Kiss ariki 3 – Nitta Youka

kiss ariki 3 nitta youka
NITTA Youka 新田祐克
ISBN: 9782351808665
Taifu comics, 2015
ISBN: 9784799715147 (JP)
Libre, 2014 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

« Même si je te disais que je ne veux pas devenir chef de clan? »

Nitta Youka sensei continue de nous surprendre avec le jeu de manipulation d’Asato et du père Suki. Mutsumi et Tôru entrent également dans le jeu et s’émancipent. Par ailleurs, le futur héritier, qui a tendance à se sacrifier pour autrui, affronte ses doutes et hésitations, pris entre ses désirs et la pression du clan. Au lieu de s’aligner sur les méthodes traditionnelles des yakuzas, il instaure sa propre vision, plus protectrice et moderne. Il tire donc profit des investissements étrangers dans les paradis fiscaux. Enfin, il assume ses sentiments pour Mutsumi. Ainsi, leur relation s’équilibre. L’auteure répond aux questions du tome précédent, disséminant quelques indices au fil des chapitres. Par ailleurs, à travers Yûri, elle aborde la trahison par amour. Enfin, elle laisse volontairement une fin ouverte, souhaitant reprendre la suite plus tard.

La mangaka a un trait léché immédiatement reconnaissable. Elle utilise quelques trames d’ambiance pour renforcer les émotions. Par ailleurs, les trames très variées sont équilibrées. Les décors soignés ajoutent une touche réaliste. La mise en page est très dynamique. Même si Nitta sensei cache les parties intimes par des trames ou du blanc dans les scènes érotiques, ces dernières dégagent beaucoup de sensualité.

En résumé

Asato a fait mener Kiria Mutsumi dans un bar à hôtesses pour discuter. Il lui demande alors de convaincre son cousin à renoncer à la succession, remettant en question ses compétences à cause de son physique peu viril. Pourtant, il a partiellement averti Suki Tôru de sa rencontre. Inquiet, ce dernier fonce au bureau du clan Hokusai pour les rejoindre. Mais il n’y a que des hommes de main patibulaires. Il refuse de donner son nom, complexé par sa position. Mais subjugués par sa beauté, les yakuzas l’agressent…

En conclusion

Attention, dans ce tome, il y a beaucoup de relations sans consentement et même un viol. La fin peut paraître abrupte mais je l’apprécie beaucoup car cela met en évidence l’équilibre parfait qu’a atteint le couple. Une conclusion intéressante remplie d’émotions.

Kiss ariki 2 – Nitta Youka

kiss ariki 2 nitta youka
NITTA Youka 新田祐克
ISBN: 9782351806968
Taifu comics, 2013
ISBN: 9784799711248 (JP)
Libre, 2012 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: beaucoup

« Tu n’as pas à baisser la tête devant moi. »

Nitta Youka sensei fait évoluer tranquillement la relation entre Tôru et Mutsumi. L’étudiant exprime de plus en plus sa possessivité tandis que le futur héritier oscille entre jalousie et rejet. En effet, même s’il prend parfois l’ascendant dans leurs rapports, il complexe encore sur son manque de virilité qu’il perçoit comme une faiblesse. Pourtant, son approche différente de la gestion du clan charme déjà certains subalternes. Dans la continuité du tome précédent, l’auteure présente Dômoto comme l’incarnation du yakuza traditionnel, dévoué et empreint du sens de l’honneur. Elle révèle un peu le passé de Tôru. Elle introduit également Asato du clan Hokusai, mettant déjà en place la lutte pour la succession. Les stratégies et les manipulations se dévoilent petit à petit. D’ailleurs, Mutsumi cherche à percer le secret de Shinya, conscient d’un projet beaucoup plus vaste que la simple mise en place de son fils au pouvoir.

La mangaka épure à peine son trait léché. Elle travaille finement les expressions des visages. De même, les décors soignés renforcent le réalisme. L’usage des trames reste équilibré. La mise en page très dynamique enchaine les emboîtements de cases aux formes variées, les ellipses, les sorties ou l’absence de cadre. En plus, les angles de vue changent souvent. Dans les scènes érotiques, Nitta sensei censure les parties intimes par des caches blancs. Toutefois, elle transcrit bien la violence et la passion des ébats.

