No doubt lilac – Kuki Wakame

no doubt lilac kuki wakame
KUKI Wakame 久喜わかめ
ISBN: 9782382760628
Hana, 2021
ISBN: 9784801971110 (JP)
Takeshobo, 2020 (JP)
Manga
Ero-mètre: hard
Recommandation: beaucoup

« Ces deux pièces dépareillées commencent à s’assembler. »

Kuki Wakame sensei offre une romance entre deux amis d’enfance aux caractères opposés. Pour son deuxième manga, elle maîtrise mieux l’enchainement des évènements et insuffle beaucoup de sentiments. Ce spin-off de Inside full bloom permet également de découvrir ce que sont devenus Keigo et Kanaru, à travers plusieurs chapitres qui leur sont consacrés. D’ailleurs, les relations, plus tendres, se déroulent dans le consentement, la discussion. L’auteure dépeint avec finesse l’amour pesant et douloureux de Kyôsuke. Elle alterne la narration entre ses héros, partageant leurs questionnements. Ainsi, elle aborde divers sujet comme la différence entre amour et amitié, la difficulté à se déclarer, la peur du changement dans une relation harmonieuse. Le côté fonceur et un peu naïf d’Ataru le rend très attachant comparé à la lâcheté de Kyôsuke.

La mangaka a un trait épuré, légèrement anguleux, plutôt de style shôjo. Elle le simplifie à l’extrême dans les passages humoristiques et n’hésite pas à le déformer. Par exemple, elle dessine des bouilles amusantes toutes arrondies avec des yeux écarquillés qui occupent plus de la moitié du visage. Ses personnages ont en plus la larme facile. Le travail des trames est équilibré et les trames d’ambiance se font très discrètes. Par ailleurs, les décors apparaissent sur les plans larges. La mise en page dynamique s’attarde sur les détails. Kuki sensei ne censure par les scènes érotiques. Elle marque la fin des chapitres par des décorations fleuries stylées, avec parfois un des personnages posant avec des lunettes. En fin de tome, un yonkoma offre une anecdote amusante avec Keigo et Kana. La couverture est classée quatrième au classement du Chill chill BL award 2021.

En résumé

Ono Kyôsuke attend son ami Shibusawa Ataru après les cours. Depuis qu’il l’a aidé à finir ses grues en origami, ils sont devenus inséparables malgré quelques disputes. Pourtant, en grandissant, Kyôsuke réalise qu’il est de plus en plus attiré sexuellement par son ami. Mais il préfère garder ses sentiments secrets. A la fin du lycée, il pense choisir une université éloignée pour prendre de la distance. Toutefois, comme Shibu refuse de se séparer de son ami, il lui demande alors de l’aider à réviser…

En conclusion

Je suis complètement sous le charme de ce couple. Je trouve que les évènements s’enchainent bien et apprécie le style de l’auteure. En plus, l’évolution positive du couple de Keigo et Kana fait plaisir à voir. Un coup de cœur! Alors n’hésitez pas à découvrir ce titre!

Inside full bloom – Kuki Wakame

inside full boom kuki wakame
KUKI Wakame 久喜わかめ
ISBN: 9782368776995
Boy’s love IDP, 2020
ISBN: 9784801964105 (JP)
Takeshobo, 2018 (JP)
Manga
Ero-mètre: hot
Recommandation: un peu

« La mélancolique histoire d’amour de deux jeunes hommes profondément blessés qui, ensemble, vont apprendre à se reconstruire. »

Pour son premier manga, Kuki Wakame sensei offre un one-shot au ton poétique et dramatique. Elle met en parallèle le langage des fleurs avec les sentiments de ses personnages. Comme une fleur qui s’épanouit jour après jour, Kana et Keigo, profondément blessés, s’ouvre douloureusement l’un à l’autre. Leur relation d’abord conflictuelle contrecarre tout consentement. Malgré une compatibilité sexuelle, leur caractère s’oppose. Ainsi, l’auteure aborde deux approches différentes: Kana préfère le secret alors que Keigo affirme ouvertement son orientation sexuelle. Pourtant leurs traumatismes influent énormément sur leur relation amoureuse. Même si des sentiments se développent au fil des discussions, leurs ébats, souvent forcés et parfois gratuits, occultent tout romantisme, brouillant un peu l’appréciation de l’histoire. Le scénario pêche donc légèrement par manque d’expérience mais se tient parfaitement.

La mangaka a un trait fin et épuré, assez anguleux. Elle a tendance à utiliser des touches et des lignes peu liées, donnant un aspect encore croquis pour les yeux ou la bouche. De même, elle se focalise sur certains détails comme les regards et tient compte du mouvement des cheveux. Elle maîtrise déjà son graphisme, beau et aéré, n’hésitant pas à simplifier et caricaturer les traits pour les passages humoristiques. Elle utilise peu de trames d’ambiance. Ses décors permettent de situer les actions. Ses cadrages et quelques angles de vue recherchés dynamisent la lecture. Les scènes érotiques ne sont pas censurées et plutôt détaillées. Sous la jaquette, il y a deux illustrations présentant Kana et ses amis.

En résumé

Saitô Kanaru est invité par ses amis Oshibu et Ono à un gôkon. Peu motivé, il accepte malgré tout, espérant passer une simple soirée à boire. Mais les étudiantes arrivent à deux accompagnées d’un garçon, Miura Keigo, qui remplace une fille qui s’est désistée. Au fil de la conversation, ce dernier annonce ouvertement qu’il est gay. Surpris et troublé, Kana se raffraîchit aux toilettes mais Keigo l’a suivi, ayant deviné que l’étudiant cachait son orientation sexuelle. Alors que Miura commence à lui faire des avances discrètes, Saitô boit plus que de raison et finit par perdre conscience. Il se réveille plus tard en plein ébats avec Keigo. Le lendemain, de retour chez lui, il s’effondre, ne pouvant contenir ses souvenirs traumatisants de l’époque du lycée.

en conclusion

Kana et Keigo pansent leurs blessures intérieures dans la douleur. Certains lecteurs pourront être gênés par les scènes non consenties. Personnellement, mes sentiments sont mitigés: j’ai apprécié cette vision de l’amour assez sombre, mais je trouve dommage que Keigo ne trouve de solutions qu’à travers la soumission sexuelle. D’autant plus que j’adore particulièrement le personnage de Kana. Placée 20ème au classement des nouveaux venus du Chill Chill BL award 2019, j’attends avec impatience de voir les prochaines œuvres de Kuki sensei.