète. Le chauffeur de bus s’empresse donc d’alerter leurs employeurs de leur absence, se faisant passer pour malades. Mais quand il achète quelques vêtements pour Kanade, il ressent un peu comme un instinct paternel. Cependant, le garçonnet est toujours excité par son partenaire et a encore envie de lui faire plaisir, malgré ses protestations. Mais Yûta (25 ans), le petit frère de Yuhki, débarque et demande à être loger quelques temps…

En conclusion

Ce tome a obtenu la dix-neuvième place du meilleur manga profond au Chill chill BL award 2018. La lecture demande un petit peu de concentration pour assimiler tous les détails mais également de prendre de la distanciation avec le récit. Par contre, certains lecteurs sensibles pourront être choqués par les thèmes abordés. Pour ma part, cette histoire est un véritable coup de cœur! J’aime beaucoup le parallèle avec le théâtre, le côté sombre des personnages qui remonte petit à petit et les émotions presque à fleur de peau que j’ai ressenties à la lecture. J’ai tellement hâte de découvrir la suite!