En résumé

Suki Tôru s’abandonne plus facilement dans les bras de Kiria Mutsumi. Mais Dômoto voit cette relation d’un mauvais œil et kidnappe l’étudiant. En effet, très sensible au sens de l’honneur et ayant quasiment élevé Tôru, il a l’impression que son jeune maître est rabaissé. Il compte bien remettre en place le petit nouveau mais ce dernier ne se laisse pas faire. Ils finissent donc par s’expliquer avec les poings. Inquiet de la disparition de son amant, Tôru fonce demander de l’aide à son père. Ce dernier refuse mais compte tout de même punir le rebelle. Toutefois, quand Dômoto vient expier de lui-même sa peine, proposant de se couper le doigt, le jeune yakuza l’arrête et lui demande de prêter serment avec lui…

En conclusion

L’auteure alterne entre scènes sexy et complots, retenant constamment en haleine le lecteur. Certaines scènes pourront choquer les lecteurs, le consentement étant peu respectés à certains moments. Dômoto apporte malgré lui une touche humoristique. Je l’apprécie de plus en plus: un vrai papa poule! D’ailleurs, l’histoire bonus qui lui est consacrée donne une anecdote tellement amusante sur sa manière d’encourager le couple. Un beau graphisme et une intrigue entraînante.

Kiss ariki 1 – Nitta Youka

kiss ariki 1 nitta youka
NITTA Youka 新田祐克
ISBN: 9782351806302
Taifu comics, 2012
ISBN: 9784862639349 (JP)
Libre, 2011 (JP)
Manga
Ero-mètre: juste ce qu'il faut
Recommandation: un peu

« Tu vas aller sur une île avec le fils de Kiria. »

Nitta Youka sensei offre une romance dynamique sur fond de succession d’un clan mafieux. Elle confronte ses deux héros aux manipulations de leurs propres pères. Elle révèle également le passé de Shinya et Kiria Itsuki pour installer les différentes tensions qui touchent le clan. La relation entre Mutsumi et Tôru commence plutôt mal et fluctue constamment entre consentement et rapports forcés, le yakuza rejetant les sentiments amoureux de l’étudiant. L’auteure met en avant les différences entre les générations, en particulier sur la gestion du clan, ainsi que l’adaptation des méthodes pour faire fructifier les fonds, soumises de plus en plus au respect des procédures légales. Elle dénonce également les divers trafics auxquels s’adonnent les mafieux. Dômoto, avec son côté surprotecteur, apporte un peu d’humour. « Tragédie virtuelle » détend l’atmosphère avec une petite romance mettant en avant la communication.

La mangaka a un trait léché légèrement épuré. Elle varie les morphologies des personnages et rend parfaitement les différences d’âge. Il y a donc de beaux garçons comme des voyous à la mine patibulaire. De même, les décors sont soignés et présents. Les trames très variées chargent un peu les pages mais renforcent également le réalisme. La mise en page dynamique joue beaucoup sur les changements d’angles de vue. Dans les scènes érotiques, Nitta sensei censure les parties intimes par des bandelettes ou des caches blancs.

En résumé

Kiss Ariki: Le yakuza Suki Shinya envoie son fils Tôru sur une île isolée pour le protéger d’une guerre de clans. Il lui demande également d’essayer de convaincre Kiria Mutsumi, le fils de son bras droit qui l’accompagne, à rejoindre leur clan. En effet, le brillant étudiant n’a pas du tout l’intention de succéder à son père. D’abord réticent, le frêle mafieux finit par céder avec l’intention d’intervenir si besoin. Même s’il ne s’entend pas trop avec Mutsumi, les deux jeunes hommes finissent au bout d’une semaine pas se soulager ensemble. Mais un soir, l’étudiant tente d’aller plus loin, subjugué par la beauté et la force de caractère du futur héritier du clan. Toutefois, Tôru le rejette et refuse qu’il s’engage uniquement par amour…
Tragédie virtuelle: Aragaki travaille dans la programmation de jeux vidéo en ligne. Asocial, il a du mal à communiquer avec son supérieur, Yonohara, et préfère lui envoyer ses travaux par email. Heureusement, Sakamoto temporise la tension entre eux. Pour se détendre, Aragaki se réfugie souvent dans un jeu, étant tombé sous le charme d’un ami rencontré virtuellement…

En conclusion

Nitta sensei nous plonge rapidement dans l’action. La relation naissante est rapidement occultée par l’univers mafieux, pour notre plus grand plaisir. Par contre, certaines scènes pourront choquer la sensibilité des lecteurs, le consentement étant gris. J’aime beaucoup le développement du récit et des personnages, même si cela va assez vite.